"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Galerie d'art à Maghnia : Confluence... ou la poésie colorée
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2021

Hasna Khadir, Noureddine Belhachemi et Cherif Slimane, trois artistes peintres d'horizons différents, exposent actuellement, avec la précieuse contribution du Centre des arts et expositions de Tlemcen (Carex), à la galerie d'art de Maghnia, autrefois un lieu de culte (église) reconverti en espace culturel.
Confluence, une communion entre trois plasticiens qui (se) partagent spiritualité, méditation et lyrisme... Slimane Cherif avoue : «Mes sujets deviennent en réalité des prétextes. En effet, c'est la profondeur que je recherche. Je suis toujours en quête de ce qu'il y a derrière les sujets peints…»
Noureddine Belhachemi confesse que «Beaucoup ne comprennent rien à ma peinture, mais c'est une question de pédagogie et de choix, car moi je reste lié à l'abstraction lyrique.» Hasna Khadir affirme que «je ne veux pas de réalisme, je veux de la magie…»
Des réalités qu'on découvre avec un peu de lucidité et beaucoup de compréhension dans les acryliques, les abstractions, le semi-figuratif et le collage. Un patchwork qui révèle les préoccupations de plasticiens baignant dans une société aux mille et un paradoxes. «Eclosion», «Exaltation», «Reflet», «Femme»… autant de réflexions, de thèmes, prétextes à des sujets complexes que les artistes «proposent» pour étaler des joies et des souffrances d'humains, de communautés… à des visiteurs se reconnaissant douloureusement ou avec bienséance dans des toiles aux couleurs chatoyantes, au trait magique, centre de recherche de peintres en perpétuel questionnement.
De chaque cimaise se dégage un souffle, une interpellation, un cri, une revendication. Des toiles portant chacune un discours, ou peut-être une simple expression, mais invite sûrement à un début de débat sur l'art et les réalités, conditions d'une vie, des vies. Confluence a réussi à rapprocher les uns des autres… peintres, connaisseurs, citoyens lambda… à se souvenir que l'art est peut-être le meilleur moyen de dialoguer, se comprendre, de voir sa propre existence sans fard, sans fioritures. Avec sérénité.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.