Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants
Publié dans El Watan le 14 - 06 - 2021

Les résidents affirment avoir avisé les autorités locales depuis 2015 suite aux effondrements d'un pan du balcon de l'un des immeubles.
Au moment où les autorités locales sont en train de promettre aux citoyens de nouvelles attributions de logements à caractère social ou autres, des dizaines de familles se trouvent en danger dans des immeubles menaçant ruine dans certaines cités de la ville. C'est l'exemple de la cité Kouhil Lakhdar, connue par Djenane Ezzitoune, l'un des plus vieux quartiers de la ville de Constantine. Les immeubles de cette cité ont connu une affligeante dégradation, offrant l'une des images des plus choquantes.
Effondrement des balcons, fissures sur les bâtiments, décalage d'escaliers, c'est le constat soulevé sur les lieux depuis des années suite à d'importants mouvements du sol, mais surtout à cause de l'absence d'entretien et des travaux de maintenance, mettant la vie de plusieurs familles en danger. Les résidants de ce quartier ont commencé, selon leurs dires, à lancer leur cri de détresse, en avisant les autorités locales depuis 2015 suite aux effondrements d'un pan du balcon de l'un des immeubles. Environ une vingtaine de famille a été relogée.
Cela grâce, ajoutent-ils, aux multiples réclamations, aux mouvements de protestation organisés par les concernés et à la pression médiatique sur les responsables. «Depuis, aucune mesure n'a été prise pour le reste des familles qui frôlent quotidiennement un danger inévitable, pour ne pas dire la mort. Nous étions inscrits il y a environ 6 mois par les services concernés, pour un relogement urgent, mais sans aucune suite. Pis encore, il y a environ une quinzaine de jours, notre balcon s'est effondré. Heureusement il n'y avait pas de passants ou des enfants en train de jouer devant l'immeuble», a fulminé Chafika une mère de famille habitant l'immeuble n°18.
Et de poursuivre qu'après le dernier effondrement, les représentants des autorités, dont la daïra et l'OPGI, se sont déplacés sur les lieux et ont constaté de visu l'ampleur du péril. «Ces derniers nous ont promis une nouvelle opération de relogement pour environ une soixantaine de familles dans deux mois, sans aucune suite. Nous n'avons eu aucune nouvelle. La situation ne nous permet pas une autre attente. Les responsables locaux doivent communiquer avec nous et prendre notre cas en considération», a souligné Chafika, affirmant que les habitants craignent aujourd'hui le pire, à cause de la dégradation alarmante de ces immeubles réalisés avant l'indépendance dans le cadre du Plan de Constantine.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.