Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Affaire Haddad: une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Universités: vers l'adoption de l'enseignement à distance    Abdelmadjid Tebboune installe la Commission nationale chargée du projet de révision du code électoral    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contribution : Jeunesse et désespérance
Publié dans El Watan le 04 - 12 - 2007

La société algérienne a subi des mutations structurelles profondes. Des phénomènes sociaux nouveaux ont émergé à la surface de la vie quotidienne.
Des attitudes, des sensibilités et des comportements nouveaux expriment les mutations survenues au niveau des mœurs (habitude). En Algérie, 20 millions d'individus ont moins de 30 ans, cela fait 30% de citoyens en âge de travailler. L'adolescence constitue le tournant le plus important dans la vie d'une personne. Ces dernières années, en Algérie, les adolescents sont de plus en plus impliqués dans des délits qui ne concernaient dans le temps que les adultes. Cela est le résultat de plusieurs facteurs, notamment : La démission des parents (il est inconcevable qu'un père ou une mère reste des mois sans se rendre à l'établissement de son enfant pour se renseigner sur sa scolarité et son comportement). L'école qui ne joue plus son rôle éducatif. Les maisons de jeunes ne remplissent plus leurs missions pour lesquelles elles ont été créées (encadrer les jeunes, les orienter vers des activités sociales……). L'absence de lieux permettant à cette jeunesse de se rencontrer et de se distraire. En Algérie, en particulier dans les grandes villes, filles et garçons n'ont pas d'intimité pour des raisons de promiscuité dans les logements. Les frustrations sont là, les parents sont débordés par le quotidien, n'arrivent plus à exercer le contrôle sur leurs enfants qui passent la majeure partie de leurs temps dans les rues. Là, les tentations sont multiples : haschich, alcool, psychotropes, solvants de peinture, etc.…sont utilisés même par les plus jeunes pour trouver le bien-être aussi éphémère et fugace soit-il. Les jeunes filles sont moins exposées socialement à l'échec. C'est pour cela que le suicide y est moins fréquent (3 hommes pour 1 femme). Nombreuses ont des conduites toxicomaniaques, une manière déguisée de se révolter contre une société qu'elles considèrent fermée et contre, surtout, les conditions sociales qu'elles jugent restrictives de leur liberté. Cette révolte s'exprime par des manifestations de violence collective. Les émeutes, les explosions sociales éclatent lors d'une distribution de logements dans une commune, d'une coupure d'électricité, d'une pénurie d'eau, d'une route non faite ou mal faite, etc.…. Tout est prétexte pour descendre dans la rue, pour manifester et casser. L'absence d'une véritable organisation de la société, à même de catalyser la protestation, permet l'agitation et facilite les manipulations. Un autre nouveau phénomène prend de l'ampleur en Algérie, l'émigration clandestine ou « harraga ». Ce terme dans le langage des jeunes signifie à la fois pour eux « resquiller » et « brûler ». Resquiller pour bien signifier qu'ils veulent émigrer dans la clandestinité. Brûler, pour dire qu'ils sont prêts à risquer ou à brûler leur vie. Les jeunes algériens n'ont même plus la possibilité de rêver dans leur pays. Leur vie comme leurs rêves sont ailleurs. Les jeunes filles, en vertu de leur position d'éternelle mineure sous la tutelle du mâle, se prennent en charge et se révoltent à leur manière. Ceux et celles qui partent ne vont pas avoir une belle vie, mais ils ont la conviction qu'ils pourraient ailleurs en avoir une moins dure et surtout moins triste. La question de la jeunesse est une question de démocratie. Cette désespérance gagne de plus en plus notre jeunesse, en dépit des bons indices économiques et d'une opulence financière. L'amélioration des conditions de la jeunesse doit passer par une bonne gouvernance. Le développement d'une Nation, son niveau démocratique, son civisme, le niveau de sa citoyenneté et de progrès se mesurent plus que jamais par la place et le rôle occupé par la jeunesse et surtout la femme au sein de la société.
Consultante en Communication sociale


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.