Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art
Publié dans El Watan le 02 - 06 - 2020

Heureusement que le ridicule ne tue pas. Après «Abu marteau» qui a endommagé la statue d'Ain Fouara (Sétif), voici «Abu rouleau» qui s'en prend à une fresque murale de street artists (artistes de l'art pictural urbain) en décrétant une «fetwa».
Il faut en parler, en reparler. Sinon, ce serait un anodin fait divers. Cela s'est passé, il y a une semaine, un individu, voulant «daeshiser» une œuvre d'art urbaine, elle d'une création collective de street artistes, dans aire de jeu d'Alger-centre (Bd, Mustapha Ben Boulaid), s'est hissé sur une benne à ordures, muni d'un rouleau de peinture, a défiguré, abîmé, saccagé et «mutilé une œuvre d'art des jeunes artistes ayant montré leur savoir-faire pictural urbain, en recouvrant, cachant cette beauté artistique, avec de la peinture blanche, maladroitement, imprimée. Il ne sait pas peindre.
Pourtant, ce qui est tague, n'est pas choquant ou obscène. Une vielle personne tenant un gobelet. Un massacre peinturluré. Pourquoi? Le sinistre individu s'étant réveillé pour agir…contre la «franc-maçonnerie» et ses symboles et la purifier au nom d'une fetwa improvisée islamique. Il s'est improvisé en imam, sémiologue, redresseur de torts, se disant «soldat de Dieu».
Il s'improvise en imam, sémiologue…
Filmé par ses complices (sur Youtube), il motive et revendique son acte antinomique, médiéval en anticipant : «Ils (tous les gens qui vont s'en émouvoir) vont devenir fous. Ce soir, ils vont commencer à nous (il ne dit pas moi) attaquer… C'est cela la franc-maçonnerie…Nous combattons au nom de Dieu, n'est-pas?»
Cet acte obscurantiste a suscité une vague d'indignations sur les réseaux sociaux. L'individu arrêté, répondra de ses actes devant la justice. Au-delà de la sentence ou de la «clémence», cet acte, ces actes répétitifs contre l'art et les artistes devraient faire réfléchir. Il ne faudrait pas que ces «fetwas» fassent école et deviennent des cas d'école. Aujourd'hui, c'est ça, demain, c'est autre chose. Car on justifie faussement tout cela au nom de la religion.
C'est ce raccourci adopté par ce destructeur d'une œuvre d'art qui nécessite tant d'effort, d'heures, de patience, de passion et surtout tant de créativité. En tout cas, cet acte rétrograde, nous rappelle tristement les Talibans dynamitant les Bouddas de Bamiyan en Afghanistan (2001) et l'Etat islamique (ISL) détruisant le Tetrapyle et la façade du Théâtre romain de la cité antique syrienne de Palmyre (2016). A méditer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.