L'affaire de l'automobile sera rejugée    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Sous pression    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Bientôt de nouvelles aides    Ouverture d'un guichet de la Casnos    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bande dessinée en tamazight : Les planches de salut de Kamel Bentaha
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2020

Lauréat du prix Jeune talent, lors de la 9e édition du Fibda 2016 à Alger, Kamel Bentaha a été distingué en juillet dernier à Montréal, lors de la 1re édition Tiregwa dans le genre littérature jeunesse.
La bande dessinée en langue amazighe vient de s'enrichir d'un nouvel album intitulé Tamacahut n Tsekkurt (Le conte de la perdrix), édité par Kamel Bentaha aux éditions Asirem.
Sur une vingtaine de pages toutes en couleur, le bédéiste remet au goût du jour un ancien récit d'aventures imaginaires puisé du terroir local. Un condensé de planches et de phylactères (bulles) captivant de bout en bout et instructif destiné aux enfants.
Pour des besoins narratifs, l'auteur situe le cadre spatio-temporel de son histoire dans les montagnes de Kabylie (Yakouren, Tikjda, Djurdjura) où des animaux tels que la perdrix, le singe, l'éléphant, le taureau et le lion se donnent la réplique dans leur milieu naturel sur un ton empreint de prose, de sens et de beaucoup de sagesse, imagés admirablement par l'auteur.
Dans l'opus, un clin d'œil mémoriel au chanteur universel Idir auquel l'auteur rend hommage en mentionnant Tajmilt i Yidir sur la couverture et en évoquant en page 15 sa célèbre chanson Tamacahut n tesekurt, dans le refrain Adyawed lexbar ledyur (Et la nouvelle parviendra aux oiseaux que le faucon a mangé sa voisine). C'est le 5e album de bande dessinée entièrement en tamazight de Kamel Bentaha après Aezzi Akked Aezzu (2015), Aqejmamar (2017), Tafghulit (2018) et Uccen D Umeksa (2019).
Il a publié également un album de caricature en langue française Amicalement vôtre, puis deux BD de sensibilisation en langue arabe, une avec la direction de la jeunesse et de sport (DJS) de Tizi Ouzou, la deuxième avec l'Algérienne des eaux (ADE) de la wilaya.
Lauréat du prix Jeune talent du concours national de la bande dessinée et du cosplay, lors de la 9e édition du Fibda 2016 à Alger, Kamel Bentaha s'est adjugé, en juillet 2020 au Canada, le prix de la 1re édition Tiregwa dans le genre littérature jeunesse (Bande dessinée, livre pour enfants, roman) récompensant les auteurs kabyles. Sans moyens, cet autodidacte continue de créer et à parfaire son don dans son domaine de prédilection.
Il excelle aussi dans la caricature en touchant à tous les sujets de société. «Le rêve de chaque bédéiste est de créer son propre personnage de BD, un personnage qui reflète sa culture, sa société, ses racines. J'ai travaillé sur ce personnage : un personnage qui me représente, représente mes parents et grands-parents, mes enfants, les amis de mes enfants, mon village, ma ville, mon pays, mon continent... et pour y arriver, je dois penser, rêver, dessiner, réfléchir, écrire avec ma langue maternelle et la langue de mes ancêtres ; le tamazight ou le kabyle.
Primo, elle aidera à enrichir ma langue et la langue de mes ancêtres et contribuera à son épanouissement. Secondo, je pense que toutes les œuvres littéraires doivent avoir un objectif et un but à atteindre. Pour moi, c'est d'être lu, compris.»
Ainsi, résume Kamel Bentaha, ses planches et ses perspectives artistiques. A 52 ans, le bédéiste et caricaturiste natif du village Cheurfa N'Bahloul, dans la commune d'Azazga (Tizi Ouzou) a plus d'un crayon à son ...art pour aller au bout de ses ambitions.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.