Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Albert Memmi
Publié dans El Watan le 20 - 10 - 2005

Romancier tunisien d'expression française et de culture juive, Albert Memmi est né en 1920 et devient, après la disparition de Mohammed Dib, le doyen de la littérature maghrébine. Homme discret, à l'humour corrosif et à la modestie généreuse, il a écrit depuis 1953 une vingtaine de livres (romans, poésie et essais).
Profondément attaché à la Tunisie de son enfance et de son adolescence, ce Tunisois éternel, comme il aime à se définir, est resté culturellement maghrébin et manie parfaitement le dialecte de son pays. Pris entre trois mondes et trois cultures (la juive, l'arabe et la française), Albert Memmi a traduit sa propre expérience d'une « conscience douloureuse » dans des essais qui s'apparentent à des études sociologiques : Portrait d'un colonisé (1956), Portrait du colonisateur (1957), Portrait d'un juif (1964), Juifs et Arabes (1974). Dans ces essais, il exprime la difficulté d'être « indigène dans un pays de colonisation, juif dans un univers antisémite et Africain dans un monde où triomphe l'homme européen et donc l'homme blanc ». Mais c'est dans son œuvre romanesque que s'exprime le sentiment douloureux de l'homme rejeté par tous les autres hommes ; d'autant plus qu'humaniste invétéré, Albert Memmi aime les hommes quelles que soient leur race, leur peau ou leur origine. Dans la Statue de sel paru en 1953, il dit cette douleur d'être juif, tunisien et très pauvre. Livre écrit dans un style superbe et construit avec beaucoup de rigueur et de complexité, il est d'une facture moderne qui n'a pas été mise en exergue à l'époque de sa parution. Car Albert Memmi est un styliste que les universités maghrébines ont le plus souvent marginalisé. Par préjugé ? Par ignorance ? Par indifférence ? Le même déchirement s'exprime dans son deuxième roman Agar, paru en 1955, dont le titre suffit à lui-même pour exprimer l'injustice faite à la femme et la remise en cause de la vision religieuse et monothéiste, pour lui restituer une vision humanitaire et humaniste. Lui qui a toujours soutenu la cause palestinienne et refusé le sionisme en tant qu'idéologie de l'exclusion. Ce qui ne l'a pas empêché, par ailleurs, de critiquer le fanatisme et le racisme musulmans envers les juifs maghrébins, vivant dans leurs ghettos et subissant parfois (mais très rarement) des pogromes ignobles. Albert Memmi a toujours été à côté du faible. Que ce soit l'arabe colonisé, le juif en but au racisme, le nègre lynché par les « blancs blêmes », comme les appelait Jean-Paul Sartre. « Essayant de vivre sa particularité en la dépassant vers l'universel », comme l'écrit Jean-Paul Sartre dans la préface du Portrait du colonisé, Albert Memmi cerne en outre « le drame linguistique » que connaît la littérature maghrébine : « La littérature colonisée de langue européenne semble condamnée à mourir jeune. » Mais il réaffirme quand même « les pouvoirs de l'écriture » dans Terre intérieure (1976). Albert Memmi a essayé, à travers sa propre histoire multidimentionnelle, de comprendre ce que veut dire être juif, être arabe, être nègre, être femme, être colonisé, être colonisateur, être victime, etc. Il dira à un journaliste : « A travers mon destin de juif, j'ai raconté le destin commun de tous les malheurs et de toutes les injustices dont l'homme est victime. » Epris de justice, résolu à dénoncer les iniquités et les préjugés où qu'ils se trouvent, il parcourt tous les malheurs (et parfois les bonheurs de l'homme). Avec cet immense écrivain qui n'a pas eu la place qu'il mérite dans la littérature maghrébine, rien n'est laissé dans l'ombre. Y compris le bonheur de l'écriture....

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.