« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le combat de Mohamed-Cherif Zerguine
Prise en charge efficace des enfants abandonnés
Publié dans El Watan le 02 - 06 - 2011

Après avoir vécu une solitude extrêmement douloureuse durant mon adolescence, le déclic se produisit : il était vital pour moi d'affronter, de combattre et de m'imposer.
J'ai commencé à exprimer, ou plutôt crier ma souffrance, grâce à une activité artistique. » C'est un extrait du livre de Mohamed-Cherif Zerguine, Pupille de l'Etat, la peur de l'inconnu, dans lequel il décide, avec un courage singulier, de raconter sa véritable histoire au monde entier. C'est le récit bouleversant d'un enfant abandonné par sa mère à l'âge de quatre jours. Récit qui donnera un prodigieux coup de pied dans la marmite, renversant son contenu, pour reprendre un vieil adage de chez nous. Nous parlions de tous ces horribles tabous, derrière lesquels se cachent d'incommensurables misères humaines, d'insoutenables marasmes.
De petits êtres innocents, contraints de supporter le fardeau de la honte, qui, paradoxalement, ne les concerne en rien. Des adultes les ont livrés en pâture, tel le bouc émissaire, que le prêtre, dans la religion hébraïque, le jour de la fête des Expiations, chargeait des péchés d'Israël, et lâchait dans le désert. Pour ces orphelins, c'est une vie hostile, pleine d'humiliations et de brimades, qui sera leur désert à eux. Pourtant, ce pupille de l'Etat, qui clame haut et fort sa condition d'enfant «né sous X», il n'est plus possible de se cacher derrière la loi de l'omerta. «Cette hypocrisie d'une société qui refuse de voir ses tares », il n'en veut plus, après toutes ces souffrances qui ne lui laisseront aucun répit, dès l'âge de six ans, où il se découvrira un nom autre que celui de ses parents adoptifs.
Ce fut l'enfer: «Au-delà des interrogations, le malaise d'un abandonné est nourri par les regards, les mots et les comportements compatissants qui viennent entretenir sans cesse sa blessure.» La raison qui me poussa à écrire, c'est l'odieuse bêtise humaine, l'arrogance, l'indifférence, la discrimination de certains, avoue-t-il. Commence alors pour lui une longue et fébrile quête qui le mènera partout.
Il se met à récolter, patiemment, des éléments d'information, qui le feront accourir de France,
où il vivait avec sa famille adoptive, à Constantine, à l'hôpital civil, où une toute jeune femme le mit clandestinement au monde, un certain jour de novembre 1963, et de là, à la pouponnière de
Notre-Dame des Apôtres, où il vécut ses trois premiers mois. Suivant consciencieusement et patiemment diverses pistes, tel le Petit Poucet,
il sillonnera tout l'Est algérien, où il découvrira, à son corps défendant, l'histoire de ses ancêtres, leur parcours et leur patrimoine matériel et immatériel. Il tombera amoureux de leur terre, et de leur saint patron.
Et il apprendra la religion, dans laquelle il puise courage et espoir. Peu importe s'il a trouvé ou non cette mère qu'il aime ardemment, avec laquelle il compatit profondément, car, dit-il, «c'est une victime ; elle fut contrainte et forcée, elle n'avait que quatorze ans ». Aujourd'hui, son combat le dépasse, il milite pour les droits des enfants abandonnés en Algérie. «J'ai lu le Coran, et aucun verset ne justifie cette cruelle indifférence
au sort de ces enfants, au contraire, Dieu les recommande à la mansuétude des hommes ; j'ai vu des gamines de 12 ans enceintes et livrées à elles-mêmes, et on continue de ne pas admettre que notre pays est plein de mères célibataires dans le désarroi total, seules à gérer une faute, dont l'homme est totalement exclu », s'indigne-t-il.
Il plaide pour un statut honorable pour cette frange de la société stigmatisée: « L'Etat doit prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en place une législation claire ainsi que des mécanismes fiables et stricts, afin d'établir la filiation de l'enfant immédiatement après sa naissance.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.