Participation croissante dans les centres de vote des wilayas de l'Ouest    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    A l'issue de sa première conférence de presse Un dialogue pour prospecter les défis du moment et du futur    Les engagements du nouveau Président    Les Etats-Unis "pressés de travailler avec Tebboune"    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    Volkswagen suspend sa production en Algérie    À quoi joue Macron ?    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Législatives au Royaume-Uni: Boris Johnson remporte une large majorité    Le ton est monté lors du sommet au format Normandie Moscou en explique la raison    Boko Haram : Entre attaques et enrôlements forcés au Caméroun    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Canoë-Kayak - Championnat arabe : L'Algérie prend la 2e place    Tournoi féminin de l'UNAF (U-21) : L'Algérie débutera face à l'Egypte    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    Houda Ferraoune n'a pas voté    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inquiétant recul des libertés
Les arrestations de militants se multiplient
Publié dans El Watan le 29 - 09 - 2019

L'arrestation de Karim Tabbou, le lendemain de sa mise en liberté conditionnelle, laisse perplexe et inquiète lourdement. Arrêté chez lui par des individus en civil sans en connaître les motifs, il a été conduit vers une destination inconnue, privé de son droit d'en informer sa famille avant d'être présenté en fin de journée devant le tribunal de Sidi M'hamed, qui l'a placé sous mandat de dépôt. Le cas Tabbou n'est pas isolé. Arrestations musclées, gardes-à-vue en violation de la loi et mises en détention systématiques des manifestants et militants politiques augurent de sombres jours pour l'Algérie et sa révolution.
Moins de 24 heures après sa mise en liberté conditionnelle par le tribunal de Koléa, Karim Tabbou se fait embarquer jeudi matin par «des individus en civil qui se sont présentés comme étant des policiers», puis conduit à bord de leur véhicule vers une destination inconnue. Durant 24 heures, aucun de ses avocats n'a pu identifier ceux qui ont procédé à cette arrestation, ni être informé du lieu vers où il a été dirigé.
Ce n'est qu'au milieu de la journée de vendredi et après avoir fait le tour des tribunaux, que Me Mustapha Bouchachi a pu avoir l'information de sa présentation devant le tribunal de Sidi M'hamed, jeudi en fin de journée, et son placement en détention à El Harrach. Pour l'instant, ni la famille ni les avocats ne connaissent les raisons de cette deuxième incarcération. Ce qui est en violation totale avec les dispositions du code de procédure pénale, qui garantissent le droit des citoyens, lorsqu'ils sont arrêtés par les services de sécurité, d'informer leur famille ou leurs avocats.
Le cas Karim Tabbou n'est malheureusement pas isolé. Plusieurs militants politiques ont fait l'objet des mêmes pratiques que l'on croyait révolues. D'abord Lakhdar Bouregaâ, cet ancien officier et héros de la Guerre de Libération nationale, âgé de 86 ans, membre actif du mouvement de protestation populaire, arrêté le 29 juin dernier dans des conditions aussi troublantes que condamnables.
Il était chez lui, parmi les membres de sa famille, lorsque des individus en civil l'ont emmené, sans lui laisser le temps de se changer, vers une destination inconnue. Personne, même pas les membres de sa famille, n'a été informé des motifs et de l'endroit où cet homme au passé révolutionnaire a été dirigé, jusqu'à ce qu'il soit présenté au parquet de Sidi M'hamed puis incarcéré à El Harrach. Il y a quelques jours, le 16 septembre, c'était au tour d'un autre activiste, Samir Belarbi, de faire l'objet d'une arrestation musclée dans la rue, à quelques encablures de sa maison à Bouzaréah. Ce n'est que 24 heures plus tard qu'il a été déféré devant le parquet de Bir Mourad Raïs, qui l'a placé sous mandat de dépôt.
Son avocat, Me Badi, parle de «kidnapping sur la voie publique, opéré par des personnes qui se sont présentées comme étant des agents des services de sécurité pour l'emmener vers une destination inconnue». Les deux amis de Belarbi, qui avaient assisté à l'arrestation, affirment que ce dernier était dans sa voiture «lorsque deux véhicules banalisés qui le suivaient lui ont barré la route. Les occupants sont descendus et lui ont ordonné de les suivre. Ils l'ont emmené vers une destination inconnue». A ce jour, Belarbi croupit à la prison d'El Harrach.
Après les arrestations de dizaines de porteurs de l'emblème amazigh, c'est au tour des activistes de la contestation populaire d'être la cible des services de sécurité. Le 18 septembre, le journaliste Fodil Boumala a été surpris comme un vulgaire délinquant au bas de son domicile, vers 20h30, par des agents en civil qui l'ont présenté le lendemain devant le tribunal de Dar El Beïda, lequel l'a placé en détention. Pour les militants des droits de l'homme, au fur et à mesure que la date du 12 décembre, prévue pour l'élection présidentielle, se rapproche, le nombre d'arrestations de manifestants et de militants politiques se multiplie.
Chaque vendredi, de nombreux manifestants sont interpellés par les services de sécurité, souvent happés loin de la foule, sans aucune raison, et bon nombre d'entre eux sont placés sous mandat de dépôt pour «attroupement non autorisé», alors que des millions d'Algériens battent le pavé chaque vendredi sans demander la permission de l'administration. Parallèlement à ces mesures arbitraires, les médias lourds aussi bien publics que privés sont soumis au chantage et à la censure pour éviter toute critique à l'égard des tenants du pouvoir.
Ces tentatives de mainmise sur la parole ont pour but d'arrêter la marche historique vers la IIe République à travers les pratiques de terreur que l'on pensait révolues. Comment peut-on arrêter des citoyens en dehors des heures prévues par la loi (entre 7h et 20h), les maintenir en garde-à-vue sans que leurs familles ne soient informées et les déférer devant les tribunaux sans la présence de leurs avocats, puis les mettre systématiquement sous mandat de dépôt ? L'Algérie semble glisser de plus en plus vers un Etat de non-droit. La situation inquiète à plus d'un titre…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.