Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contribution : Jeunesse et désespérance
Publié dans El Watan le 04 - 12 - 2007

La société algérienne a subi des mutations structurelles profondes. Des phénomènes sociaux nouveaux ont émergé à la surface de la vie quotidienne.
Des attitudes, des sensibilités et des comportements nouveaux expriment les mutations survenues au niveau des mœurs (habitude). En Algérie, 20 millions d'individus ont moins de 30 ans, cela fait 30% de citoyens en âge de travailler. L'adolescence constitue le tournant le plus important dans la vie d'une personne. Ces dernières années, en Algérie, les adolescents sont de plus en plus impliqués dans des délits qui ne concernaient dans le temps que les adultes. Cela est le résultat de plusieurs facteurs, notamment : La démission des parents (il est inconcevable qu'un père ou une mère reste des mois sans se rendre à l'établissement de son enfant pour se renseigner sur sa scolarité et son comportement). L'école qui ne joue plus son rôle éducatif. Les maisons de jeunes ne remplissent plus leurs missions pour lesquelles elles ont été créées (encadrer les jeunes, les orienter vers des activités sociales……). L'absence de lieux permettant à cette jeunesse de se rencontrer et de se distraire. En Algérie, en particulier dans les grandes villes, filles et garçons n'ont pas d'intimité pour des raisons de promiscuité dans les logements. Les frustrations sont là, les parents sont débordés par le quotidien, n'arrivent plus à exercer le contrôle sur leurs enfants qui passent la majeure partie de leurs temps dans les rues. Là, les tentations sont multiples : haschich, alcool, psychotropes, solvants de peinture, etc.…sont utilisés même par les plus jeunes pour trouver le bien-être aussi éphémère et fugace soit-il. Les jeunes filles sont moins exposées socialement à l'échec. C'est pour cela que le suicide y est moins fréquent (3 hommes pour 1 femme). Nombreuses ont des conduites toxicomaniaques, une manière déguisée de se révolter contre une société qu'elles considèrent fermée et contre, surtout, les conditions sociales qu'elles jugent restrictives de leur liberté. Cette révolte s'exprime par des manifestations de violence collective. Les émeutes, les explosions sociales éclatent lors d'une distribution de logements dans une commune, d'une coupure d'électricité, d'une pénurie d'eau, d'une route non faite ou mal faite, etc.…. Tout est prétexte pour descendre dans la rue, pour manifester et casser. L'absence d'une véritable organisation de la société, à même de catalyser la protestation, permet l'agitation et facilite les manipulations. Un autre nouveau phénomène prend de l'ampleur en Algérie, l'émigration clandestine ou « harraga ». Ce terme dans le langage des jeunes signifie à la fois pour eux « resquiller » et « brûler ». Resquiller pour bien signifier qu'ils veulent émigrer dans la clandestinité. Brûler, pour dire qu'ils sont prêts à risquer ou à brûler leur vie. Les jeunes algériens n'ont même plus la possibilité de rêver dans leur pays. Leur vie comme leurs rêves sont ailleurs. Les jeunes filles, en vertu de leur position d'éternelle mineure sous la tutelle du mâle, se prennent en charge et se révoltent à leur manière. Ceux et celles qui partent ne vont pas avoir une belle vie, mais ils ont la conviction qu'ils pourraient ailleurs en avoir une moins dure et surtout moins triste. La question de la jeunesse est une question de démocratie. Cette désespérance gagne de plus en plus notre jeunesse, en dépit des bons indices économiques et d'une opulence financière. L'amélioration des conditions de la jeunesse doit passer par une bonne gouvernance. Le développement d'une Nation, son niveau démocratique, son civisme, le niveau de sa citoyenneté et de progrès se mesurent plus que jamais par la place et le rôle occupé par la jeunesse et surtout la femme au sein de la société.
Consultante en Communication sociale


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.