FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sites et monuments
Menaces sur le patrimoine préhistorique
Publié dans El Watan le 16 - 05 - 2007

La quasi-totalité de la façade maritime de la région, qui s'étale sur plus de 120 km, est parsemée de sites historiques anciens. Ces ruines qui datent de la période romaine ou punique, constituent une richesse inestimable que seuls les prédateurs et les spéculateurs semblent savoir apprécier.
Parfois pour y prélever les précieux objets en tout genre qui y sont enfuis de puis plus de deux millénaires, parfois pour les sites où il se trouvent afin d'y ériger des baraques qui servent de résidences secondaires. Il y a une troisième catégorie de prédateurs que sont les faux investisseurs et les apprentis entrepreneurs. Les premiers tentent de profiter des sites et des plages pour y installer des parkings de fortune où, notamment durant les week-ends et l'afflux de vacanciers occasionnels, les places se monnaient jusqu'à 200 DA la journée. Les seconds, profitant de la cupidité et parfois de la complicité des responsables, n'hésitent pas à ouvrir des accès à des sites d'une rare beauté. Au passage, ils auront facturé le tuf sans lequel la circulation ne serait pas et en retour, ils y prélèvent du sable et parfois de la pierre qu'ils revendent à prix d'or. On a bien vu un entrepreneur prendre option pour un terrain de la plus grande importance, non loin de la corniche de Salamandre. Une fois les premières formalités administratives expédiées, on verra se ruer sur le terrain une véritable coulée de camions à la recherche de sable. Pendant plusieurs mois, la ronde des bulldozers et des camions bennes ne soulèvera que de la poussière. Ce n'est qu'une fois la roche mère mise à jour et la couche de sable parfaitement négociée au meilleur prix, que quelques intellectuels oseront tirer la sonnette d'alarme. Sur le site, on venait curieusement de mettre à jour la présence d'un site ancien datant de la préhistoire, sur lequel des fragments d'œufs d'autruche auront été découvert. Pour les spécialistes, l'existence de ce site ne faisait aucun doute. Qui a couvert son pillage ? Curieusement, il semblerait qu'uns fois le sable déplacé vers les chantiers de l'Algérois, le propriétaire du terrain aurait renoncé à son projet de construction immobilière. En 2002, il aura fallu deux articles de presse pour faire annuler un arrêté d'attribution du terrain qui borde la plage de Bahara, dans la commune de Ouled Boughalem. Le site en question renferme une cité marine avec même la présence d'un abri pour embarcation. Depuis quelques jours, un entrepreneur est en train d'ouvrir une piste d'accès à l'un des sites les plus prometteurs du littoral mostaganémois. Il s'agit de la plage de Chaïbia où les amateurs de plage déserte et de quiétude ne pouvaient accéder qu'avec difficultés. Sur plus de deux kilomètres, s'étendent des ruines romaines ou certainement puniques, voire arabes, où l'on pourrait mettre à jour et sauvegarder une importante cité de pêcheurs. Sous les dunes de sables qui bordent le rivage, des murs encore debout délimitent de véritables maisons. Si ces vestiges ont été sauvegardés jusqu'à nos jours, c'est en raison de leur inaccessibilité avérée. Mais que peuvent les dunes de sable contre des engins redoutables prêts à soulever des montagnes ? Absolument rien. Malgré la mise à jour de véritables amas de pierres anciennes, la démolition méthodique continue sans qu'aucun responsable de la commune ou de la daïra ne vienne mettre le holà.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.