Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aquatique, ludique et féerique
Zéralda. Terra parc
Publié dans El Watan le 29 - 08 - 2006

Voulez-vous rompre avec la morosité quotidienne ? Alors, n'hésitez pas et partez donc à la découverte de Terra parc. Attractif, fascinant ! En fait, une équipe d'artistes renommés a fini de parer ce lieu de détente et de loisirs pour vous accueillir et vous offrir un spectacle émouvant.
L'aquaparc qui porte le nom de son propriétaire est implanté dans un terrain de 3 ha. Situé à un jet de pierre du complexe touristique de Zéralda, Terra parc est attenant à une suite de bungalows et à un hôtel cinq étoiles en voie de construction. Pour le profane, le parc est merveilleusement équipé de toboggans, de jeux aquatiques et de jeux électroniques. Mais pour l'homme averti, la conception ne peut provenir que d'un artiste de renom, qui a décidé de projeter son rêve dans un espace. « J'ai toujours rêvé d'une grande fresque. Je pense que j'ai réalisé mon rêve. Je considère toutefois que Terra parc est réellement une grande fresque. Je donne la clé aux visiteurs et à chacun de la découvrir et de l'interpréter à sa manière », nous déclare Salah Terra, le propriétaire, qui a enseigné entre autres à l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger et dans une école des arts à Madrid. Selon lui, l'ouverture du parc était prévue pour le 15 juillet dernier, mais faute d'autorisation délivrée par la wilaya, l'ouverture a été reportée. « Ce sont des procédures administratives que nous devons respecter. L'autorisation sera délivrée incessamment et bientôt le parc s'ouvrira au public », a assuré S. Terra. A se fier aux déclarations de Djamel Larouk chargé de la communication, l'aquaparc est une structure unique en son genre dans les pays arabes. « Le propriétaire, Salah Terra, a été sollicité par des Jordaniens pour l'implantation d'un parc similaire à Aman. Des Tunisiens sont aussi intéressés par ce lieu de détente », a-t-il révélé. Très affable, M. Larouk, qui est aussi artiste plasticien et enseignant à l'Ecole supérieure des beaux-arts, nous a accordé une visite guidée. « M. Terra a eu l'idée d'intégrer au parc, une galerie d'art que nous appelons Coucher du soleil, où sont exposées des œuvres d'artistes. Notre but est de faire découvrir la culture aux visiteurs à travers l'art », a-t-il indiqué. Un peu plus en avant, le bloc administratif est élevé sur un niveau abritant une garderie, une infirmerie et un cabinet médical. Le hall est occupé par les jeux électroniques et les distributeurs automatiques de café et de boissons fraîches. A côté du restaurant Le Parasol, majestueusememt conçu, se dresse un immense toboggan aux ramifications tentaculaires qui se jette dans une piscine. En sus des espaces verts, qui conviennent au repos et aux discussions amicales, est aménagée une esplanade destinée aux soirées musicales. Tout au fond, dans une aire de verdure, est dressée une kheima conviant à une gaâda autour d'un verre de thé à la menthe. Mais ce qui attire le plus au sein du parc, ce sont les piscines aux formes gracieuses, entourées de chaises longues. Avec leurs toboggans, leurs bateaux pirate et des représentations d'animaux, ces petites étendues aux eaux d'un bleu turquoise se disputent le lieu à la grande bleue. « Nous avons opté pour une stratégie de communication. Nous invitons les familles à découvrir le parc. Quant aux enfants, nous les éduquons en leur inculquant le beau, en les initiant à l'art à travers trois gammes de couleurs : l'ocre rouge qui est la couleur du site, le bleu, celui de la piscine et le vert, celui de la végétation. Une œuvre d'art est faite pour tout le monde. Tous les visiteurs, quels que soient leur niveau et leur rang, s'y retrouvent », a conclu l'artiste Djamel Larouk. Dorénavant, Zéralda c'est aussi L'aquaparc. Ce ne serait qu'une équité promise. Avec cette nouvelle structure, Zéralda connaîtrait plus d'animation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.