Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamel Rezig, Ferhat Aït Ali et Malika Bendouda : Ces ministres rattrapés par leurs publications sur Facebook
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2020

La liste des membres du nouveau gouvernement, rendue publique jeudi dernier, n'a pas échappé aux critiques. Au-delà de l'avis des manifestants du hirak opposés, systématiquement, à toutes les démarches venant du régime, ce sont les positions antérieures de certains membres de l'Exécutif de Abdelaziz Djerad qui font l'objet de polémique depuis vendredi dernier.
Trois profils sont déjà sous les feux de la critique. Ils se sont trop étalés sur les réseaux sociaux, ces derniers mois, sans pour autant prendre conscience que cet espace, public par excellence, allait leur jouer de très mauvais tours. Ils ne s'attendaient peut-être pas à cette promotion. Ils n'ont d'ailleurs pas pris le soin d'effacer leurs traces indélébiles sur l'espace bleu. Les internautes n'ont pas peiné pour les retrouver et les rappeler à leurs auteurs, devenus désormais des personnalités publiques. Pour certains profils, les positions sont carrément racistes et indignes. C'est le cas du ministre du Commerce, Kamel Rezig.
Ce dernier ne s'est pas seulement contenté de brandir «son doigt tacheté» de l'encre indélébile pour prouver qu'il avait bel et bien voté le 12 décembre dernier. Engagé dans la propagande abjecte, conduite par des officines occultes, contre le hirak, le désormais membre du gouvernement a puisé, de longs mois durant, dans le jargon nauséabond de certaines figures politico-médiatiques pour verser dans l'insulte à l'égard d'une partie du peuple algérien, en ciblant directement la Kabylie. Enseignant d'économie à l'université de Blida, l'homme est allé très loin dans ses dérapages jusqu'à traiter, comme on le voit sur ses posts Facebook, «les hirakistes» de «voyous».
Pis encore, il n'a pas hésité à s'attaquer à des figures respectables du hirak, dont les avocats Mustapha Bouchachi, Zoubida Assoul, Mokrane Aït Larbi et les activistes politiques Karim Tabbou et Samir Belarbi. Dans une publication datée du 3 août dernier, il les qualifie de «fils de harkis» et de «cancer de l'Algérie», parce qu'il ne partage pas leurs positions. Gravissime pour un enseignant universitaire qui accède, depuis jeudi, à la haute fonction de l'Etat. A-t-il eu une promotion pour ses dérives impardonnables ? Visiblement, c'est le cas.
Les échanges de Ferhat Aït Ali avec des internautes
L'autre ministre qui suscite la polémique est Ferhat Aït Ali, chargé du portefeuille de l'Industrie. Le concernant, ce ne sont pas ses publications anti-hirak qui provoquent plus l'indignation. Etant une personnalité publique, appréciée notamment pour ses analyses de la situation économique et financière du pays faites dans la presse et sur les plateaux TV, Ferhat Aït Ali ne maîtrise pas, pour autant, ses nerfs. Lorsqu'il est poussé dans ces derniers retranchements par des facebookers commentant ses publications, l'homme a souvent des réflexes agressifs. Il n'hésite pas à envoyer des messages privés insultants. Pour son malheur, les destinataires de ces messages les ont rendus publics.
Et depuis, jeudi dernier, ils sont diffusés à grande échelle. Les internautes sont remontés aussi jusqu'en 2017 pour exhumer une publication de Ferhat Aït Ali dans laquelle il est tombé à bras raccourcis sur l'actuel chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui venait juste d'être nommé Premier ministre, à l'époque.
Malika Bendouda, une hirakiste jusqu'au 2 janvier
Sur un autre registre, la nouvelle ministre de la Culture, Malika Bendouda, suscite, quant à elle, l'étonnement. Les gens ne comprennent, toujours pas comment elle a accepté d'intégrer le gouvernement, alors qu'elle a toujours critiqué toutes les démarches du pouvoir, depuis le 22 février dernier. En effet, l'enseignante de philosophie a posté une série de publications dans lesquelles elle s'est positionnée contre, y compris l'élection présidentielle du 12 décembre 2019. Malika Bendouda est restée «hirakiste» jusqu'au… 2 janvier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.