Lancement d'un nouveau site web    La valorisation des agrumes passe par leur labellisation    Des syndicalistes demandent au président de purger l'UGTA    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    La situation du tennis algérien au menu de la réunion du CE    Les Verts se préparent déjà    La JSK joue sa dernière carte    108 familles relogées dans des appartements neufs    Evaluation des résultats de la coopération algéro-britanique dans le domaine éducatif    Création de 2.902 places pédagogiques et 5 nouvelles spécialités pour la session de février 2020    Découverte de pièces archéologiques à Tébessa    Sortir le livre sur les places publiques    Un document relatant les ères historiques successives    Soudani retrouve les terrains    Les dates de leur procès fixées    L'Algérie donne le ton et rejette toute ingérence étrangère    Plusieurs soldats tués dans une attaque près du Burkina Faso    Un manque de stratégie et de volonté politique    Un dispositif de surveillance déclenché en Algérie    À el aouana (Jijel) pas de perte humaine    L'Algérie perd une place dans l'Indice Transparency    Le ministre de l'Enseignement supérieur s'explique    Tebboune, à coeur ouvert    L'édification d'une Algérie nouvelle exige la contribution de l'élite nationale    Le peuple insiste sur l'édification d'un Etat libre et uni    Une secousse tellurique de magnitude 3.6 enregistré à Jijel    Arsenal : Vers un retour en Liga pour Ceballos, mais pas forcément au Real    Inter Milan : Accord avec Tottenham pour Christian Eriksen    Futsal/CAN à Laâyoune occupée: une violation flagrante du droit international    Tizi-Ouzou: hommage et recueillement à la mémoire de Matoub Lounes    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    NOUVELLES RESSOURCES ENERGETIQUES : Tebboune juge ‘'nécessaire'' l'exploitation du schiste    SURETE NATIONALE : 206 inspecteurs principaux promus    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    Bouhired décorée par le président tunisien    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs    .sortir ...sortir ...sortir ...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2019

Donald Trump sera, sauf surprise, renvoyé en procès pour destitution lors d'un vote historique au Congrès la semaine prochaine, une commission ayant approuvé hier deux chefs d'accusation contre lui.
Deux mois et demi après l'explosion du «scandale ukrainien», la commission judiciaire de la Chambre des représentants, a adopté, en suivant des lignes strictement partisanes, les chefs d'«abus de pouvoir» et d'«entrave à la bonne marche du Congrès» contre le président des Etats-Unis.
Décrivant «un jour solennel et triste», le chef démocrate de la commission, Jerry Nadler, a promis que la Chambre allait désormais agir «au plus vite». Selon les médias, elle devrait se prononcer sur le texte mercredi en séance plénière. Compte tenu de la majorité démocrate dans cette enceinte, Donald Trump devrait devenir le troisième président de l'histoire des Etats-Unis mis en accusation au Congrès («impeachment») après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998. Comme eux, il devrait toutefois échapper à une destitution, le Sénat, chargé de le juger, étant contrôlé par les républicains qui font bloc autour de leur président.
Ce vote est «écœurant», «une honte pour notre pays», mais «on dirait que c'est une bonne chose pour moi», a réagi Donald Trump, en assurant que sa cote de popularité «crevait le plafond». Si cet «impeachment» menace de laisser une marque indélébile sur le bilan du 45e président des Etats-Unis, Donald Trump jouit toujours d'un large soutien dans les rangs républicains, et l'impact de cette procédure sur sa campagne de réélection est incertain. Quelque 47,3% des Américains soutiennent sa destitution et 45,9% sont contre, selon la moyenne des sondages établie par le site FiveThirtyEight. Comme pour montrer qu'il restait concentré sur les affaires essentielles du pays, Donald Trump a tweeté – au moment même du vote en commission – sur le «fantastique accord» commercial tout juste conclu entre les Etats-Unis et la Chine.
Pression
Le Président républicain est dans la tourmente parce qu'il a demandé à son homologue ukrainien d'enquêter sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020. Or, une aide militaire cruciale pour Kiev, en conflit armé avec la Russie, avait été bloquée quelques jours avant qu'il ne formule sa demande.
De ces faits incontestés, démocrates et républicains tirent des conclusions aux antipodes. Pour les premiers, Donald Trump a commis un «abus de pouvoir» pour s'assurer un avantage dans l'élection de 2020, mettant en jeu l'intégrité du scrutin et la sécurité des Etats-Unis. Les démocrates lui reprochent aussi d'avoir «entravé» le travail du Congrès en refusant de participer à leur enquête. Jugeant la procédure «inconstitutionnelle», la Maison-Blanche a en effet interdit à des conseillers du président de témoigner ou de fournir des documents réclamés par la Chambre.
Donald Trump et ses partisans jurent de leur côté qu'il n'y a eu «aucune pression» exercée sur l'Ukraine et que les demandes d'enquête étaient légitimes pour lutter contre des soupçons de «corruption» liés aux affaires du fils de Joe Biden, Hunter, dans ce pays. Pour eux, la procédure de destitution est motivée par l'aversion des démocrates pour un président au style peu conventionnel, et par leur peur de perdre de nouveau contre lui en 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.