L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BISKRA, MIROIR DU D�SERTDE MOHAMED BALHI
Les souvenirs de la reine des Zibans
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2011

C�est un voyage enchanteur et instructif que nous propose Mohamed Balhi � travers cet ouvrage publi� r�cemment aux �ditions Anep. Une balade historique, culturelle et touristique chez la reine des Zibans. Un maelstr�m de couleurs, d�images et de senteurs dont on ressort �blouis. Et une mine d�informations qu�on ne connaissait pas forc�ment. Station d�hiver branch�e, Biskra a attir� vers la fin du XIXe si�cle et le d�but du XXe d�innombrables c�l�brit�s.
Elle a nourri l�inspiration des �crivains, po�tes, photographes et artistes peintres. En 1906, Henri Matisse s�journe dans cette ville du sud alg�rien. Elle l�inspira tellement, qu�en rentrant chez lui en France, il se pr�cipita sur son chevalet pour peindre le fameux �Nu bleu�. Tout le gratin de l��poque s�y bouscule (Andr� Gide � il y avait achet� une maison en 1906 �, Oscar Wilde, Etienne Dinet...). Les photographes ne sont pas en reste : Lehnert et Landrock, Emile Frechon, Jean Geiser... En cette fin du XIXe si�cle, et d�but du XXe, la reine des Zibans a des allures de C�te d'Azur ou de Monte-Carlo. C�est l�endroit � la mode o� il faut �tre vu. Les touristes y affluent de partout. En 1919, l�h�tel Royal accueille la danseuse Isadora Duncan, alias l'Am�ricaine aux pieds nus. Les hiverneurs anglais sont en force entre 1880 et 1920 ; bref, Biskra devient la destination privil�gi�e de touristes de tous acabits. �La ville se devait d�honorer sa vocation de station climatique, telle qu�elle fut r�v�e par son maire Edmond Cazenave, qui n�avait de cesse de penser � Vichy, Nice et toute la C�te d'Azur. Tous les arr�t�s municipaux, textes, l�gislations �taient d�ailleurs copi�s sur ces lieux de vill�giature, � commencer par la taxe de s�jour, appliqu�e aux hiverneurs.� P.9. �L��t� tout l�hiver�, ce slogan publicitaire fit de Biskra un important p�le touristique. �Parmi les clients �trangers recens�s � l�h�tel Royal, en mars 1898, il y a le baron Bampell, le comte de Chabrillan et sa dame, Son Altesse la princesse Am�lie de Schlesving Holstein ; alors que le duc de Bavi�re et sa famille, le prince Radziwill, le baron de Gun, le colonel Schwebel emplissent, � la m�me p�riode, les chambres de l�h�tel Victoria.� P.107. L�auteur nous fait aussi d�couvrir des personnages comme Clare Sheridan, une cousine de Winston Churchill. On apprend que cette demoiselle avait s�journ� � Biskra entre 1920 et 1936 et qu�elle fut accus�e d'espionnage, �un agent � la solde de Moscou, infiltr�e en Afrique du Nord pour jauger la situation locale�, P. 167. Les photos de la demeure de Clare Sheridan figurent en page 171. �Cette maison de plain-pied avec des mat�riaux de construction traditionnels offre une vue sur l�oasis de Felliache et les monts de l�Ahmar Khadou, le versant sud des Aur�s... La villa est actuellement habit�e par Bachir Ouamane, un natif de Biskra...� Une belle palette de tableaux et de photographies de Biskra, qualifi�e de Babylone saharienne illustre ce beau livre : Ecole de Biskra, d'Henri Girardet, La caravane de Gustavo Simoni, Une vue � Biskra d�Emmanuel Vierin... Mohamed Balhi est n� � Biskra. Cet ancien grand reporter est un passionn� de patrimoine architectural et de peinture universelle. A travers cet ouvrage, il fait d�couvrir aux lecteurs sa ville natale. Mohamed Balhi est l�auteur d�autres ouvrages : Chroniques infernales, Alg�rie 1990-1995, Les moines de Tibhirine et La mort de l�entomologiste. Son dernier-n� Biskra, miroir du d�sert est �poustouflant.
Sabrinal
Biskra, miroir du d�sert, de Mohamed Balhi, �dition Anep 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.