Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La télé et la radio publiques dans le viseur de Barakat
Manifestation hier devant l'ENTV
Publié dans El Watan le 25 - 03 - 2014

La police est venue en force, hier, au boulevard des Martyrs, à Alger, pour endiguer le rassemblement du mouvement Barakat (ça suffit !) devant les sièges de l'ENTV et de l'ENRS (radio).
En civil et en tenue, les policiers ont tout fait pour empêcher les protestataires d'occuper la chaussée. Le prétexte classique : ne pas empêcher la circulation motorisée. «Parlez des salaires et on sera avec vous», crie un automobiliste. Les animateurs sont là pour autre chose : la dénonciation du détournement des médias dits publics au profit du pouvoir en place.
Les manifestants mettent du scotch sur la bouche pour signifier l'existence de la censure à l'ex-RTA. «Comme à l'ENTV, on ne dit rien !», lance un jeune manifestant. Sur les pancartes, on peut lire : «Halte à l'instrumentalisation de la télévision d'Etat», «Halte au mensonge et à la propagande», «Talfaza watania machi bouteflikia» (télévision nationale, pas bouteflikienne), «Arrêtez de jouer du bendir», «Journalistes de l'ENTV et de la radio, indignez-vous», «Barakat men el khortti», «C'est une télévision publique, pas privée», «Barakat men chita», «Rendez-nous notre pays !», «Solidaires avec Al Atlas TV»… «Les Algériens constatent chaque jour que l'ENTV est utilisée comme un canal de propagande au profit du régime de Bouteflika. Les autres opinions n'y ont pas le droit de s'exprimer, le droit à la différence n'est pas reconnu. Nous n'avons toujours pas vu le caractère national de cette chaîne. L'ENTV montre une Algérie idéale, rien à voir avec la réalité des Algériens. Les jeunes tab jnanhoum !», dénonce le jeune Anis, membre de Barakat.
«Aucune démocratie ne peut exister sans liberté d'expression», déclare Amira Bouraoui, membre connu de Barakat. Un manifestant a estimé que l'ENTV n'appartient plus au peuple algérien mais «à la famille Bouteflika et au DRS». «Dans les années 1990, plus de 70 journalistes ont été tués pour la liberté d'expression. Smaïl Yefsah, Tahar Djaout, Rachida Hamadi, Saïd Mekbel, revenez voir dans quel état est votre pays», a lancé une autre manifestante. «Sortez de l'ENTV ! Sortez témoigner. Soyez solidaires avec la liberté d'expression. Dites la vérité», tonne-t-elle à l'adresse des journalistes de l'ENTV, invisibles sous le soleil du boulevard des Martyrs.
«L'ENTV est financée par l'argent du peuple algérien à travers la quittance. Aussi, nous refusons qu'il soit utilisé d'une manière exclusive par le pouvoir, par le régime familial de Bouteflika», proteste Kamel, autre membre de Barakat. Selon lui, la fermeture d'Al Atlas TV est une atteinte à la liberté d'expression. Les manifestants ont crié des slogans hostiles à Ennahar TV. «Je salue le mouvement Barakat. Je lui apporte tout mon soutien. Il est composé de militants de qualité, d'un certain niveau, qui ne veulent que du bien pour ce pays. Barakat a raison en considérant l'élection comme une mascarade. Bouteflika va bientôt s'adresser à nous par SMS», souligne Hacen Ferhati de l'Association des familles de disparus. Omar Abed, porte-parole du Collectif des spoliés du groupe Khalifa, est venu se solidariser avec Barakat. «Certaines victimes de Khalifa sont mortes sans avoir obtenu leurs droits. Ils nous disent qu'ils ont ramené Abdelmoumen Khalifa. Mais Abdelmoumen est un escroc agréé par l'Etat. Ils nous ont même appelés pour le procès !», proteste-t-il. «On reviendra, on ne va pas vous lâcher», a promis une manifestante à la fin du rassemblement, dispersé dans le calme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.