IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    TRANSPORT URBAIN : Des mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    REPRISE DES ACTIVITES COMMERCIALES : L'ANCA salue la décision    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Covid19: 115 nouveaux cas, 178 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    Début de la 179e réunion de la conférence de l'OPEP sous la présidence de l'Algérie    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    BLIDA RESPIRE    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2020

L'admission du Premier ministre, Boris Johnson, en soins intensifs suscite une forte inquiétude au Royaume-Uni. Elle montre à quel point le coronavirus peut durement atteindre des sujets en bonne santé, qu'ils soient anonymes ou puissants.
Lundi 6 avril, «au cours de l'après-midi, l'état de santé du Premier ministre s'est détérioré et, sur le conseil de son équipe médicale, il a été transféré au service des soins intensifs de l'hôpital», selon son porte-parole. Avec le prince héritier Charles, qui est rétabli, Boris Johnson est l'une des plus de 50 000 personnes testées positives au Royaume-Uni depuis le début de l'épidémie. Près de 5400 d'entre elles en sont mortes.
Diagnostiqué positif au Covid-19 le 27 mars, le chef du gouvernement conservateur avait refusé de s'arrêter de travailler, depuis ses appartements de Downing Street. Depuis l'annonce de sa maladie, Boris Johnson continuait à diriger la riposte du gouvernement en quarantaine, depuis son appartement de Downing Street, d'où il postait des messages vidéo sur Twitter appelant ses compatriotes à rester chez eux. Certains commentateurs jugeaient que le chef du gouvernement aurait dû se reposer. Au bout de 10 jours, dimanche, et alors que ses symptômes persistaient, il avait été hospitalisé «pour des examens».
Une «mesure de précaution», officiellement. Le quotidien de gauche The Guardian affirmait lundi que «Johnson était plus gravement malade que lui ou ses fonctionnaires n'étaient prêts à l'admettre, et a été vu par des médecins inquiets de sa respiration». Pour certains titres, il lutte carrément pour sa survie. Quelques heures à peine avant l'annonce de son admission en soins intensifs, le chef de la diplomatie, Dominic Raab, avait assuré qu'il avait passé une «nuit tranquille» à l'hôpital St Thomas, dans le centre de Londres, et qu'il restait «en observation». «Son moral est bon» et «il continue à diriger le gouvernement», avait-il assuré durant la conférence de presse quotidienne de l'Exécutif, pressé de questions sur la capacité du Premier ministre à exercer ses fonctions malgré la maladie. «Cela ne fait aucun doute que la tournure prise par les événements signifie que Boris Johnson est gravement malade», estimait lundi soir Derek Hill, professeur d'imagerie médicale à l'University College de Londres, cité par Science Media Centre.
D'après une source gouvernementale, le Premier ministre reste «conscient» et son transfert, intervenu vers 19h (heure locale), a été décidé «par précaution au cas où il aurait besoin d'un respirateur».
Le Pr Hill affirmait avoir des renseignements selon lesquels il bénéficie d'un «type d'assistance respiratoire appelé ventilation en pression positive continue (CPAP), communément employé dans le traitement de l'apnée du sommeil obstructive. L'expérience en Italie et dans d'autres pays européens montre que le CPAP peut être efficace pour les patients atteints du Covid-19, au moins dans un premier temps».
«Le Premier ministre a reçu un soutien en oxygène et il reste sous étroite surveillance», mais il n'a «pas été placé sous respirateur», a indiqué Michael Gove, n°2 de facto du gouvernement, sur la radio LBC, hier matin.La reine Elisabeth II est tenue informée de l'état de santé de son Premier ministre, selon le palais de Buckingham. Et Dominic Raab, ministre des Affaires étrangères, le remplace «là où c'est nécessaire», a précisé le porte-parole de Boris Johnson. La première tâche pour Dominic Raab a été de présider hier la réunion quotidienne d'urgence regroupant des ministres, le principal responsable médical et le conseiller scientifique.
Connu pour n'avoir jamais ménagé sa peine, l'excentrique politicien avait tenté de masquer ses atermoiements face à la crise sanitaire en clamant n'avoir aucune crainte de monter en première ligne. «J'ai serré la main de tout le monde», y compris de malades, déclarait-il le 3 mars en racontant sa visite à un hôpital. Bien que ce ne soit pas là qu'il ait contracté la maladie, vu le délai d'incubation, «Boris Johnson a ignoré les conseils sanitaires à ses propres périls», commentait The Independant quand le diagnostic est tombé fin mars. Son obstination à rester aux commandes n'avait aucunement surpris les Britanniques : ni ses partisans qui louent son engagement ni ses adversaires qui critiquent son ambition dévorante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.