Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eric Pelletier : Affaire Merah, L'hypothèse de l'indic est peu probable
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 15 - 06 - 2012

Au mois de mars, Mohamed Merah est accusé d'avoir assassiné 7 personnes dans le sud de la France. Il est abattu par le RAID lors du siège de son domicile. L'opération fait polémique. Dans un livre paru hier en France, deux journalistes du magazine L'Express soulignent que les services de renseignements français ont failli.
- Le journal Echourouk a publié le contenu de deux vidéos enregistrées par Mohamed Merah lors de l'assaut du RAID. La justice française met en doute ces retranscriptions. Qu'en pensez-vous ?
La justice doute de plus en plus de la réalité même de ces vidéos. Certaines choses ne collent pas. Comment Mohamed Merah a-t-il réalisé ces enregistrements lors du siège mené par les policiers ? Aucun téléphone portable n'a été retrouvé dans son appartement. D'après nos informations, lors de son dialogue avec le RAID, le jeune djihadiste se félicite d'avoir trompé les services français. «Comment as-tu pu penser que j'étais allé au Pakistan pour faire du tourisme ?», a-t-il lancé en substance. Tout ceci paraît contradictoire avec les retranscriptions d'Echourouk où Merah se présente comme une «victime» envoyée par les services sur les routes du djihad armé. Il convient de rester très prudent.


- La thèse de Mohamed Merah comme indicateur des services de renseignements français vous paraît-elle plausible ?
Lorsque nous avons commencé notre enquête, nous nous sommes posé la question. Aujourd'hui, cette hypothèse de l'indicateur nous semble peu probable. Mohamed Merah était surveillé par les services de renseignements de janvier 2011 à août 2011. Cette longue procédure est généralement appliquée à une cible et non à un indicateur. Les agents du renseignement connaissaient Merah. Au cours du siège, pendant les négociations, Merah et son interlocuteur se tutoyaient. Ils s'étaient en effet rencontrés, le 14 novembre 2011, à son retour du Pakistan. D'ordinaire, le but de ce type de rencontre est double. D'abord, cela met la pression sur l'interlocuteur. Et ensuite, cela permet éventuellement de le recruter si le profil convient. Les services ont utilisé ce rendez-vous pour voir ce que Merah avait «dans le ventre». Mais d'un point de vue psychologique, ils ne le sentaient pas. Il faut noter que pour cette rencontre, il a été convoqué au commissariat de Toulouse par un courrier envoyé à son adresse personnelle. Est-ce qu'on convoque un indicateur par courrier ?


- Dans votre livre, vous affirmez que Mohamed Merah s'est bel et bien rendu dans les zones tribales pakistanaises. Qu'en est-il ?
Il a dit lui-même être allé au Pakistan. Quelques journaux avaient évoqué sa présence dans les zones tribales. Il est effectivement arrivé à Miranshah le 17 septembre 2011. Un service de renseignements occidental a détecté l'activation de ses deux adresses email depuis cette ville ainsi qu'une communication passée depuis un numéro de téléphone pakistanais.


- Pourquoi les services français n'ont-ils pas prêté attention à ce voyage ?
Ils savaient que Merah était au Pakistan. Mais ils affirment qu'ils n'ont obtenu l'information de sa présence dans une zone sensible qu'après les assassinats commis au mois de mars 2012.


- Peut-on alors parler d'échec ?
Oui, on peut parler d'échec dans la mesure où ces services de renseignements sont là pour prévenir les attentats. La question est désormais de savoir comment cet échec a été possible.


- Reste-t-il des zones d'ombre dans l'enquête ?
L'instruction n'est pas terminée. Merah était seul sur les lieux des crimes, mais il faut déterminer quel a été le rôle de son frère Abdelkader. A-t-on affaire à un bras armé (Mohamed) d'une part et à un cerveau (Abdelkader) d'autre part ? Et puis on ne sait pas qui a donné l'ordre à Merah de rentrer en France et de frapper. Le groupe Jund Al Khilafah (affilié à Al Qaîda, ndlr) a revendiqué les attentats de Mohamed Merah en avril dernier. Au début, cette revendication n'a pas été prise au sérieux par les enquêteurs. Mais aujourd'hui, on sait qu'il a passé une quinzaine de jours avec cette organisation. Il a été interrogé pour vérifier qu'il n'était pas un agent des renseignements. Il a été formé à l'utilisation des explosifs et des armes pendant deux jours. On sait qu'un djihadiste de ce groupe, qui se fait appeler Al Andalusi, maîtrise parfaitement le français et qu'il peut former des francophones. Une vingtaine de Français se trouveraient dans cette zone pakistanaise pour des raisons religieuses ou plus bellicistes. Enfin se pose la question des services des renseignements internationaux et de leur coopération. Aujourd'hui, les démocraties sont dépendantes les unes des autres dans la lutte contre le terrorisme. Lors du premier semestre 2011, les services secrets français ont interrogé 17 de leurs homologues étrangers à propos de Merah. Seuls 5 auraient répondu. Et selon ces derniers, Merah n'avait pas plus attiré l'attention qu'un touriste ordinaire.


- Vous dites qu'il y aura un «avant» et un «après» affaire Merah, pourquoi ?
C'est certainement un tournant en termes de lutte antiterroriste. Depuis des années, les policiers et magistrats spécialisés appliquaient un schéma destiné à mettre en échec les réseaux. Un schéma qui s'était révélé efficace depuis 1996. Or, ce bouclier a été transpercé. Mohamed Merah a agi seul sur les lieux des crimes. Il a un profil bien différent des terroristes que la France a connu ces quinze dernières années. Certains avaient eu des ennuis avec la justice, mais la plupart s'étaient «rangés» depuis qu'ils avaient découvert l'islam radical. Mohamed Merah, lui, est un «islamo-consumériste». Il avait une montre Diesel, un parfum et des sous-vêtements de marque. Son profil ne colle pas au schéma habituel. Les agents du renseignement se sont réunis pour faire le bilan sur les techniques de travail utilisées dans cette affaire. A mon avis, ils vont s'orienter vers un meilleur profilage dans les prisons.


- Les renseignements français vont-ils s'expliquer sur les dysfonctionnements ?
Cette affaire a eu un fort impact sur la société française. Depuis la mort de Mohamed Merah, il n'y a eu qu'un seul entretien, à huis clos, entre huit députés et sénateurs et les responsables des services de renseignements. Une commission parlementaire aurait été sans doute plus adaptée à un débat public. La société doit s'interroger sur toutes les dimensions de l'affaire, et pas seulement policière. La question est la suivante : «Comment un jeune homme de 23 ans a-t-il pu basculer dans une telle violence ?» Il faut aussi se demander quel a été son parcours de délinquant, s'il existe d'autres Merah sur le sol français. Or, le débat qui a eu lieu jusqu'à maintenant est resté dans un cadre bi-partisan. Le problème est que la DCRI, le service de renseignements intérieur, est associée à Nicolas Sarkozy, puisque c'est lui qui l'a créée. Nous en sommes restés à l'écume des choses. Le débat de fond n'est pas encore intervenu. J'espère que ce livre y contribuera.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.