LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    OL : Marcelo veut partir. Il ne supporte plus sa situation    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Présidentielle: toutes les conditions réunies pour le bon déroulement du scrutin    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Subsistance de divergences    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    LA COULEE DE LAVE    Les conditions d'inscription fixées    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    A quoi s'attendre pour l'économie nationale en 2020 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Point de vue : Le trafic d'influence
Economie : les autres articles

Le trafic d'influence consiste pour l'élu ou l'agent à faire commerce d'un pouvoir dont il ne dispose pas.
Le trafic d'influence est prévu par le même article que le délit de corruption passive, mais il constitue bien un délit particulier. L'article 25 de la loi 06-01 du 20 février 2006 du Code pénal le définit comme le fait, pour la personne concernée, «de solliciter ou d'agréer, sans droit, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, ou des avantages quelconques pour elle-même ou pour autrui», et ce, dans le but d'«abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou tout autre décision favorable».
Les personnes visées
Les personnes susceptibles de commettre l'infraction prévue à l'article 25 de la loi 06-01 du 20 février 2006 du Code pénal sont les «dépositaires de l'autorité publique», les personnes «chargées d'une mission de service public ou investies d'un mandat électif public». Il s'agira donc de tous les élus et de tous les agents, dès lors qu'ils font ou proposent de faire commerce de leur influence auprès du décideur.
Les actes punis
Comme dans le cas de la corruption passive, le trafic d'influence nécessite d'abord, pour être constitué, que l'élu ou l'agent ait soit sollicité, soit accepté des offres (notamment d'argent ou de services) pour commettre l'acte. La différence entre la corruption et le trafic d'influence tient seulement à la nature de l'acte à commettre en contrepartie de ces offres : si cet acte entre dans les prérogatives légales du décideur public, le délit est celui de corruption passive ; si, à l'inverse, l'acte n'entre pas dans les prérogatives de celui qui bénéficie des avantages, le délit commis est le trafic d'influence. Encore faut-il, pour que le délit de trafic d'influence soit constitué, que «le bénéficiaire des dons soit considéré ou se présente comme un intermédiaire dont l'influence, réelle ou supposée, est de nature à faire obtenir une faveur quelconque ou une décision favorable d'une autorité publique ou d'une administration.
Quels sont les avantages que le trafiquant s'engage à fournir ? Ils sont définis en termes très larges par le Code pénal page 195, qui mentionne expressément les distinctions, les emplois et les marchés, mais également toute «décision favorable». A cette aune, il pourra s'agir de l'octroi d'une subvention à une association, de la délivrance d'un permis de construire, ou encore d'une autorisation d'occupation du domaine public. Peu importe que le trafiquant d'influence exécute ou non le pacte, en jouant de son influence supposée et, s'il en joue, peu importe que la décision favorable soit finalement prise ou non : le délit est constitué par la conclusion du pacte. La condamnation est également encourue même si la décision à prendre ne relève pas des compétences de la collectivité employant l'agent qui fait trafic de son influence.Comme en matière de corruption passive, la commission d'un trafic d'influence est punie par la loi 06-01 du 20 février 2006 article 25-45.
Les peines
Les peines encourues sont de (2) à dix ans d'emprisonnement et de 200 000 DA à 1 000 000 DA d'amende pour le corrompu et le corrupteur. Pour un éventuel intermédiaire, les sanctions sont réduites de moitié. Des peines complémentaires sont envisageables, comme l'interdiction des droits civiques, civils et liés à la famille, l'interdiction, pour une durée de cinq ans au plus, d'exercer une fonction publique. En effet, le juge peut prononcer l'interdiction des droits civiques, civils et de famille (ce qui inclut la privation du droit de vote et l'inéligibilité), l'interdiction, définitive ou temporaire, d'exercer une fonction publique ou d'exercer l'activité professionnelle ou sociale dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de laquelle l'infraction a été commise, la confiscation des sommes illégalement reçues (pour la confiscation du montant en argent correspondant aux services dont a bénéficié le coupable en échange de son influence) et, enfin, exceptionnellement eu égard à la gravité de cette infraction, l'affichage ou la diffusion de la décision prononcée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.