Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali de Blida Mustapha Layadhi reporté au 15 mars    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Athlétisme-LAA : Reprise de la compétition…    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La justice se déjuge
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2021

Le dossier des détenus d'opinion connaît ces dernières semaines de nouveaux développements diversement appréciés par la classe politique et la société en général.
Les prononcés des verdicts des derniers procès où comparaissaient des figures emblématiques du hirak, à l'image du jeune poète du mouvement populaire, Mohamed Tadjadit, libéré cette semaine, font ressortir un constat fortement contrasté.
Coïncidant avec l'annonce des prochaines échéances électorales des locales et des législatives, précédées par le débat sur l'enrichissement de la loi électorale, la main de la justice semble, en apparence, moins lourde qu'elle ne le fut jusqu'ici dans le traitement des dossiers en appel des détenus du hirak.
Mais il demeure que la pression sur les militants est toujours de mise ; on continue d'interpeller et condamner à de lourdes peines d'emprisonnement pour des délits d'opinion, à l'instar de cette enseignante de physique de Mostaganem, présidente de l'Association des chômeurs de cette wilaya, Dalila Touat, qui a écopé de 18 mois de prison ferme pour des publications sur Facebook, ou encore des 12 militants arrêtés vendredi dernier à Tlemcen lors d'une manifestation et contre lesquels le procureur a requis une année de prison ferme.
On a l'impression que c'est le même film, avec le même scénario, le même décor entre arrestations, gardes à vue dans les commissariats, tribunaux et prisons, qui passe en boucle.
On est loin du climat d'apaisement souhaité et réclamé puissamment par toutes les bonnes volontés en tant que gage sérieux pour sortir le pays de l'impasse politique dans laquelle il se trouve. Lequel passe par la libération totale de tous les détenus d'opinion et leur réhabilitation.
L'expérience de toute une année folle de procès ininterrompus, sanctionnés par de lourdes peines d'emprisonnement de militants du hirak, émaillée de drames familiaux et de fractures dans la société, a montré que l'option de la judiciarisation de la vie politique nationale mise en place n'a pas d'avenir et ne peut pas être soluble avec le projet démocratique porté par des millions d'Algériens à travers le hirak.
Déjà fortement décriée pour son instrumentalisation par le pouvoir politique, la justice s'est retrouvée dans une posture d'accusée en se déjugeant au gré des contingences politiques, condamnant puis innocentant, sans état d'âme, le même justiciable, selon la météo politique du jour.
Un fait qui a d'autant plus écorné encore la crédibilité du système judiciaire que l'on continue, paradoxalement, d'interpeller et d'incarcérer des militants du hirak pour les mêmes chefs d'inculpation qui ont valu l'emprisonnement, puis la libération suite à un allégement des peines lors des procès, et pour certaines détenus, l'acquittement en bonne et due forme.
Lorsque l'on voit, d'un côté, les chefs d'inculpation lourds : d'atteinte à l'unité nationale, au moral de l'armée, d'offense au chef de l'Etat, et d'autres tout aussi gravissimes pour lesquels les militants du hirak sont poursuivis et condamnés en première instance, et d'un autre côté l'acquittement prononcé en faveur de certains d'entre eux, on a du mal à croire que l'on a affaire à une même justice.
Une chose est certaine : l'acquittement des généraux-majors Toufik et Tartag ainsi que Saïd Bouteflika, poursuivis par la justice militaire aux côtés de Louisa Hanoune pour «complot contre la sécurité de l'Etat» ne laisse aucun argument à la justice pour continuer à poursuivre et condamner des militants du hirak pour des chefs d'inculpation désormais vidés de leur substance délictuelle de par les acquittements prononcés.
Cette nouvelle donne s'impose au juge, au titre de la jurisprudence, pour fermer définitivement et dans les meilleurs délais cette page sombre de la justice en vidant tous les dossiers des détenus d'opinion.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.