Sonatrach: hausse de 70% du chiffre d'affaires à l'exportation à fin mai 2022    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    Armée Sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Oum Dreyga    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Les clés de l'indépendance    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    Les déchets ménagers inquiètent    Le sens et les messages d'un défilé    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eric Pelletier : Affaire Merah, L'hypothèse de l'indic est peu probable
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 15 - 06 - 2012

Au mois de mars, Mohamed Merah est accusé d'avoir assassiné 7 personnes dans le sud de la France. Il est abattu par le RAID lors du siège de son domicile. L'opération fait polémique. Dans un livre paru hier en France, deux journalistes du magazine L'Express soulignent que les services de renseignements français ont failli.
- Le journal Echourouk a publié le contenu de deux vidéos enregistrées par Mohamed Merah lors de l'assaut du RAID. La justice française met en doute ces retranscriptions. Qu'en pensez-vous ?
La justice doute de plus en plus de la réalité même de ces vidéos. Certaines choses ne collent pas. Comment Mohamed Merah a-t-il réalisé ces enregistrements lors du siège mené par les policiers ? Aucun téléphone portable n'a été retrouvé dans son appartement. D'après nos informations, lors de son dialogue avec le RAID, le jeune djihadiste se félicite d'avoir trompé les services français. «Comment as-tu pu penser que j'étais allé au Pakistan pour faire du tourisme ?», a-t-il lancé en substance. Tout ceci paraît contradictoire avec les retranscriptions d'Echourouk où Merah se présente comme une «victime» envoyée par les services sur les routes du djihad armé. Il convient de rester très prudent.


- La thèse de Mohamed Merah comme indicateur des services de renseignements français vous paraît-elle plausible ?
Lorsque nous avons commencé notre enquête, nous nous sommes posé la question. Aujourd'hui, cette hypothèse de l'indicateur nous semble peu probable. Mohamed Merah était surveillé par les services de renseignements de janvier 2011 à août 2011. Cette longue procédure est généralement appliquée à une cible et non à un indicateur. Les agents du renseignement connaissaient Merah. Au cours du siège, pendant les négociations, Merah et son interlocuteur se tutoyaient. Ils s'étaient en effet rencontrés, le 14 novembre 2011, à son retour du Pakistan. D'ordinaire, le but de ce type de rencontre est double. D'abord, cela met la pression sur l'interlocuteur. Et ensuite, cela permet éventuellement de le recruter si le profil convient. Les services ont utilisé ce rendez-vous pour voir ce que Merah avait «dans le ventre». Mais d'un point de vue psychologique, ils ne le sentaient pas. Il faut noter que pour cette rencontre, il a été convoqué au commissariat de Toulouse par un courrier envoyé à son adresse personnelle. Est-ce qu'on convoque un indicateur par courrier ?


- Dans votre livre, vous affirmez que Mohamed Merah s'est bel et bien rendu dans les zones tribales pakistanaises. Qu'en est-il ?
Il a dit lui-même être allé au Pakistan. Quelques journaux avaient évoqué sa présence dans les zones tribales. Il est effectivement arrivé à Miranshah le 17 septembre 2011. Un service de renseignements occidental a détecté l'activation de ses deux adresses email depuis cette ville ainsi qu'une communication passée depuis un numéro de téléphone pakistanais.


- Pourquoi les services français n'ont-ils pas prêté attention à ce voyage ?
Ils savaient que Merah était au Pakistan. Mais ils affirment qu'ils n'ont obtenu l'information de sa présence dans une zone sensible qu'après les assassinats commis au mois de mars 2012.


- Peut-on alors parler d'échec ?
Oui, on peut parler d'échec dans la mesure où ces services de renseignements sont là pour prévenir les attentats. La question est désormais de savoir comment cet échec a été possible.


- Reste-t-il des zones d'ombre dans l'enquête ?
L'instruction n'est pas terminée. Merah était seul sur les lieux des crimes, mais il faut déterminer quel a été le rôle de son frère Abdelkader. A-t-on affaire à un bras armé (Mohamed) d'une part et à un cerveau (Abdelkader) d'autre part ? Et puis on ne sait pas qui a donné l'ordre à Merah de rentrer en France et de frapper. Le groupe Jund Al Khilafah (affilié à Al Qaîda, ndlr) a revendiqué les attentats de Mohamed Merah en avril dernier. Au début, cette revendication n'a pas été prise au sérieux par les enquêteurs. Mais aujourd'hui, on sait qu'il a passé une quinzaine de jours avec cette organisation. Il a été interrogé pour vérifier qu'il n'était pas un agent des renseignements. Il a été formé à l'utilisation des explosifs et des armes pendant deux jours. On sait qu'un djihadiste de ce groupe, qui se fait appeler Al Andalusi, maîtrise parfaitement le français et qu'il peut former des francophones. Une vingtaine de Français se trouveraient dans cette zone pakistanaise pour des raisons religieuses ou plus bellicistes. Enfin se pose la question des services des renseignements internationaux et de leur coopération. Aujourd'hui, les démocraties sont dépendantes les unes des autres dans la lutte contre le terrorisme. Lors du premier semestre 2011, les services secrets français ont interrogé 17 de leurs homologues étrangers à propos de Merah. Seuls 5 auraient répondu. Et selon ces derniers, Merah n'avait pas plus attiré l'attention qu'un touriste ordinaire.


- Vous dites qu'il y aura un «avant» et un «après» affaire Merah, pourquoi ?
C'est certainement un tournant en termes de lutte antiterroriste. Depuis des années, les policiers et magistrats spécialisés appliquaient un schéma destiné à mettre en échec les réseaux. Un schéma qui s'était révélé efficace depuis 1996. Or, ce bouclier a été transpercé. Mohamed Merah a agi seul sur les lieux des crimes. Il a un profil bien différent des terroristes que la France a connu ces quinze dernières années. Certains avaient eu des ennuis avec la justice, mais la plupart s'étaient «rangés» depuis qu'ils avaient découvert l'islam radical. Mohamed Merah, lui, est un «islamo-consumériste». Il avait une montre Diesel, un parfum et des sous-vêtements de marque. Son profil ne colle pas au schéma habituel. Les agents du renseignement se sont réunis pour faire le bilan sur les techniques de travail utilisées dans cette affaire. A mon avis, ils vont s'orienter vers un meilleur profilage dans les prisons.


- Les renseignements français vont-ils s'expliquer sur les dysfonctionnements ?
Cette affaire a eu un fort impact sur la société française. Depuis la mort de Mohamed Merah, il n'y a eu qu'un seul entretien, à huis clos, entre huit députés et sénateurs et les responsables des services de renseignements. Une commission parlementaire aurait été sans doute plus adaptée à un débat public. La société doit s'interroger sur toutes les dimensions de l'affaire, et pas seulement policière. La question est la suivante : «Comment un jeune homme de 23 ans a-t-il pu basculer dans une telle violence ?» Il faut aussi se demander quel a été son parcours de délinquant, s'il existe d'autres Merah sur le sol français. Or, le débat qui a eu lieu jusqu'à maintenant est resté dans un cadre bi-partisan. Le problème est que la DCRI, le service de renseignements intérieur, est associée à Nicolas Sarkozy, puisque c'est lui qui l'a créée. Nous en sommes restés à l'écume des choses. Le débat de fond n'est pas encore intervenu. J'espère que ce livre y contribuera.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.