La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Balance commerciale pour le premier trimestre : Le déficit commercial se creuse et les exportations en berne
Publié dans El Watan le 09 - 06 - 2020

Les résultats du flux commercial durant le premier trimestre de l'année 2020 laissent à voir un net recul à la fois des exportations et des importations avec un déficit commercial important de l'ordre de 1,5 milliard de dollars.
Les statistiques douanières rapportées par l'APS indiquent que ce déficit a augmenté de 26,21% par rapport à la même période de l'année 2019 où il s'établissait à 1,19 milliard de dollars.
La vente des hydrocarbures, qui représente l'essentiel des exportations algériennes, a marqué une baisse nette de 25,78% en s'affichant à 7,04 milliards de dollars contre 9,48 milliards de dollars en 2019.
Ces ventes ont pu couvrir 92,40% du volume global des importations, puisque les ventes hors hydrocarbures se sont établies au très marginal niveau de 578,7 millions de dollars, soit seulement 7,60% du volume global des exportations. Au premier trimestre 2019, les exportations hors hydrocarbures étaient de 658,04 millions de dollars.
Le volume global des exportations au tout début de l'année 2020, de janvier jusqu'au mois de mars, se sont établies à seulement 7,62 milliards de dollars, contre 10,14 milliards de dollars à la même période en 2019, marquant ainsi une chute de 24,89%. Cette période de référence coïncidait avec le tout début de l'application des mesures de confinement au mois de mars notamment.
La baisse des exportations hors hydrocarbures a concerné tous les groupes de produits. Des statistiques qui laissent à présager des résultats beaucoup plus négatifs durant le deuxième trimestre de l'année qui a vu l'arrêt quasi-total des activités économiques à cause de la pandémie de Covid-19 ainsi que la chute drastique des prix du pétrole.
La facture des importations a elle aussi connu une courbe descendante en s'affichant à 9,12 milliards de dollars, contre 11,33 milliards de dollars en 2019 (baisse de 19,52%). Mais les exportations n'ont pu couvrir que 83,50% du total de la facture d'importations contre 89,48% en 2019.
La baisse des importations a surtout touché quatre groupes de produits sur les sept que compte la structure des achats effectués par l'Algérie. La facture d'importation des biens d'équipement industriels, représentant 29% de la structure des importations, a totalisé 2,68 milliards de dollars contre 4,11 milliards de dollars en 2019, soit une baisse de 34,72%.
La facture d'achat des demi-produits a elle aussi reculé de 33,24% pour s'établir à 1,94 milliard de dollars contre 2,9 milliards de dollars. Pour les biens de consommation non alimentaires, la facture d'importation a affiché 1,44 milliard de dollars contre 1,57 milliard de dollars (-8,3%), alors que pour les biens d'équipements agricoles, les importations se sont établies à 62,35 millions de dollars contre 123,64 millions de dollars (-49,58%).
Des hausses ont toutefois concerné la structure d'importation des produits bruts achetés pour un montant de 586,8 millions de dollars contre 522,18 millions de dollars, de même pour les importations de carburants qui ont totalisé 465,46 millions de dollars contre 165,56 millions de dollars en 2019, marquant ainsi une très forte hausse de +181,14%.
La facture d'importation des biens alimentaires a aussi affiché une hausse mais légère de 0,59% pour s'établir à 1,93 milliard de dollars. Un changement notable a été enregistré dans le volume des importations algériennes en provenance de Chine.
Un effet direct du confinement et de l'arrêt des transactions avec ce pays durant les premiers mois de l'apparition de la pandémie de Covid-19.
Le volume des importations venant de Chine a représenté 1,55 milliard de dollars (16,99% des importations globales) et a donc baissé de 32,33%, même si ce pays a maintenu sa première place de fournisseur.
La France, qui est son deuxième fournisseur, a vendu des produits à l'Algérie pour un montant de 951,99 millions de dollars, suivie par l'Italie dont le volume des exportations vers l'Algérie a représenté 741,71 millions de dollars, puis l'Espagne avec 570,36 millions de dollars. A noter que les importations en provenance des Etats-Unis ont marqué une importante hausse de près de 76%, alors que celles en provenance d'Allemagne ont baissé de -36,11%.
Pour ce qui est du classement des clients de l'Algérie, l'Italie maintient sa première place d'acheteur avec 1,17 milliard de dollars (en baisse de 33% et représentant 15,44% du montant global des exportations algériennes).
La France arrive en deuxième position en achetant pour un montant de 1 milliard de dollars (-31,22%), suivie par la Turquie avec 705,03 millions de dollars (+20,52%), puis l'Espagne avec 627,85 millions de dollars.
Les ventes vers l'Espagne ont baissé de plus de la moitié, soit -52,83%, tout comme les exportations vers les Etats-Unis (-58,86%) , et vers la Grande-Bretagne une baisse notable de moins 57,40.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.