Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Numérisation en cours    «Nous jouerons le haut du tableau»    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Déjà en phase de modernisation    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'était une enquête orientée, qui a discrédité la justice internationale
Richard Labevière. Ancien journaliste à RF et écrivain
Publié dans El Watan le 19 - 08 - 2011

Le Tribunal spécial des Nations unies pour le Liban (TSL) a publié mercredi l'acte d'accusation complet visant des membres du Hezbollah dans l'attentat qui a tué l'ancien président libanais, Rafic Hariri, en 2005.
-Quelles sont vos observations générales sur le déroulement de l'enquête menée par le TSL et la publication complète de l'acte d'inculpation ?
On peut supposer beaucoup de questions sur la façon dont la commission internationale a travaillé avant la création du TSL en 2006. Trois procureurs se sont succédé à sa tête, dont l'actuel est le Canadien Daniel Bellemare. Il y a eu ces trois phases, dont la première a été un scandale absolu, qui a démarré en juin 2005 avec le juge allemand, Detlev Mehlis, qui avait alors dressé une enquête à charge contre la Syrie, sur la base de témoins achetés qui se sont ensuite rétractés. Le juge allemand, qui était à la tête de la commission internationale, avait travaillé avec la CIA et le Mossad, qui sont des acteurs régionaux importants, non partials, juges et partie prenante. C'était une enquête politiquement et idéologiquement orientée, qui a discrédité le TSL et la justice internationale. Le juge Detlev Mehlis est parti avant le terme de son mandat sans rendre de compte, en rasant les murs.
C'est un passif important qu'il ne faut pas oublier. A la suite de cela, le secrétaire général de l'ONU a nommé un autre juge, le Belge George Bremer, qui, lui, a travaillé le plus sérieusement possible. Il a complètement tourné la page pour reprendre l'enquête à zéro tout en n'écartant aucune piste. Il s'est écarté de la thèse syrienne pour se pencher sur la thèse salafiste avec des exécutants du camp palestinien de Aïn El Hilweh au sud du Liban. Le juge actuel a fait une synthèse de ses prédécesseurs, sur la base d'informations très partielles et partiales. Il a exploité des écoutes téléphoniques pour accuser les membres du Hezbollah qu'on connaît maintenant nominativement.
-Quel impact peut avoir l'implication de membres du Hezbollah ?
Comme l'a dit Hassan Nasrallah, on peut s'interroger sur la partialité de l'enquête, partielle. L'acte d'accusation ne révèle pas la fabrication du crime, ses motivations et ses causes profondes. On est un peu gêné par cet acte d'accusation, qui paraît politisé, dans un contexte de «révolutions arabes», et dans une région où le Hezbollah et l'Iran occupent une certaine place. Il y a six mois, Nasarallah avait montré, preuve à l'appui, que des drones Hawak israéliens avaient survolé les lieux de l'attentat. On peut se demander pourquoi plus en amont, les services israéliens n'ont pas été inquiétés par les différentes enquêtes. Le juge Danièle Bellemare avait dit qu'il retournerait «toutes les pierres du chemin» mais cela n'a pas été fait. Les éléments israéliens dans l'enquête méritaient d'être examinés de manière aussi précise.
Cela pose la question de la manière avec laquelle a travaillé le TSL, à base de preuves indirectes et d'interprétations très orientées de faits très anciens que tout le monde connaît. Si la publication de cet acte intervient cette semaine, on peut se poser des questions en termes de calendrier. Celle-ci intervient après la nomination de Najib Mikati au gouvernement qui comporte des éléments du Hezbollah et qui est en phase avec le gouvernement syrien. Le calendrier n'est pas innocent. Il tombe en pleine crise syrienne et dans une configuration des mal nommées «résolution arabes». Alors même que cet acte d'accusation est connu et finalisé depuis plusieurs mois. C'est une façon d'affaiblir ce que les néoconservateurs américains ont appelé «l'axe du mal», dont font partie le Hezbollah, la Syrie et l'Iran. Ce qui arrive est un discrédit de la justice internationale. Quand on voit qu'elle travaille aussi mal, comment peut-on évoquer l'avenir des tribunaux ad hoc ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.