FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Colère et consternation    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a un an, des Algériens ont marché à Montréal
Idées-débats : les autres articles
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2012

«Nous avons marché pour la liberté, la dignité et la justice en Algérie
Nous n'avons marché ni pour l'Islam ni pour la laïcité
Encore moins pour le sionisme et l'impérialisme, dont nous sommes des détracteurs notoires.»
Paroles d'Algériennes et d'Algériens.
Par Zehira Houfani Berfas (*)
En janvier et février 2011, des Algériennes et des Algériens se sont retrouvés dans les rues de Montréal, par un temps glacial, pour dénoncer la répression dont étaient victimes leurs compatriotes qui manifestaient en Algérie depuis le début du mois. La révolte venait de faire 5 victimes parmi la jeunesse désespérée et il y a eu des centaines d'arrestations. Pour qui connaît le pays, cette situation n'était pas nouvelle et pourrait n'être qu'une énième révolte ou émeute ponctuant la vie des Algériens, sans aucune conséquence pour le pouvoir. Que de fois n'avait-t-il pas foulé les aspirations du peuple et marché sur les corps des victimes, sans provoquer d'indignation susceptible de menacer, ni même de remettre le moins du monde en cause, sa mainmise sur le destin du peuple. Pourtant cette fois, en ce début de l'année 2011, les choses semblaient bien différentes, car les cris des Algériens étaient mêlés au concert de révoltes populaires qui envahissait la région du monde arabe et ébranlait ses dictateurs, pour la plupart vissés au pouvoir depuis des décennies.
Pour la première fois dans l'histoire de cette région, les peuples se sont réapproprié les espaces publics et ont repris leur droit à la parole, s'inspirant les uns des autres, pour revendiquer collectivement leurs droits citoyens mis sous séquestre par les régimes. Pour la diaspora dont nous faisons partie, nous ne pouvions pas rester passifs ou indifférents aux revendications des nôtres pour le droit à la citoyenneté, celle-là même dont nous jouissons dans les pays démocratiques et qui est déniée aux peuples du monde arabe. Ne pas marcher avec eux équivaudrait à renier les valeurs universelles des droits humains et à leur refuser l'accès à cette citoyenneté. Pas question pour nous de taire leurs aspirations, ni de leur tourner le dos. Aussi, avions-nous décidé, dans le cadre d'un collectif créé pour la circonstance, au-delà de toute appartenance idéologique ou religieuse, de joindre nos voix d'Algériens à celles de notre peuple et d'exprimer notre solidarité avec son combat pour la justice, la dignité et la liberté sous le ciel d'Algérie. Alors, mus par le désarroi des nôtres et portés par la vague d'espoir d'une meilleure vie pour eux, nous avons marché et scandé à l'unisson la fin de la dictature et l'avènement d'un Etat de droit.
Nous avons espéré pour notre peuple lointain, un peu de cette citoyenneté que nous avons découverte dans les pays démocratiques et qui donne, malgré toutes ses imperfections, un sens à la vie. Cette citoyenneté qui cultive dans le cœur des gens un puissant sentiment d'appartenance à un peuple, à une histoire, à une culture, bref, tous ces repères d'identité, indispensables à la pérennité d'une nation. Nous avons marché pour que les nôtres puissent accéder un tant soi peu aux droits que confère véritablement la démocratie, qui n'est ni le «kofr» des islamistes, ni celle de façade des dictateurs et de leurs alliés. Une démocratie ouverte et tolérante que chacun apprendra à respecter parce qu'elle sera précieuse à ses yeux. Elle sera forte par le droit qu'elle impose et la justice qu'elle instaure. Elle sera grande parce qu'elle nous libère et elle sera belle parce qu'elle nous inspire cette créativité propre à l'humain qui est aussi vaste que l'infini qui nous entoure. Nous avons marché pour cette démocratie que nous pratiquons quotidiennement, qui n'est certes pas parfaite, tout comme l'humanité, mais qui a le mérite d'offrir une certaine justice sur terre, versus l'impunité des régimes totalitaires qui ne laissent à leur peuple que la résignation et l'espoir de la justice divine.
