Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    La liberté dans le respect de l'autre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue
Publié dans El Watan le 28 - 09 - 2020

Le mouvement de l'opposition s'est mobilisé encore une fois par une manifestation dans la capitale bélarusse contre le président Alexandre Loukachenko, qui a prêté serment de manière inattendue cette semaine, en dépit d'un mouvement de contestation sans précédent depuis des semaines, rapportent des médias.
Le président Loukachenko est confronté depuis la présidentielle du 9 août à une contestation inédite, des dizaines de milliers de personnes sortant dans la rue chaque dimanche à Minsk pour dénoncer sa réélection jugée frauduleuse, et cela malgré la répression du mouvement.
Dans le centre de Minsk, plusieurs stations de métro ont été fermées en prévision de la marche et le Palais de l'Indépendance, où siège A. Loukachenko et où des rassemblements massifs ont convergé dernièrement, était hérissé de barrières et lourdement gardé par la police antiémeute. «Nous sommes des millions», a affirmé la rivale du chef de l'Etat, Svetlana Tikhanovskaïa, dans un message publié hier sur les réseaux sociaux pour soutenir les manifestants, «nous allons gagner». Dès samedi, les autorités ont procédé à quelque 150 arrestations, essentiellement de femmes rassemblées pour protester contre le régime présidentiel, ainsi que de journalistes.
Réfugiée en Lituanie, Svetlana Tikhanovskaïa revendique la victoire lors de l'élection, après une campagne électorale durant laquelle cette novice en politique a galvanisé les foules.
Investiture «en catimini»
Alexandre Loukachenko a pour sa part prêté serment mercredi pour un sixième mandat, provoquant de nouvelles manifestations le jour même. La cérémonie au palais présidentiel n'a pas été annoncée et s'est déroulée en catimini. «Cette prétendue investiture est évidemment une farce», a dénoncé Svetlana Tikhanovskaïa.
Le gouvernement allemand a jugé que «le secret» entourant la cérémonie d'investiture était «révélateur» des faiblesses du régime et que, faute de «légitimité démocratique», Berlin ne reconnaissait pas la réélection de Loukachenko.
Le président français, Emmanuel Macron, doit effectuer de son côté, à partir d'aujourd'hui, sa première visite en Lituanie et en Lettonie, deux Etats baltes qui espèrent son appui face à la crise politique au Belarus voisin et aux pressions russes. L'Union européenne (UE) a indiqué ne pas reconnaître la légitimité de Loukachenko, tout comme l'Allemagne et les Etats-Unis. «Ce qui se passe en Biélorussie, c'est une crise de pouvoir, un pouvoir autoritaire qui n'arrive pas à accepter la logique de la démocratie et qui s'accroche par la force. Il est clair que Loukachenko doit partir», a déclaré pour sa part le président français hier dans un entretien au Journal du dimanche (JDD).
Alexandre Loukachenko, qui accuse les Occidentaux d'avoir fomenté la protestation, a promis une vague réforme constitutionnelle pour répondre à cette crise politique, mais il a exclu tout dialogue avec les détracteurs du régime qu'il pilote depuis 1994. Il a demandé l'aide de son homologue russe, Vladimir Poutine, qui a promis un soutien sécuritaire à Minsk si nécessaire et un prêt de 1,5 milliard de dollars au Bélarus.
Le régime bélarusse a emprisonné de nombreux cadres du Conseil de coordination de l'opposition créé par Mme Tikhanovskaïa. D'autres ont dû fuir leur pays. Maria Kolesnikova, l'un de ses alliés de premier plan, est emprisonnée et accusée d'avoir porté atteinte à la sécurité nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.