Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    Le Barça officialise le départ de Suarez pour l'Atlético Madrid    La démocratie et ses travestissements    Tribunal de Sidi M'hamed: Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    Poker gagnant pour l'Histoire    Arabie saoudite: La omra reprendra à partir du 4 octobre    En l'espace de trois jours: Près de 450 harraga débarquent sur les côtes espagnoles    Ces conducteurs « manchots » qui passent « inaperçus »    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    La très lente décrue se poursuit    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Alexis Guendouz officiellement usmiste    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Le pouvoir judiciaire est mis à l'épreuve avec l'emprisonnement du candidat à la présidentielle, passé au deuxième tour, Nabil Karoui l L'autre candidat, le favori Kaïs Saied, suscite des interrogations concernant son profil politique l L'exception tunisienne se poursuit.
Le résultat du premier tour de l'élection présidentielle en Tunisie a révélé le fond de la pensée de la majorité des Tunisiens. Deux candidats atypiques ont été choisis pour disputer la finale de la course à la magistrature suprême. Maintenant, si une bonne partie des médias et de la classe politique tunisienne veut qualifier Kaïs Saied de «populiste rêveur», voire de «gauchiste» pour certains, ou de «salafiste» pour d'autres, ou qu'elle accuse Nabil Karoui d'«opportuniste», voire de «mafiosi», c'est l'évaluation, par l'élite, du choix des électeurs.
Avec du recul, il s'agit surtout de comprendre les enjeux du prochain scrutin, notamment en matière d'égalité des chances entre les candidats. Pour le moment, la date du deuxième tour n'a pas encore été fixée ; cela dépendra du résultat des recours devant le tribunal administratif. L'ISIE a indiqué que ce serait le 6 ou le 13 octobre.
Concernant les retombées juridiques de la présence d'un candidat finaliste en prison, le professeur Yadh Ben Achour a réagi à cette question, posée par le site Leaders, en lançant un appel aux autorités publiques – toutes les autorités publiques, gouvernementale, politique, présidentielle, judiciaire –afin de «trouver une solution à ce problème pour remettre en liberté ce candidat».
Parce que sinon, toujours selon le Pr Ben Achour, «nous allons avoir des problèmes extrêmement graves sur la validité de l'ensemble des élections, étant donné que l'un des principes les plus fondamentaux de la participation électorale, le principe d'égalité des chances entre les candidats, est rompu si jamais, et j'espère que ce ne sera pas le cas, l'un des candidats est maintenu en prison».
Le Pr Ben Achour rappelle que «cette rupture manifeste de l'égalité des chances entre les candidats est condamnée par le droit international, notamment par le Pacte sur les droits civils et politiques, la Charte africaine des droits de l'homme, ainsi que toutes les conventions que la Tunisie a ratifiées».
Risques d'annulation
Entre-temps, l'Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) a, comme pour le premier tour, demandé au pouvoir judiciaire de permettre au candidat Nabil Karoui d'assurer sa campagne électorale. Le président de l'ISIE, Nabil Bafoun, a demandé au président de la République par intérim, Mohamed Ennaceur, d'intervenir afin de pallier cette problématique en matière de respect de la Constitution.
Par ailleurs, la défense de Nabil Karoui a essuyé, jusque-là, des rejets de ses demandes pour sa libération. Les avocats de Karoui disent attendre le recours en appel devant les juridictions du pôle judiciaire économique et financier, dont la date n'a pas été fixée.
La question d'égalité des chances des candidats a été soulevée par les partenaires internationaux de la Tunisie, auprès des autorités locales, qui se cachent derrière l'indépendance de la justice. La mission d'observation des élections, déléguée par l'UE, a attiré l'attention sur ce manquement dans son rapport.
Si le magnat des médias Nabil Karoui souffre de son arrestation, l'universitaire Kaïs Saied était plutôt ignoré, malgré ses multiples interventions sur les médias. Son indépendance avait, par le passé, affaibli son «attraction médiatique», malgré sa montée dans les sondages.
Aujourd'hui qu'il est passé au deuxième tour, en position de favori, il suscite la convoitise des médias, mais, aussi, des listes candidates aux législatives, partisanes ou indépendantes, qui disent l'avoir soutenu. Du coup, une pléiade de mouvances se réclame de Kaïs Saied, le poussant à prendre de la distance. Il a ainsi confirmé, dans une vidéo postée sur sa page Facebook le 21 septembre, qu'il n'était «absolument pas concerné par les élections législatives».
Eclaircissements
Le candidat a affirmé qu'il ne soutiendra aucune liste partisane ou indépendante aux législatives et que son choix est fait «par principe puisqu'il s'agit d'une question fondamentale pour lui». Kais Saied a toujours été favorable à un scrutin uninominal et non à un scrutin de listes, comme c'est le cas en ce moment en Tunisie.
A rappeler que plusieurs partis politiques et personnalités, conservateurs et modernistes, ont exprimé leur soutien à cet universitaire, à commencer par les islamistes d'Ennahdha, le Courant démocratique de Mohamed Abbou, le Rassemblement de la dignité de Seifeddine Makhlouf, ou encore les candidats qui ont échoué à la présidentielle comme Mohamed Hechmi Hamdi, Mohamed Lotfi Mraihi, Hammadi Jebali, Safi Saïd ainsi que l'ex-Président Mohamed Moncef Marzouki.
Le candidat Kais Saied rejette ainsi ces appels du pied des partis et listes indépendantes, engagées dans les législatives, en réitérant son engagement à rester à l'écart des tiraillements politiques et des tractations autour du scrutin législatif.
Par ailleurs, concernant le positionnement politique de Kais Saied, ce dernier a réfuté, dans une interview au magazine L' Obs les informations selon lesquelles il a reçu le soutien d'un parti extrémiste, Hizb Ettahrir, ce qui a conduit à le qualifier de «salafiste». «Est-ce que je ressemble à un salafiste ? Je cite Voltaire et Victor Hugo, puis-je être un salafiste ? Est-ce que parler à quelqu'un vous fait appartenir à son mouvement politique ?» a-t-il répondu à la journaliste.
Sur la question de l'égalité dans l'héritage, Kaïs Saied a insisté sur la nécessité de respecter la loi et de fonder le système sur une distribution équitable, affirmant que l'équité est l'objectif et non pas l'égalité.
Concernant la question de l'homosexualité, Kaïs Saied a dit défendre le respect de la vie privée, en affirmant que ni l'EEtat ni les autorités publiques ne pouvaient s'ingérer dans des affaires privées. Il a néanmoins différencié la part de la liberté individuelle entre la sphère privée et publique, puisqu'il y a des valeurs sociales à respecter dans l'espace public.
– L'ex-président tunisien Ben Ali enterré à Médine
Le président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali, décédé jeudi, a été enterré samedi dans la ville sainte musulmane de Médine, dans l'ouest de l'Arabie saoudite. L'ancien chef de l'Etat tunisien, qui est mort à Jeddah, au sud de Médine, a été inhumé dans le cimetière d'Al Baqi. Zine El Abidine Ben Ali avait été chassé par la rue le 14 janvier 2011 après avoir installé un régime policier en Tunisie deux décennies durant. Son décès a été passé sous silence par les médias saoudiens.
Il n'a pas fait la Une de l'actualité ni des conversations en Tunisie, alors que le pays s'apprête à élire ses députés le 6 octobre, puis à choisir un Président entre deux outsiders : un homme d'affaires emprisonné et un universitaire prônant une décentralisation radicale. A. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.