Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    Constantine: levée des entraves administratives pour achever l'aménagement extérieur des logements AADL2    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    Un tremblement de terre de magnitude 4.9 enregistré à Jijel    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Saisie de plus de 10 quintaux de kif traité à Naâma (MDN)    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Ce que propose le PAD    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Appel à l'accompagnement des professionnels    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les stades de Bou-Saâda et de Saïda homologués    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Bouira: Coupures d'eau et perturbations dans plusieurs communes    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Grèce appelle les Nations unies à condamner l'accord turco-libyen
Parce que «perturbateur» pour la paix en méditerranée orientale
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2019

Pour Athènes, Ankara et Tripoli «n'ont ni zones maritimes superposées ni frontières communes et, par conséquent, il n'y a aucune base juridique pour conclure légalement un accord de délimitation maritime».
La Grèce a appelé, hier, les Nations unies à condamner un accord maritime entre la Turquie et la Libye qu'elle qualifie de «perturbateur» pour la paix et la stabilité en Méditerranée orientale. C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du gouvernement, Stelios Petsas, cité par des médias. Athènes «veut que l'accord soit porté à l'attention du Conseil de sécurité» de l'Organisation des Nations unies (Onu) «afin qu'il puisse être condamné», a ajouté le même responsable devant la presse.
Le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis a envoyé des lettres séparées soulevant la question auprès du secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, et du Conseil de sécurité onusien, a indiqué Stelios Petsas. Ce dernier a soutenu que l'accord en question est conclu «de mauvaise foi» et demeure «invalide car il n'a pas été approuvé par le Parlement libyen», contrôlé par une faction rivale du gouvernement de Tripoli.
Cet accord, qui délimite des frontières maritimes entre les deux pays, «ignore la présence des îles grecques dans cette zone maritime, y compris l'île de Crète, et viole leur droit à créer des zones maritimes comme n'importe quel territoire terrestre», a écrit l'ambassadrice grecque aux Nations unies, Maria Theofili, dans une lettre datée de lundi et adressée au secrétaire général de l'Onu. Et d'observer : «La Turquie et la Libye n'ont ni zones maritimes superposées ni frontières communes et, par conséquent, il n'y a aucune base juridique pour conclure légalement un accord de délimitation maritime».
L'accord en question a été signé le 27 novembre à Istanbul par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et Fayez Al Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu par l'Onu. Depuis sa signature, la Grèce condamne vivement cet accord, le qualifiant vendredi de «violation du droit maritime international et des droits souverains de la Grèce et d'autres pays».
Elle a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur libyen à Athènes. Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, estime que l'accord «a déjà entraîné l'isolement diplomatique de la Turquie». L'accord a été «dénoncé par les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Egypte et Israël», a-t-il dit devant le Parlement grec.
«Chantage» et odeur de pétrole
Le Premier ministre grec est attendu à la Maison-Blanche le 7 janvier. Son ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, en contact avec ses partenaires européens et avec l'Egypte sur ce dossier, a estimé que la Turquie a fait du «chantage» à la Libye pour signer cet accord.
Il a jugé sur la chaîne télévisée ANT 1 que l'entente turco-libyenne est «clairement» liée aux revers subis par le gouvernement de Tripoli face au maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen. Allié du maréchal Haftar, le président du Parlement libyen, Aguila Saleh Issa, qui, selon Athènes, s'est déclaré «contre cet accord», est attendu cette semaine à Athènes.
De son côté, le président turc a affirmé, hier, que son pays est prêt à envoyer des troupes en Libye pour soutenir le GNA, aux termes dudit accord. «Si la Libye formule une telle demande, nous pourrons envoyer nos personnels (militaires), surtout que nous avons conclu un accord militaire», a-t-il déclaré.
La veille, il a annoncé qu'il envisageait «des activités d'exploration conjointes» avec la Libye au large de Chypre, dans une zone qui recèle d'importants gisements de gaz. «Avec cet accord, nous avons augmenté au maximum le territoire sur lequel nous avons autorité. Nous pouvons mener des activités d'exploration conjointes», a indiqué le président turc lors d'une interview accordée à la télévision publique TRT.
Il a ajouté qu'Ankara devrait dépêcher un nouveau navire de forage en Méditerranée orientale et pourrait étendre ses efforts d'exploration à la mer Noire et même aux eaux internationales. Plusieurs bateaux turcs sont déjà à la recherche de pétrole et de gaz au large de Chypre, sujet de tensions avec l'Union européenne dont ce pays est membre, la Turquie occupant la partie nord de l'île.
Début novembre, Bruxelles a franchi une nouvelle étape vers l'imposition de sanctions contre Ankara pour ces forages «illégaux», en adoptant formellement un cadre juridique pour cibler les personnes concernées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.