Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    LES ENSEIGNANTS DECIDENt DE MONTER AU CRENEAU : Les écoles primaires paralysées pour trois jours !    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La télé et la radio publiques dans le viseur de Barakat
Manifestation hier devant l'ENTV
Publié dans El Watan le 25 - 03 - 2014

La police est venue en force, hier, au boulevard des Martyrs, à Alger, pour endiguer le rassemblement du mouvement Barakat (ça suffit !) devant les sièges de l'ENTV et de l'ENRS (radio).
En civil et en tenue, les policiers ont tout fait pour empêcher les protestataires d'occuper la chaussée. Le prétexte classique : ne pas empêcher la circulation motorisée. «Parlez des salaires et on sera avec vous», crie un automobiliste. Les animateurs sont là pour autre chose : la dénonciation du détournement des médias dits publics au profit du pouvoir en place.
Les manifestants mettent du scotch sur la bouche pour signifier l'existence de la censure à l'ex-RTA. «Comme à l'ENTV, on ne dit rien !», lance un jeune manifestant. Sur les pancartes, on peut lire : «Halte à l'instrumentalisation de la télévision d'Etat», «Halte au mensonge et à la propagande», «Talfaza watania machi bouteflikia» (télévision nationale, pas bouteflikienne), «Arrêtez de jouer du bendir», «Journalistes de l'ENTV et de la radio, indignez-vous», «Barakat men el khortti», «C'est une télévision publique, pas privée», «Barakat men chita», «Rendez-nous notre pays !», «Solidaires avec Al Atlas TV»… «Les Algériens constatent chaque jour que l'ENTV est utilisée comme un canal de propagande au profit du régime de Bouteflika. Les autres opinions n'y ont pas le droit de s'exprimer, le droit à la différence n'est pas reconnu. Nous n'avons toujours pas vu le caractère national de cette chaîne. L'ENTV montre une Algérie idéale, rien à voir avec la réalité des Algériens. Les jeunes tab jnanhoum !», dénonce le jeune Anis, membre de Barakat.
«Aucune démocratie ne peut exister sans liberté d'expression», déclare Amira Bouraoui, membre connu de Barakat. Un manifestant a estimé que l'ENTV n'appartient plus au peuple algérien mais «à la famille Bouteflika et au DRS». «Dans les années 1990, plus de 70 journalistes ont été tués pour la liberté d'expression. Smaïl Yefsah, Tahar Djaout, Rachida Hamadi, Saïd Mekbel, revenez voir dans quel état est votre pays», a lancé une autre manifestante. «Sortez de l'ENTV ! Sortez témoigner. Soyez solidaires avec la liberté d'expression. Dites la vérité», tonne-t-elle à l'adresse des journalistes de l'ENTV, invisibles sous le soleil du boulevard des Martyrs.
«L'ENTV est financée par l'argent du peuple algérien à travers la quittance. Aussi, nous refusons qu'il soit utilisé d'une manière exclusive par le pouvoir, par le régime familial de Bouteflika», proteste Kamel, autre membre de Barakat. Selon lui, la fermeture d'Al Atlas TV est une atteinte à la liberté d'expression. Les manifestants ont crié des slogans hostiles à Ennahar TV. «Je salue le mouvement Barakat. Je lui apporte tout mon soutien. Il est composé de militants de qualité, d'un certain niveau, qui ne veulent que du bien pour ce pays. Barakat a raison en considérant l'élection comme une mascarade. Bouteflika va bientôt s'adresser à nous par SMS», souligne Hacen Ferhati de l'Association des familles de disparus. Omar Abed, porte-parole du Collectif des spoliés du groupe Khalifa, est venu se solidariser avec Barakat. «Certaines victimes de Khalifa sont mortes sans avoir obtenu leurs droits. Ils nous disent qu'ils ont ramené Abdelmoumen Khalifa. Mais Abdelmoumen est un escroc agréé par l'Etat. Ils nous ont même appelés pour le procès !», proteste-t-il. «On reviendra, on ne va pas vous lâcher», a promis une manifestante à la fin du rassemblement, dispersé dans le calme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.