Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Championnat d'Espagne : Zidane ne souhaite pas un éventuel départ de Messi du Barça    Refonte du système et de la politique nationale de santé en Algérie : Quelques questions à l'ordre du jour    Epidémie du coronavirus à El Tarf : El Kala redoute l'éclosion d'un foyer cet été    On vous le dit    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    Squat des terrasses d'immeubles au centre-ville: Démolition d'une construction illicite à la rue Larbi Ben M'hidi    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    "25 à 30% des cas confirmés à la Covid-19 sont d'origine familiale"    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    l'Algérie a honoré sa dette    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2020

L'experte de l'ONU ayant enquêté sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi par des agents saoudiens à Istanbul a jugé vendredi «choquant» que ses fils puissent pardonner aux assassins présumés de leur père, y voyant un nouvel acte dans la «parodie de justice» saoudienne.
«Bien que choquante, l'annonce que la famille du journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi a pardonné à ses assassins était attendue», a déclaré dans un communiqué la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, qui en tant qu'experte indépendante ne s'exprime pas au nom de l'ONU. «Les autorités saoudiennes jouent ce qu'elles espèrent être l'acte final de leur parodie de justice (…) devant une communauté internationale bien trop prête à être trompée», a-t-elle ajouté, estimant que la clémence des fils du journaliste était un nouvel «acte» de cette parodie.
Comme dans le passé, elle a appelé le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres «à agir». Elle lui a demandé une «enquête de suivi» axée sur «la chaîne de commandement et les responsabilités individuelles associées, y compris aux plus hauts niveaux de l'Etat». Jamal Khashoggi, critique du régime saoudien après en avoir été proche, a été assassiné et son corps découpé en morceaux le 2 octobre 2018 dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul où il s'était rendu pour récupérer un document.
Ses enfants ont déclaré vendredi qu'ils «pardonnaient» aux assassins de leur père, une annonce qui devrait permettre aux accusés d'échapper à la peine de mort, selon des analystes. Après avoir nié l'assassinat, les autorités de Riyad ont affirmé qu'il avait été commis par des agents saoudiens ayant agi seuls et sans ordre venant de hauts dirigeants.
A l'issue d'un procès opaque en Arabie Saoudite, cinq Saoudiens ont été condamnés à mort et trois condamnés à des peines de prison pour l'assassinat de Jamal Khashoggi. 11 personnes avaient été inculpées au total. Fin juin 2019, l'experte française avait affirmé avoir rassemblé suffisamment de «preuves crédibles» pour justifier l'ouverture d'une enquête internationale sur l'assassinat de Jamal Khashoggi afin d'établir les responsabilités de hauts responsables saoudiens dans ce crime, y compris le prince héritier Mohammed ben Salmane, et demandé au chef de l'ONU de la déclencher.
Le porte-parole de M. Guterres avait répondu que le secrétaire général n'en avait pas le pouvoir et qu'il fallait qu'au moins un Etat membre de l'ONU en fasse la demande.
Mme Callamard a demandé aux tribunaux d'autres pays de se saisir du dossier, notamment en Turquie et aux Etats-Unis, pays où le journaliste travaillait et résidait. Alors que l'Arabie Saoudite assure la présidence tournante du G20, l'experte a estimé qu'un «gouvernement responsable de l'organisation, de la préméditation et du meurtre» d'un journaliste «ne devrait pas être récompensé par l'accueil» d'un tel groupe ou d'autres événements similaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.