Les bienfaits des pistaches    Saint Etienne : Les regrets de Boudebouz face à Lille    Serie A : Large victoire de Naples face à la Roma    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Aribi termine meilleur buteur    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ses militants ont tenu hier un sit-in devant le siège de l'ENTV
Barakat dit ça suffit à la propagande médiatique !
Publié dans Liberté le 25 - 03 - 2014

L'opposition à un 4e mandat pour le chef de l'Etat et l'exigence du départ du système sont consubstantiels à la liberté d'expression.
C'est dans cette optique que le mouvement Barakat a tenu, hier, deuxième jour de campagne électorale, un sit-in devant le siège de la télévision publique (ENTV) au 21, boulevard des Martyrs, à Alger. Une action symbolique qui se veut une dénonciation du parti pris des médias publics au profit du candidat Abdelaziz Bouteflika, auquel il dénie le droit de se porter candidat aux élections et, aussi, une manière de revendiquer la liberté d'expression. Dans ce sillage, les militants et sympathisants du mouvement Barakat ont dénoncé aussi d'autres canaux "de propagande". C'est dans ce sens que les manifestants ont crié leur colère contre ce qu'ils appellent "les âneries" de certaines chaînes de télévision, qu'ils ont accusées, par ailleurs, de propagande pour Bouteflika.
Le sit-in, qui a drainé des dizaines de personnes, s'est déroulé dans le calme, et ce, malgré une forte présence policière dès 9h, alors que l'action est programmée deux heures après. Il était à peine 11h lorsque les premiers militants de Barakat arrivent sur les lieux. Aussitôt le trottoir occupé par ces militants, la police les cantonne et ordonne aux journalistes de "libérer" la voie publique. Munis de pancartes sur lesquelles il est écrit "Où sont passés les 700 milliards de dollars", allusion au budget dépensé par le chef de l'Etat depuis 1999, "Halte à l'instrumentalisation de la télévision publique", "Halte aux mensonges et à la propagande médiatique"...
Tels étaient, entre autres, les slogans des manifestants. Au moment où ces premiers manifestants commençaient à former le noyau, un homme, la cinquantaine, invite les policiers "à surveiller plutôt ceux qui font du mal aux Algériens". Il se revendique des victimes de l'affaire Khalifa. M. Abed, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a tenu à dénoncer "le mensonge" officiel dans le traitement de cette même affaire. "Sellal et Bouteflika nous ont promis de rembourser notre argent", a-t-il dit, avant d'ajouter : "Ce ne sont que des mensonges." Un autre a dénoncé le paiement de la redevance télévision, alors que "le service public est inexistant".
Quelques minutes après, d'autres militants de Barakat arrivent. Ils avaient tous les bouches bâillonnées d'un ruban en guise de dénonciation du musellement de la liberté d'expression. Sur leurs pancartes, ils ont inscrit leurs revendications : "La libération de l'ENTV et de la chaîne El-Atlas" ; "Pour le droit du citoyen à l'information"... Le sit-in, qui s'est déroulé dans le calme, n'a pas connu d'arrestations ou d'incidents. Il faut rappeler que depuis l'avant-dernière action de Barakat, la police a cessé les arrestations, alors que durant les premières manifestations, des dizaines, voire des centaines de personnes ont été embarquées manu militari par les policiers. C'est dire que les responsables ont accusé réception des différents messages venus d'autres capitales appelant au respect du droit de manifester en Algérie.
Trois quarts d'heure après, les manifestants se sont dispersés dans le calme. Ils ont informé qu'une conférence de presse sera tenue, samedi, pour rendre public leur programme d'action.
M M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.