Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Grèce appelle les Nations unies à condamner l'accord turco-libyen
Parce que «perturbateur» pour la paix en méditerranée orientale
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2019

Pour Athènes, Ankara et Tripoli «n'ont ni zones maritimes superposées ni frontières communes et, par conséquent, il n'y a aucune base juridique pour conclure légalement un accord de délimitation maritime».
La Grèce a appelé, hier, les Nations unies à condamner un accord maritime entre la Turquie et la Libye qu'elle qualifie de «perturbateur» pour la paix et la stabilité en Méditerranée orientale. C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du gouvernement, Stelios Petsas, cité par des médias. Athènes «veut que l'accord soit porté à l'attention du Conseil de sécurité» de l'Organisation des Nations unies (Onu) «afin qu'il puisse être condamné», a ajouté le même responsable devant la presse.
Le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis a envoyé des lettres séparées soulevant la question auprès du secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, et du Conseil de sécurité onusien, a indiqué Stelios Petsas. Ce dernier a soutenu que l'accord en question est conclu «de mauvaise foi» et demeure «invalide car il n'a pas été approuvé par le Parlement libyen», contrôlé par une faction rivale du gouvernement de Tripoli.
Cet accord, qui délimite des frontières maritimes entre les deux pays, «ignore la présence des îles grecques dans cette zone maritime, y compris l'île de Crète, et viole leur droit à créer des zones maritimes comme n'importe quel territoire terrestre», a écrit l'ambassadrice grecque aux Nations unies, Maria Theofili, dans une lettre datée de lundi et adressée au secrétaire général de l'Onu. Et d'observer : «La Turquie et la Libye n'ont ni zones maritimes superposées ni frontières communes et, par conséquent, il n'y a aucune base juridique pour conclure légalement un accord de délimitation maritime».
L'accord en question a été signé le 27 novembre à Istanbul par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et Fayez Al Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu par l'Onu. Depuis sa signature, la Grèce condamne vivement cet accord, le qualifiant vendredi de «violation du droit maritime international et des droits souverains de la Grèce et d'autres pays».
Elle a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur libyen à Athènes. Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, estime que l'accord «a déjà entraîné l'isolement diplomatique de la Turquie». L'accord a été «dénoncé par les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Egypte et Israël», a-t-il dit devant le Parlement grec.
«Chantage» et odeur de pétrole
Le Premier ministre grec est attendu à la Maison-Blanche le 7 janvier. Son ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, en contact avec ses partenaires européens et avec l'Egypte sur ce dossier, a estimé que la Turquie a fait du «chantage» à la Libye pour signer cet accord.
Il a jugé sur la chaîne télévisée ANT 1 que l'entente turco-libyenne est «clairement» liée aux revers subis par le gouvernement de Tripoli face au maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen. Allié du maréchal Haftar, le président du Parlement libyen, Aguila Saleh Issa, qui, selon Athènes, s'est déclaré «contre cet accord», est attendu cette semaine à Athènes.
De son côté, le président turc a affirmé, hier, que son pays est prêt à envoyer des troupes en Libye pour soutenir le GNA, aux termes dudit accord. «Si la Libye formule une telle demande, nous pourrons envoyer nos personnels (militaires), surtout que nous avons conclu un accord militaire», a-t-il déclaré.
La veille, il a annoncé qu'il envisageait «des activités d'exploration conjointes» avec la Libye au large de Chypre, dans une zone qui recèle d'importants gisements de gaz. «Avec cet accord, nous avons augmenté au maximum le territoire sur lequel nous avons autorité. Nous pouvons mener des activités d'exploration conjointes», a indiqué le président turc lors d'une interview accordée à la télévision publique TRT.
Il a ajouté qu'Ankara devrait dépêcher un nouveau navire de forage en Méditerranée orientale et pourrait étendre ses efforts d'exploration à la mer Noire et même aux eaux internationales. Plusieurs bateaux turcs sont déjà à la recherche de pétrole et de gaz au large de Chypre, sujet de tensions avec l'Union européenne dont ce pays est membre, la Turquie occupant la partie nord de l'île.
Début novembre, Bruxelles a franchi une nouvelle étape vers l'imposition de sanctions contre Ankara pour ces forages «illégaux», en adoptant formellement un cadre juridique pour cibler les personnes concernées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.