Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

Situation du pays oblige avec le " Hirak " et les responsables du système actuel, l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, a reçu l'ancien ministre et diplomate Abdelaziz Rahabi.
M. Rahabi a estimé, entre autres qu'" Un chef d'état rejeté par la population ne peut pas prétendre à organiser des élections " avant de faire remarquer qu''il n y a pas une seule transition au monde organisée par l'ancienne équipe au pouvoir. ".
Et c'est alors que l'invité de la chaîne 3 de la Radio nationale signale qu'il y a un sérieux décalage entre le peuple, qui est déjà dans la transition démocratique, et celle des tenants du pouvoir avec ses fausses propositions et ses des demi-mesures.
Pour lui c'est une transition à l'Algérienne, qui toutes les chances de ne pas aboutir encore moins l'élection du mois de juillet prochain. L'ancien ministre et ex-diplomate, Abdelaziz Rahabi, a fortement recommandé l'urgence d'accélérer le processus de transition pour mettre un terme à la crise politique que traverse le pays. D'ailleurs, a-t-il tenu à souligner ce processus doit englober aussi bien le gouvernement, le Commandement de l'Armée que l'opposition.
"Nous avons tous des offres pour sortir de cette impasse politique émanant du pouvoir, du Commandement de l'Armée, de l'opposition et de l'élite. Il faut voir comment converger tout cela et faire asseoir tout ce monde autour d'une table", a déclaré M. Rahabi sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne.
L'Invité de la rédaction a regretté, toutefois, que "jusqu'à maintenant, il n'y pas eu une seule offre de dialogue sérieuse proposant un agenda, des conditions et des modalités pour sortir le pays de l'impasse".
"Nous avons un sérieux problème avec un chef d'Etat, en raison de son rejet par le peuple et l'opposition, et par le fait qu'il ne peut prétendre valablement à organiser la transition qui a toutes les chances de ne pas aboutir, encore moins l'élection présidentielle prévue le 4 juillet", a-t-il mentionné.
D'autre part, l'ancien ministre a estimé, que les citoyens algériens, mobilisés depuis le 22 février dernier, "veulent changer la nature du régime, entrer dans la démocratie, combattre la corruption et contrôler la richesse publique".
Concernant l'appel à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution, M. Rahabi a estimé que "c'est un faux débat qui a fait perdre beaucoup de temps à l'Algérie. Pendant 7 ans, nous étions otages de la santé de l'ancien président de la République et aujourd'hui, nous sommes otages de l'article 102 de la Constitution qui bloque tout effort d'innovation, de discussion et de recherche de solution négociée", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.