Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art
Publié dans El Watan le 02 - 06 - 2020

Heureusement que le ridicule ne tue pas. Après «Abu marteau» qui a endommagé la statue d'Ain Fouara (Sétif), voici «Abu rouleau» qui s'en prend à une fresque murale de street artists (artistes de l'art pictural urbain) en décrétant une «fetwa».
Il faut en parler, en reparler. Sinon, ce serait un anodin fait divers. Cela s'est passé, il y a une semaine, un individu, voulant «daeshiser» une œuvre d'art urbaine, elle d'une création collective de street artistes, dans aire de jeu d'Alger-centre (Bd, Mustapha Ben Boulaid), s'est hissé sur une benne à ordures, muni d'un rouleau de peinture, a défiguré, abîmé, saccagé et «mutilé une œuvre d'art des jeunes artistes ayant montré leur savoir-faire pictural urbain, en recouvrant, cachant cette beauté artistique, avec de la peinture blanche, maladroitement, imprimée. Il ne sait pas peindre.
Pourtant, ce qui est tague, n'est pas choquant ou obscène. Une vielle personne tenant un gobelet. Un massacre peinturluré. Pourquoi? Le sinistre individu s'étant réveillé pour agir…contre la «franc-maçonnerie» et ses symboles et la purifier au nom d'une fetwa improvisée islamique. Il s'est improvisé en imam, sémiologue, redresseur de torts, se disant «soldat de Dieu».
Il s'improvise en imam, sémiologue…
Filmé par ses complices (sur Youtube), il motive et revendique son acte antinomique, médiéval en anticipant : «Ils (tous les gens qui vont s'en émouvoir) vont devenir fous. Ce soir, ils vont commencer à nous (il ne dit pas moi) attaquer… C'est cela la franc-maçonnerie…Nous combattons au nom de Dieu, n'est-pas?»
Cet acte obscurantiste a suscité une vague d'indignations sur les réseaux sociaux. L'individu arrêté, répondra de ses actes devant la justice. Au-delà de la sentence ou de la «clémence», cet acte, ces actes répétitifs contre l'art et les artistes devraient faire réfléchir. Il ne faudrait pas que ces «fetwas» fassent école et deviennent des cas d'école. Aujourd'hui, c'est ça, demain, c'est autre chose. Car on justifie faussement tout cela au nom de la religion.
C'est ce raccourci adopté par ce destructeur d'une œuvre d'art qui nécessite tant d'effort, d'heures, de patience, de passion et surtout tant de créativité. En tout cas, cet acte rétrograde, nous rappelle tristement les Talibans dynamitant les Bouddas de Bamiyan en Afghanistan (2001) et l'Etat islamique (ISL) détruisant le Tetrapyle et la façade du Théâtre romain de la cité antique syrienne de Palmyre (2016). A méditer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.