Oui, nous avons cru et nous croyons toujours que les nôtres ne sont pas nés pour une vie de sous-citoyens. Que nous n'avons pas le droit de nous taire quand nous les savons maltraités, battus dans les commissariats, humiliés par l'administration, corrompus ou réprimés par les gouvernants et aussi écrasés et pillés par les grandes puissances. Un an plus tard, alors que des changements se sont produits dans différents pays concernés par les révoltes, le bilan en Algérie est plutôt décevant, dû notamment à la faiblesse de la mobilisation populaire et donc de la pression de celle-ci sur le pouvoir. A l'exception de la hausse des débours consentie par le régime pour satisfaire la grogne sociale et calmer les esprits, aucune concession qui vaille n'a été faite pour satisfaire les revendications qui remettent en cause le système politique et son mode de gouvernance. Si bien que le tableau politique du pays est resté exactement le même qu'en 2011, alors que des régimes entiers ont été emportés par les révoltes populaires dans les autres pays.
Alors que les divers courants de «l'opposition» peinent à se parler et perpétuent leurs divergences, le pouvoir s'est soudain doté d'un discours de compassion envers le peuple en reconnaissant ses souffrances, et, mieux encore, en déclarant que les Algériens avaient fait leur Révolution, bien avant le printemps arabe entamé par les Tunisiens. Mais ce qu'il ne dit pas, et qui fait toute la différence entre la Tunisie et l'Algérie, c'est que contrairement aux Tunisiens, le peuple algérien est toujours sous le joug des généraux, et ce, en dépit des énormes sacrifices consentis. En fait, bien plus de sacrifices, qu'aucun autre peuple de la région. Pourquoi donc ce statu quo qui dure contre tout bon sens? Question de discernement, ou faut-il penser que le pouvoir algérien est passé maître dans la prestidigitation et qu'il a réussi à faire croire aux Algériens qu'il veille à leurs intérêts et se soucie soudain de leur sort ? Quelle bonne nouvelle, serions-nous tentés de dire d'une telle perspective, puisqu'elle promet de remettre la souveraineté populaire au cœur du pouvoir.
Enfin, les Algériens vont se sentir maîtres chez eux, choisir leurs élus, juger de leur gouvernance et les démettre au besoin pour non-respect du programme convenu. S'installera ensuite la dynamique de l'alternance qui suffit à changer autant les mœurs politiques que la perception que se fait le peuple de sa capacité à changer les choses. Fini le temps du bourrage des urnes, des sièges achetés, de la présidence à vie, des ministres cooptés et de l'assemblée de rentiers, bref toute cette cour du roi Pétrole, qui règne sur un pays chaotique et un peuple désemparé. Malheureusement, cette heureuse perspective semble aussi chimérique que les moult promesses faites par le pouvoir. Comment y voir un quelconque engagement des pouvoirs publics, si un an après les révoltes du 5 janvier et les changements drastiques opérés dans les pays voisins, la situation continue de se dégrader en Algérie sous la poigne de fer d'un régime qui persiste à gouverner seul.
La grogne sociale est partout présente et aucun mouvement politique ne semble en mesure de la canaliser pour prévenir la menace de son explosion. Entre ceux qui se préparent aux élections sans trop y croire, ceux qui n'y voient qu'une farce du pouvoir et la majorité qui ne croit plus en rien, l'incertitude semble de mise, d'autant que le pouvoir poursuit sa fuite en avant, peu préoccupé du désarroi collectif qui a fait de la rue son moyen d'expression, malgré la répression tous azimuts. L'année 2012 s'annonce à la fois comme celle de tous les possibles, advenant que l'Algérie parvienne à une transition pacifique vers la démocratie, autrement dit, celle de tous les périls, si le régime persiste dans son obsession à garder le pouvoir en sacrifiant tout le reste. Notre espoir pour ce pays est trop fort pour périr. Que Dieu nous entende et fasse que l'Algérie échappe aux menaces qui pèsent sur elle et la préserve de l'aveuglement du régime en place.
(*) Ecrivaine, Montréal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.