Algérie-Maroc : la (maigre) réponse de Bouteflika à Mohamed VI    Ould-Abbès toujours secrétaire général    Arrestation d'un ex-maire et député    Le FLN et le RND en rouleaux compresseurs    Où est passé le dinar ?    Le renseignement douanier au menu du dialogue 5+5    Les Verts face à leur destin    «Je vois un changement par rapport au passé»    Taoussi vers la porte de sortie    Sachez que…    Création d'un centre de chirurgie pédiatrique en Algérie    Un trentenaire retrouvé pendu chez lui à Belkheïr    Entre blagues, caricatures et ironiques retours de bâton    Bab-el-Oued chouhada    Raser sa barbe ? Pas question !    Le temps n'a pas d'âge    Nouvelles d'Oran    24 heures    Football - Ligue 1: Le NAHD surprend l'ESS, l'ASAM respire    Lutte contre le commerce de stupéfiants: Six dealers arrêtés et des psychotropes saisis    Mostaganem: Des malades en danger    Pour la fréquence élevée d'effets secondaires: Retrait définitif de deux traitements anti-cancéreux    Qui a tué John Fitzgerald Khashoggi ?    Sécurité des vols: L'UGTA défend Air Algérie    ASM Oran: Sid Ahmed Slimani à la barre technique    Colloque sur la «Sira ennabawiya»: Plaidoyer pour l'unité dans l'Islam    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    La JSMB se neutralise à domicile avec l'ESM    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    La production du fer et de l'acier relancée    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biskra miroir du désert de Mohamed Balhi : Un air de dolce vita
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 04 - 01 - 2012

En avance sur son temps, Biskra était la Mecque des touristes et de la jet-set venus des quatre coins du monde l Ce livre retrace avec poésie et nostalgie l'histoire de cette ville surnommée, à raison, la «Reine des Zibans».
Au cours de la première moitié du siècle précédent, la mode, — le must, comme aujourd'hui aller à Miami ou Monte Carlo —, était de passer l'hiver à Biskra pour les «richs and famous» du monde entier. Par bateau jusqu'à Alger, puis par la route, par train, voiture ou véhicule tiré par des chevaux, les heureux vacanciers créaient des embouteillages aux carrefours de la «reine des Zibans» qui abritait, alors, moult dîners de gala dans une ambiance de dolce vita... Les Anglaises sirotaient leur «darjeeling tea» à l'heure du «tea time» dans les jardins fleuris de Biskra.
Il y avait aussi un gros contingent d'artistes, d'écrivains. Dans son très beau livre, Mohamed Balhi nous donne une liste de ces glorieux «specimens», parfois décadents, assoiffés de soleil et d'air limpide : Oscar Wilde, Bela Bartok, Marlène Dietrich, Eugène Fromentin, Henri Matisse, Etienne Dinet, Isadora Ducan, André Gide, Robert Hitchens,Claude Debussy...
Comparée à Biskra, Marrakech à cette époque-là n'était qu'une sombre bourgade sans électricité où campaient des légions de dromadaires. Avant même Las Vegas, Biskra possédait un grand casino aux confins du désert. La ville était enveloppée d'une immense palmeraie d'une grande splendeur, qu'irriguaient des sources d'eau claire serpentant au milieu des vergers.
Très loin de la décrépitude actuelle des hôtels en Algérie, Biskra possédait de splendides palaces où les employés faisaient des assauts de courtoisie et où les riches clients ressentaient le charme inimitable de l'hospitalité du Sud.
Dans son livre, fruit d'intenses recherches, Mohamed Balhi a réuni des tableaux de grands peintres et des photographies inédites de lieux, comme le beau jardin Landon, où Biskra déploie ses plantes exotiques et des palaces dont il ne reste plus, hélas, aujourd'hui aucune trace : Hôtel du Sahara, Hôtel Royal, Hôtel Transatlantique, Hôtel Oasis...
L'écrivain et journaliste Balhi nous livre ainsi le brillant passé de sa ville natale, avec un texte d'une langue lumineuse et historiquement très précise. Il ne fait pas un drame de ce que Biskra a perdu, sachant bien que nul ne peut se délecter longtemps du passé colonial. On connaissait le grand reporter qui publiait dans Algérie Actualités ses récits de voyage à la manière d'un Kérouac. Avec son nouveau livre, il nous fait entrer par la grande porte dans le passé de sa ville. Biskra miroir du désert rend instantanément visible et présente la mémoire d'une belle ville. On est transporté sur les rives de l'oued Zidi Zarzour, dans les confins d'Oumèche et de Tolga, on revisite la petite gare d'où partait le train mythique Biskra-Touggourt, sur cette voie ferrée qui a failli se poursuivre jusqu'aux rives du lac Tchad ! C'est une sensation très forte.
Ce qui devrait pousser les éditions Anep à ressortir une autre édition de Biskra miroir du désert, car c'est devenu une rareté dans les librairies d'Alger.
Biskra miroir du désert, de Mohamed Balhi éditions Anep 2011 246 pages , 1400 dinars


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.