Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fodhil Lounnas. Poète et écrivain d'expression amazighe : Un clairvoyant et son bâton de pèlerin
Publié dans El Watan le 17 - 01 - 2021

Quand Fodhil Lounnas, écrivain non-voyant se déplace depuis Tizi Ouzou par taxi pour rejoindre la Maison de la presse Tahar Djaout à Alger muni de sa canne, son «bâton de pèlerin» et faire du porte-à-porte pour la promotion de son nouvel ouvrage en tamazight, c'est l'évidence de son courage, ténacité, passion et engagement.
Fodhil Lounnas a poussé la porte de notre rédaction pour nous remettre un exemplaire de son nouvel ouvrage en tamazight, un recueil de poésie intitulé La Goutte de lumière paru le 12 décembre 2020. Fodhil Lounnas n'est pas un «rimailleur». C'est un vrai poète. De ses mots jaillissent une clarté, une félicité et une bonté humaine qui animent certains humains ici-bas.
Hommage à Matoub et Azem
«Dans ce nouveau recueil de poésie, j'évoque ce handicap, être non-voyant en Algérie. C'est autobiographique. Je parle du pays et de la Kabylie en particulier. J'effectue une réflexion, sans prétention, sur tamazight. C'est ma langue maternelle. Je me suis attardé sur la représentation de la langue tamazight au Maghreb et surtout en Algérie… Dans ce nouveau livre, j'ai tenu à rendre hommage au grand poète et chanteur d'expression kabyle, Matoub Lounes, mort lâchement assassiné.
Lui, le troubadour qui était engagé pacifiquement avec des mots comme d'autres qui ont lutté avec un stylo, un dessin, une création… Matoub Lounes combattait poétiquement, sans armes, en disant, je le cite : ‘‘Pour une Algérie meilleure et une démocratie majeure''.» Ce recueil de poésie compte aussi un autre hommage à une grande figure de la chanson d'expression kabyle, Slimane Azem en l'occurrence. «Je rends hommage à Slimane Azem.
C'est un sultan sans palais. Mais c'est un grand souverain, un roi. Il a combattu le colonialisme avec de la poésie. Les Français le craignaient. Ils redoutaient ses messages. Et puis, il y eut l'exil. J'espère qu'un jour ses ossements retourneront en Algérie. Et qu'il sera inhumé en son pays. Slimane Azem pleurait pour l'Algérie…».
MASTER EN JOURNALISME (AUDIOVISUEL)
Fodil Lounnas, deuxième année en master de journalisme (spécialité audiovisuel), a déjà publié un livre intitulé Amalou'n'tirth (la Forêt d'Amalou). Un conte en tamazight, qui a été traduit en arabe et en français.
C'est l'histoire de Da Meziane. Une histoire d'eau, de vie, d'exode forcé. Une histoire ancestrale, du temps où il y avait de l'abondance. Le troc du blé contre du sucre. Et puis, une plaie, la sécheresse. 110 pages d'un conte puisant sa trame dans la morphologie de Vladimir Propp. Cette structure issue du merveilleux, avec ses situations, ses opposants et autres adjuvants. Ce déracinement engendrera de la vie dans une autre dechra (hameau). Une fleur dans un nouveau terreau. Une nouvelle vie, de nouveaux espoirs.
VICTIME D'UN ACCIDENT, UNE ERREUR MEDICALE
Fodil Lounnas, alias Amar Ouali, 28 ans, originaire de Sanana (Draâ El Mizan, wilaya de Tizi Ouzou), à l'issue d'un accident de la route, alors qu'il avait 5 ans, perdra la vue, et son grand-père, la vie. «Je dormais quand cela est arrivé. C'était dans la localité de Adjiba. En me réveillant à l'hôpital, écran noir. Je ne voyais plus. On a accusé un retard pour une éventuelle opération. C'était une hémorragie qui en était la cause. Les veines n'étaient pas irriguées. C'est une négligence médicale. Ce n'est qu'à 9 ans que j'ai fréquenté l'Ecole des non-voyants, à Boukhalfa, (Tizi Ouzou)…La première année primaire, le BEM... Apprendre le braille, au début, c'était difficile.
Puis, c'est parti tout seul. J'ai persévéré. J'ai beaucoup appris en écoutant les émissions radiophoniques portant sur la culture, la littérature, l'histoire... J'ai écouté des livres audio. Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun, La Colline oubliée de Mouloud Mammeri, du Tahar Djaout...Le braille en tamazight est un problème. Pour moi, il faudrait écrire tamazight en latin mais pas en tifinagh. C'est un message pour le peuple algérien.
C'est comme cela que l'on va avancer... » commentera Fodhil Lounnas. Prochainement, Fodhil Lounnas rééditera et traduira les recueils de poésie La vie, c'est l'espoir et La Rose du maquis en français chez les éditions Imru. Fodhil Lounnas nous rappelle toujours qu'il ne connaît pas les couleurs.
Mais en plongeant dans ses vers brillants et sa poésie de cristal, il discerne mieux que nous les tons et leurs intensité. En définitive, Fodhil Lounnas est clairvoyant. Pas obscur, c'est clair.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.