Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    L'Exécutif tangue    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Aït-Ali dénonce une «campagne de dénigrement»    Le procès de l'autoroute Est-Ouest renvoyé    Bientôt des marchés de gros des dattes    "La situation du barrage de Taksebt demeure inquiétante"    Exportation des services numériques algériens    Instauration d'un pouvoir exécutif intérimaire en Libye    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Démission de la gouverneure générale    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Trois activistes retrouvent la liberté    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    "J'y suis, j'y reste !"    Zemmamouche, une année sans jouer !    Le Zamalek sans Mustapha Mohamed et Hussein El-Shahat contre le MCA    Le processus s'accélère    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Le secteur sur un brasier    Colonisation de l'Algérie : de la repentance, non, des excuses officielles, oui !    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    CHAN-2021 : La décantation tarde à se faire    Projet d'extension d'une usine à Tlemcen : Gel pour une histoire d'eau    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Fonds de garantie des crédits FGAR: Accompagnement d'une trentaine de PME en 2020    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    "Ni repentance ni excuses"    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles de Tiaret
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2020

Onze noyades depuis le début de l'été : Il n'y a pas que le coronavirus qui tue
L'imprudence alliée à un été caniculaire a induit, jusque-là, le décès de pas moins de onze personnes par noyades, principalement dans des retenues d'eaux et des oueds de la région. La dernière victime est une personne âgée de 31 ans repêchée du fond d'une retenue d'eau à Oued Belil dans la lointaine commune de Takhemaret. L'information nous a été confirmée hier par le colonel Rabah Boukhari chargé de la communication de la Protection civile, joint par téléphone. Ce corps constitué avait pourtant, dans de précédentes campagnes de sensibilisation, alerté sur les dangers des baignades sur les plans d'eaux et barrages. A vrai dire, il faut louer le ciel s'il n'y a pas beaucoup de décès car les rares piscines de la wilaya restent fermées aux jeunes. La tentation reste grande et il n'est un secret pour personne que des centaines de jeunes continuent de rallier les plans d'eaux en quête de fraîcheur. L'oued Mina aux portes de Tiaret et sa majestueuse cascade reste la plus prisée mais aussi la plus meurtrière. A. F.
La section locale des promoteurs immobiliers est née
Intervenant dans un contexte local marqué par l'indexation de la corporation des promoteurs comme l'ennemi public à abattre, du fait, entre autres, des lenteurs mises dans certains projets et surtout de la vive polémique qui a suivi la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un entrepreneur local dans sa voiture évoquer le chantage dont il fait part, beaucoup de jeunes entrepreneurs, bureaux d'études et experts des secteurs privés et publics viennent de se regrouper au sein de l'ONPI ou organisation nationale des promoteurs immobiliers dont la présidence a échu à M. Taibi Hocine qu'assistent six autres promoteurs dans le bureau. Une première rencontre pour expliquer la démarche a été organisée jeudi après-midi avec des représentants de la presse et promesse a été faite d'organiser une rencontre pour débattre de plusieurs problématiques liées à la promotion immobilière qui ne bénéficie pas, selon le président, «d'une bonne compréhension», car à la base, le débat est biaisé et instigué pour des motifs subjectifs». La mise en place d'une telle entité intervient aussi au lendemain d'une série de scandales qui a valu les têtes de plusieurs responsables à la conservation foncière,
le cadastre, les domaines et même l'agence foncière de wilaya. A. F.
Non-respect des mesures de prévention anti-covid-19
Caracolant au haut du tableau des régions contaminées, Tiaret retient son souffle en dépit des nouvelles, relativement rassurantes, en provenance du secteur de la santé, dont certains de ses responsables expliquent que «les pavillons jusque-là réquisitionnés au niveau de l'école paramédicale et de l'établissement hospitalier neuropsychiatrique Hamdani Adda ont été vidés des patients alors que la principale infrastructure hospitalière, l'EPH Youssef Damerdji, se soulage de ses occupants». Au-delà de cette information délicate que certains prennent pour alibi pour ne plus s'astreindre aux mesures barrières, subsistent, malheureusement, d'autres comportements liés «à l'indiscipline qu'ont certains patients suivis dans leur domicile qui violent l'éthique sanitaire en allant se balader pour certains en ville avec le risque lié à de probables contaminations de leurs concitoyens».
Ce n'est un secret pour personne que certaines familles, qui ont des malades atteints par la Covid-19, s'adonnent à leurs activités coutumières. Si l'on rajoute l'obstination de centaines de familles à aller effectuer des visites à leurs morts en dépit de l'arrêté préfectoral l'interdisant, il est à craindre de fâcheuses conséquences. Ces derniers jours, des centaines de citoyens étaient présents au cimetière de la ville situé route Aïn Guesma. A qui profite l'indiscipline ? A. F.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.