L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



8 Mai 1945 : le SNEL observe une halte historique
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 09 - 05 - 2012

A l'occasion de la célébration du 67e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945, le Syndicat national des éditeurs livre (SNEL) a observé une halte historique, lundi après-midi, au siège de l'Union des écrivains algériens, à Alger.
La communication a porté sur le thème intitulé : «Les massacres du 8 Mai 1945», et l'écriture historique, en présence du président du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL), Ahmed Madi, de journalistes, d'éditeurs, d'auteurs et poètes, a été animée conjointement par Mohamed Amine Belghit, historien, universitaire et auteur, et Tahar Lakhlaf, auteur et ex-membre de la Fondation 8 Mai 1945. Dans son intervention, le Dr Mohamed Amine Belghit, avec pédagogie et autres démarche didactique, vulgarisera : «Les événements du 8 Mai 1945 ne datent pas uniquement du 8 Mai 1945, mais c'est tout le mois de mai 1945. C'était un mois noir marqué par des actes criminels du colonialisme. C'était aussi une grande date dans le mouvement national et de la résistance anticoloniale. C'était une ‘‘révolution avortée''».
Un prélude et la préparation du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954… Il mettra aussi l'emphase sur le rôle important joué par les Scouts musulmans algériens, les enrôlés d'office algériens dans la guerre contre l'occupant allemand (1939-1945) et les hommes politiques algériens dans toute leur diversité et autre coloration politique. Et, notamment, le courant indépendantiste s'inspirant de la plateforme de l'Emir Khaled. Le conférencier Tahar Lakhlef, quant à lui, précisera : «Le 8 Mai 1945 à Guelma, Sétif et Kherrata est purement un génocide. Aussi, je demande la création d'une chaîne de télévision thématique dédiée à l'histoire de l'Algérie.» Les débats avec l'assistance ont porté sur «la nature du colonialisme en mai 1945, l'abrogation de la loi du 23 février 2005 évoquant le rôle positif du colonialisme, la repentance de la France…»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.