Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2019

Des dizaines de citoyens, de la commune de Haizer dans la wilaya de Bouira, ont investi, ce mardi, et ce, pour la deuxième journée consécutive, la rue pour exiger la libération des dix-sept manifestants dont trois personnes, sont originaires de leur localité, incarcérés à la prison d'El Harrach, pour avoir brandi le drapeau Amazigh, à l'occasion de la marche de vendredi dernier à Alger.
Les mis en cause sont poursuivis pour les deux chefs d'accusation de » port de l'emblème autre que le drapeau national et atteinte à l'unité nationale ».
Décidée à l'issue de l'assemblée générale tenue, hier, à l'initiative de la société civile, une marche de protestation a été organisée depuis le carrefour reliant la RN33 et la RN05, appelé communément le carrefour de Haizer, au siège de la wilaya, en marquant une halte devant la Cour de Justice. Le chef-lieu communal de Haizer a été paralysé par une grève générale des commerçants qui ont répondu à l'appel de la société civile.
Encore des interpellations
Des étudiants du campus universitaire Akli Mohand Oulhadj ont décidé de marcher aux côté des citoyens, et ce, en guise de soutien et de solidarité.
La foule qui a déployé en force l'emblème Amazigh a scandé des slogans hostiles au régime. » Pouvoir assasin » « Ulac Smah Ulac ». Des membres des familles des détenus « injustement » envoyés à la prison, ont pris part à la marche encadrée par un dispositif impressionnant de services de police. « Libérez les détenus » Mazalar dhimazighen. Nous sommes des amazigh », ont-ils scandé.
La manifestation d'aujourd'hui a suscité l'adhésion de plusieurs personnes qui ont fait le déplacement depuis les communes environnantes.
» C'est une provocation. Nous devons tous dénoncer ce nouveau mode opératoire mis en place par les tenants du pouvoir visant à nous dévier de notre principale revendication à savoir le changement radical du système. Envoyer des personnes innocents à la prison pour avoir portés des drapeaux berbère est une honte pour la justice de notre pays » dit averti un manifestant.
Arrivés à hauteur du campus universitaire, un automobiliste fonce directement dans la foule. Un carnage a été évité de justesse.
Minute de silence à la mémoire des victimes du Hirak
Les élus des deux partis de l'opposition, le Rassemblement pour la culture et la démocratie ( RCD) et du front des forces socialistes (FFS), ainsi que d'autres élus des autres formations politiques ont observé a l'occasion des travaux d'une session de l'APW, une minute de silence à la mémoire des victimes du Hirak, à l'image de kameleddine Fekhar et aussi à la mémoire du chantre Kabyle Lounes Matoub, avant de quitter la salle pour rejoindre la manifestation citoyenne décidée pour exiger la libération des détenus.
Les manifestants ont aussi observé un rassemblement de protestation devant le siège de la sûreté pour exiger la libération de deux manifestants pour » port de l'étendard amazigh ». Les deux personnes ont été, selon nous sources, interpellés ce mardi, par des policiers en civil. Provocation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.