Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali : Le mandat de la Minusma prolongé sur fond de crise politique
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2020

Le Conseil de sécurité des Nations unies a renouvelé d'une année le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).
Selon RFI qui rapporte l'information, «la décision a été prise à l'unanimité des membres du Conseil de sécurité». La mission, précise la même source, est renouvelée jusqu'en juin 2021, avec le même nombre d'effectifs et un budget en légère croissance (1,2 milliard de dollars). La Minusma reste la troisième opération de paix la plus coûteuse.
La résolution sur la prorogation du mandat de la Minusma devrait, ajoute-t-on, «redéfinir de nouveaux indicateurs de progrès sur l'accord pour la paix et la réconciliation (APR) ; pour la section désarmement, démobilisation, réinsertion et de réintégration, pour la réforme constitutionnelle et pour la mise en place de la zone de développement du Nord».
Elle fixera aussi, pour la première fois, des référentiels sur le Centre, où la situation n'a cessé de se dégrader et où 580 personnes ont été tuées depuis janvier 2020. Le texte clarifiera également encore plus le soutien de la Minusma à la force conjointe du G5 Sahel pour plus d'efficacité lors des missions sur le terrain.
La décision du Conseil de sécurité de l'ONU intervient dans un contexte marqué par une flambée de violence dans le centre du pays. Des milliers de personnes manifestent également depuis plusieurs semaines dans les rues de Bamako pour réclamer la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), auquel elles reprochent sa mauvaise gestion.
L'ambassadeur des Etats-Unis dans la capitale malienne, Dennis Hankins, s'est dit suivre de près la situation. Il a indiqué qu'il tenait au respect des institutions. En d'autres termes, Washington est contre le départ forcé du président Ibrahim Boubacar Keïta et de son régime, comme demandé par les responsables du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) de l'imam Mahamoud Dicko. «Il faut accepter la démocratie.
On ne peut pas changer un système, on ne peut pas forcer au départ un Président élu démocratiquement (...)», a indiqué Dennis Hankins mardi dernier à l'issue d'une audience accordée par le président de l'Assemblée nationale du Mali. Il a précisé que «(...) c'est important d'avoir des discussions entre toutes les parties, société civile, gouvernement et partis politiques», avertissant qu'«il y a assez de problèmes devant la nation du Mali et tout le monde doit travailler ensemble».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.