Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La télé et la radio publiques dans le viseur de Barakat
Manifestation hier devant l'ENTV
Publié dans El Watan le 25 - 03 - 2014

La police est venue en force, hier, au boulevard des Martyrs, à Alger, pour endiguer le rassemblement du mouvement Barakat (ça suffit !) devant les sièges de l'ENTV et de l'ENRS (radio).
En civil et en tenue, les policiers ont tout fait pour empêcher les protestataires d'occuper la chaussée. Le prétexte classique : ne pas empêcher la circulation motorisée. «Parlez des salaires et on sera avec vous», crie un automobiliste. Les animateurs sont là pour autre chose : la dénonciation du détournement des médias dits publics au profit du pouvoir en place.
Les manifestants mettent du scotch sur la bouche pour signifier l'existence de la censure à l'ex-RTA. «Comme à l'ENTV, on ne dit rien !», lance un jeune manifestant. Sur les pancartes, on peut lire : «Halte à l'instrumentalisation de la télévision d'Etat», «Halte au mensonge et à la propagande», «Talfaza watania machi bouteflikia» (télévision nationale, pas bouteflikienne), «Arrêtez de jouer du bendir», «Journalistes de l'ENTV et de la radio, indignez-vous», «Barakat men el khortti», «C'est une télévision publique, pas privée», «Barakat men chita», «Rendez-nous notre pays !», «Solidaires avec Al Atlas TV»… «Les Algériens constatent chaque jour que l'ENTV est utilisée comme un canal de propagande au profit du régime de Bouteflika. Les autres opinions n'y ont pas le droit de s'exprimer, le droit à la différence n'est pas reconnu. Nous n'avons toujours pas vu le caractère national de cette chaîne. L'ENTV montre une Algérie idéale, rien à voir avec la réalité des Algériens. Les jeunes tab jnanhoum !», dénonce le jeune Anis, membre de Barakat.
«Aucune démocratie ne peut exister sans liberté d'expression», déclare Amira Bouraoui, membre connu de Barakat. Un manifestant a estimé que l'ENTV n'appartient plus au peuple algérien mais «à la famille Bouteflika et au DRS». «Dans les années 1990, plus de 70 journalistes ont été tués pour la liberté d'expression. Smaïl Yefsah, Tahar Djaout, Rachida Hamadi, Saïd Mekbel, revenez voir dans quel état est votre pays», a lancé une autre manifestante. «Sortez de l'ENTV ! Sortez témoigner. Soyez solidaires avec la liberté d'expression. Dites la vérité», tonne-t-elle à l'adresse des journalistes de l'ENTV, invisibles sous le soleil du boulevard des Martyrs.
«L'ENTV est financée par l'argent du peuple algérien à travers la quittance. Aussi, nous refusons qu'il soit utilisé d'une manière exclusive par le pouvoir, par le régime familial de Bouteflika», proteste Kamel, autre membre de Barakat. Selon lui, la fermeture d'Al Atlas TV est une atteinte à la liberté d'expression. Les manifestants ont crié des slogans hostiles à Ennahar TV. «Je salue le mouvement Barakat. Je lui apporte tout mon soutien. Il est composé de militants de qualité, d'un certain niveau, qui ne veulent que du bien pour ce pays. Barakat a raison en considérant l'élection comme une mascarade. Bouteflika va bientôt s'adresser à nous par SMS», souligne Hacen Ferhati de l'Association des familles de disparus. Omar Abed, porte-parole du Collectif des spoliés du groupe Khalifa, est venu se solidariser avec Barakat. «Certaines victimes de Khalifa sont mortes sans avoir obtenu leurs droits. Ils nous disent qu'ils ont ramené Abdelmoumen Khalifa. Mais Abdelmoumen est un escroc agréé par l'Etat. Ils nous ont même appelés pour le procès !», proteste-t-il. «On reviendra, on ne va pas vous lâcher», a promis une manifestante à la fin du rassemblement, dispersé dans le calme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.