«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un paradis à 1200 m d'altitude
Lac noir de l'Akfadou
Publié dans El Watan le 28 - 09 - 2013

Il est midi, mais il fait sombre sous les frondaisons des chênes qui partent à l'assaut du ciel.
Le soleil arrive à peine à percer l'épaisse canopée au-dessus de nos têtes. On entend des cris d'animaux et les chants d'une multitude d'oiseaux, mais qu'on ne voit pas. Notre groupe s'est arrêté au pied d'un chêne zen géant, probablement vieux de plusieurs siècles, pour la pause-déjeuner.
Sortie sur le terrain avec une équipe de forestiers de Béjaia. Nous sommes dans la mythique forêt de l'Akfadou, 1600 mètres au-dessus du niveau de la mer, et nous ne rencontrons que des troupeaux de vaches ou des groupes de singes magot. Depuis les années 1990 et l'avènement du terrorisme, très peu de gens s'aventurent dans cette vaste forêt que se partagent les wilayas de Béjaïa et de Tizi Ouzou, l'une des plus belles d'Algérie. L'Akfadou était infesté pendant longtemps de terroristes islamistes. Même pour cette escapade de quelques heures, les forestiers jugent nécessaire de signaler leur présence au commandement de l'armée qui opère dans ce secteur.
A partir de la circonscription des forêts d'Adekar, trois véhicules tout-terrain s'ébranlent vers le massif. L'objectif est d'arriver jusqu'au Lac noir, vaste étendue d'eau au milieu d'une chênaie tout faisant un état des lieux de la forêt. Première halte au niveau de la grille de la réserve, qui abrite une colonie de cerfs de Berbérie qui fait l'objet d'une réintroduction depuis, dans ce massif, 2005. Des responsables du centre cynégétique de Zéralda, qui chapeaute cette opération, sont venus d'Alger pour faire le suivi de cette passionnante aventure qui voit le seul cervidé d'Afrique faire un retour sur des terres sur lesquelles il a vécu à l'état naturel depuis des lustres. Avant de disparaître. Les nouvelles sont plutôt bonnes.
Les cerfs ? Ils se portent bien, se reproduisent et sont devenus pratiquement sauvages. Aujourd'hui, il est question de faire un nouveau comptage de la harde et de rapatrier une biche qui a quitté le vaste enclos qui sert de réserve. On reprend la route à travers une piste défoncée et ravinée par les eaux de pluie et par la neige.
Les forestiers s'arrêtent pour inspecter deux jeunes Algérois venus en fourgon pour prélever des tapis de mousse qui poussent sur les troncs des arbres. C'est, paraît-il, pour les besoins de décor et d'ornementation pour boutiques. La deuxième halte est marquée au niveau de l'ancienne maison forestière bâtie dans une belle clairière. Construite du temps de la France coloniale, il ne reste plus que les murs et les vestiges d'un pommier à moitié brûlé du magnifique jardin qui entourait cette maison rustique. La puissante source qui y coule déverse toujours à gros bouillons une eau pure et cristalline. «Regardez la taille de ce merisier. Il fait plus de 30 mètres de hauteur, s'exclame Ali Mahmoudi, directeur des forêts de Béjaïa. C'est du jamais vu !» Non loin de là, au niveau de l'arboretum réalisé par les Français dans les années 1940, à la lisière du Lac noir, on trouve toutes les espèces introduites dans ce milieu. «Comme vous pouvez le voir, le cèdre et le sapin de Numidie se régénèrent très facilement. C'est une forêt qui n'est pas trop habitée et il y a moins d'élevages que par le passé», note avec satisfaction Ali Mahmoudi, dont l'un des objectifs est d'arriver à doter ce grand massif, qui s'étend sur près de 10 000 ha, d'un statut qui puisse le protéger et le préserver. A la troisième et dernière halte, le Lac noir…
Il se révèle comme un joyau serti dans son écrin de verdure. Ce lac, qui se situe 1262 mètres d'altitude et qui s'étend sur 10 ha, est peu connu du grand public. Ce qui a évité jusqu'à aujourd'hui sa pollution par les sachets poubelle. L'image du ciel bleu qui se reflète dans ce miroir cristallin laisse le visiteur ébahi. Les centaines de rainettes vertes qui peuplent ce plan d'eau nous gratifient d'un concert de chants aquatiques en guise de bienvenue. L'arboretum du lac offre des arbres majestueux, d'une beauté à couper le souffle. C'est un paysage de carte postale. A peine le temps de faire le tour du lac et de prendre quelques photos souvenir qu'il est déjà temps de repartir. A regret. Dans quelques années, quand le désert n'aura plus d'or noir à offrir, l'Algérie se préoccupera, peut-être, de préserver de tels espaces. Pour en faire son or vert.t


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.