Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le combat de Mohamed-Cherif Zerguine
Prise en charge efficace des enfants abandonnés
Publié dans El Watan le 02 - 06 - 2011

Après avoir vécu une solitude extrêmement douloureuse durant mon adolescence, le déclic se produisit : il était vital pour moi d'affronter, de combattre et de m'imposer.
J'ai commencé à exprimer, ou plutôt crier ma souffrance, grâce à une activité artistique. » C'est un extrait du livre de Mohamed-Cherif Zerguine, Pupille de l'Etat, la peur de l'inconnu, dans lequel il décide, avec un courage singulier, de raconter sa véritable histoire au monde entier. C'est le récit bouleversant d'un enfant abandonné par sa mère à l'âge de quatre jours. Récit qui donnera un prodigieux coup de pied dans la marmite, renversant son contenu, pour reprendre un vieil adage de chez nous. Nous parlions de tous ces horribles tabous, derrière lesquels se cachent d'incommensurables misères humaines, d'insoutenables marasmes.
De petits êtres innocents, contraints de supporter le fardeau de la honte, qui, paradoxalement, ne les concerne en rien. Des adultes les ont livrés en pâture, tel le bouc émissaire, que le prêtre, dans la religion hébraïque, le jour de la fête des Expiations, chargeait des péchés d'Israël, et lâchait dans le désert. Pour ces orphelins, c'est une vie hostile, pleine d'humiliations et de brimades, qui sera leur désert à eux. Pourtant, ce pupille de l'Etat, qui clame haut et fort sa condition d'enfant «né sous X», il n'est plus possible de se cacher derrière la loi de l'omerta. «Cette hypocrisie d'une société qui refuse de voir ses tares », il n'en veut plus, après toutes ces souffrances qui ne lui laisseront aucun répit, dès l'âge de six ans, où il se découvrira un nom autre que celui de ses parents adoptifs.
Ce fut l'enfer: «Au-delà des interrogations, le malaise d'un abandonné est nourri par les regards, les mots et les comportements compatissants qui viennent entretenir sans cesse sa blessure.» La raison qui me poussa à écrire, c'est l'odieuse bêtise humaine, l'arrogance, l'indifférence, la discrimination de certains, avoue-t-il. Commence alors pour lui une longue et fébrile quête qui le mènera partout.
Il se met à récolter, patiemment, des éléments d'information, qui le feront accourir de France,
où il vivait avec sa famille adoptive, à Constantine, à l'hôpital civil, où une toute jeune femme le mit clandestinement au monde, un certain jour de novembre 1963, et de là, à la pouponnière de
Notre-Dame des Apôtres, où il vécut ses trois premiers mois. Suivant consciencieusement et patiemment diverses pistes, tel le Petit Poucet,
il sillonnera tout l'Est algérien, où il découvrira, à son corps défendant, l'histoire de ses ancêtres, leur parcours et leur patrimoine matériel et immatériel. Il tombera amoureux de leur terre, et de leur saint patron.
Et il apprendra la religion, dans laquelle il puise courage et espoir. Peu importe s'il a trouvé ou non cette mère qu'il aime ardemment, avec laquelle il compatit profondément, car, dit-il, «c'est une victime ; elle fut contrainte et forcée, elle n'avait que quatorze ans ». Aujourd'hui, son combat le dépasse, il milite pour les droits des enfants abandonnés en Algérie. «J'ai lu le Coran, et aucun verset ne justifie cette cruelle indifférence
au sort de ces enfants, au contraire, Dieu les recommande à la mansuétude des hommes ; j'ai vu des gamines de 12 ans enceintes et livrées à elles-mêmes, et on continue de ne pas admettre que notre pays est plein de mères célibataires dans le désarroi total, seules à gérer une faute, dont l'homme est totalement exclu », s'indigne-t-il.
Il plaide pour un statut honorable pour cette frange de la société stigmatisée: « L'Etat doit prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en place une législation claire ainsi que des mécanismes fiables et stricts, afin d'établir la filiation de l'enfant immédiatement après sa naissance.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.