Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zohra Bitat : «Le système politique doit changer»
Elle plaide pour la dissolution du Parlement et l'élection d'une Constituante
Publié dans El Watan le 06 - 06 - 2011

L'élection d'une Assemblée constituante doit intervenir avant le 1er novembre 2011 et l'organisation d'élections anticipées d'un Parlement sur la base de la nouvelle Constitution devrait intervenir avant fin janvier 2012.
Election d'une Assemblée constituante avant le 1er novembre prochain, dissolution du Parlement, désignation d'un gouvernement de transition… La sénatrice du tiers présidentiel et vice-présidente du Conseil de la nation, Zohra Bitat, exige le changement du système. Connue pour son franc-parler et ses positions très critiques à l'égard du gouvernement, Zohra Bitat s'illustre cette fois-ci en dressant un tableau très sombre de tout le système de gouvernance en Algérie. Un système qui, estime-t-elle, n'est plus capable «ni d'absorber les problèmes, ni de les régler, ni d'offrir un espace de dialogue, de concertation et de règlement de ces problèmes et encore moins, de les prévenir et les anticiper».
«C'est la crise de tout le système mis en place, depuis l'indépendance. On ne peut plus gouverner l'Algérie et les Algériens comme on le faisait, il y a 10 ans, 20 ans et 50 ans. Messieurs, le monde a changé et continue de changer. L'Algérie a changé et continue de changer. Le système politique doit donc changer», affirme-t-elle à sa sortie de la réunion avec les membres de l'instance de consultations sur «les réformes politiques», dont elle était l'invitée hier après-midi.
La sénatrice établit, en effet, le même diagnostic que celui fait par les principaux partis d'opposition en Algérie. Selon elle, la situation exige des réformes totales et radicales du système politique. «Ces réformes ne doivent être dictées que par les seuls intérêts de l'Algérie et son peuple souverain et non par une quelconque force étrangère», explique-t-elle. Poursuivant, Zohra Bitat précise que le pays vit une double crise. «Nous vivons une double crise : la crise de l'Etat et des institutions ; la crise de la relation de la société à l'Etat», assène-t-elle. Et la solution à cette double crise passera, dit-elle, par la mise en place «d'une deuxième République algérienne».
Cette dernière, soutient-elle, exige d'être bâtie sur «une nouvelle Constitution, qui doit comporter un bloc démocratique et républicain que nul, ni individu, ni parti, ne pourrait remettre en cause ou violer». Après ce diagnostic, Zohra Bitat explique sa feuille de route pour réaliser le changement. Elle suggère la dissolution du Parlement actuel, la désignation d'un gouvernement de transition qui sera chargé de gérer les affaires courantes et de préparer et d'organiser les futures élections de l'Assemblée constituante puis celles d'un Parlement. Le président de la République, enchaîne-t-elle, devra continuer à légiférer par ordonnance jusqu'à l'élection du prochain Parlement. Il doit également, dit-elle, procéder à la désignation d'une commission d'experts indépendants chargés d'élaborer une nouvelle loi électorale, une nouvelle loi sur les partis politiques, et la loi sur la participation des femmes aux assemblées élues. Selon elle, l'élection d'une Assemblée constituante doit intervenir avant le 1er novembre 2011 et l'organisation des élections anticipées d'un Parlement librement élu sur la base de la nouvelle Constitution devrait intervenir avant fin janvier 2012.
Le rôle de l'armée dans tous ce processus est défini aussi par la sénatrice.
L'ANP, souligne-t-elle, «devra être chargée de faire respecter l'inviolabilité de ce bloc démocratique et républicain : la nature républicaine de l'Etat, les droits fondamentaux et les libertés individuelles et collectives des citoyens, l'égalité devant la loi des femmes et des hommes, l'alternance pacifique au pouvoir, la garantie de l'existence d'un contre-pouvoir à tout pouvoir».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.