«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamala, la commune martyre
Située à 25 km au nord-est de Mila
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2008

Dans un élan de « sauve-qui-peut », des centaines de riverains, sous les coups de boutoir des hordes obscurantistes, avaient fui la région abandonnant maisons et biens.
En arpentant le tortueux chemin de wilaya (CW) n° 53, à partir du chef-lieu de daïra, Grarem Gouga vers le Nord, l'on découvre, au bout d'une ascension éreintante de 15 km, la commune de Hamala. De prime abord, les lieux ne paient pas de mine, car la localité, qui est censée contenir quelque 13 000 âmes, n'est délimitée, d'Est en Ouest, que par l'imposante montagne dont les sommets culminent à environ 2 700 m d'altitude, et qui porte le nom de Djebel M'cid Aïssa. Sur les visages des villageois rencontrés, l'on peut aisément déceler des signes de malvie, de lassitude et de désespoir. En clair, c'est une expression de repli sur soi et de méfiance que semblent dégager ces gens d'une extrême simplicité, mais ô combien courtois et obligeants dès qu'on les sollicite. Ainsi figée aux piémonts de cette montagne inhospitalière qui fait office d'ultime rempart entre le territoire de la commune et la wilaya de Jijel, Hamala donne l'impression de s'agripper, contre vents et marées, à l'espoir, à l'avenir et à la paix, comme tout être s'accrochant à la vie, malgré les aléas et les vicissitudes d'un quotidien aussi incertain que terrible. En dépit de son statut de chef-lieu de commune dépendant administrativement de la daïra de Grarem Gouga, Hamala est, exception faite des autochtones, quasi inconnue au bataillon. Des quatre importantes agglomérations qu'elle coiffe, à savoir Cheglibi Makhlouf, Ouassaf, Badsi et Hammam Beni Haroun, c'est incontestablement la dernière localité citée qui attire l'attention, car, à l'évidence, le nom du site a une corrélation avec le méga-ouvrage hydraulique. Mais aussi parce que l'on n'évoque pas l'endroit sans avoir à l'esprit le cadre féerique où est implantée la station thermale et, surtout, les succulentes et incontournables gargotes de brochettes que proposent la chaîne des gargotiers de Hammam Beni Haroun, sur le tronçon de la RN 27 (Constantine-Jijel) ; immense carrefour de détente et de villégiature où se développent de multiples commerces activant dans la restauration, les fruits et légumes, l'artisanat, etc. Un créneau porteur qui a permis jusqu'ici à de dizaines de chefs de familles de survivre et nourrir les leurs. Mais, est-ce une fin en soi ? En tout état de cause, le nouveau locataire de l'Hôtel de ville, Abdelbaki Medjrab, a dressé, dans un franc-parler irréprochable, un état des lieux des plus alarmants. A ce propos, il dira : « Tout manque à Hamala. L'Etat doit œuvrer en urgence à l'électrification des zones rurales, la réalisation des routes, la sécurisation des douars et des mechtas enclavés, en plus de mettre un terme au pillage des câbles électriques, phénomène qui a accentué les carences de l'électrification rurale ». Et d'ajouter : « Les pouvoirs publics gagneraient certainement plus à ouvrir de sérieuses et durables perspectives d'emploi devant les jeunes. Face à l'absence de la moindre structure économique, le taux de chômage est ahurissant à Hamala, où les citoyens ont fini par enterrer leurs dernières illusions. La révision à la hausse des quotas d'aide à l'habitat rural, qui n'a pour l'instant pas dépassé le seuil de 170 dossiers validés, ce qui est largement insuffisant, est aussi l'une des préoccupations majeures de la population ».
Un lourd tribut…
La région a payé un lourd tribut au terrorisme, et la première victime au niveau de la wilaya de Mila à être passée au fil de l'épée, fut un simple citoyen. C'était en 1994 au lieudit Aïn Guenaâ. Deux autres citoyens seront froidement assassinés à Hamala-centre, en plein jour. Au gré de nos pérégrinations, nous avons rencontré un certain Abdelfettah N., ex-garde communal qui a perdu une jambe dans un attentat à la bombe à Djebel Bounaâdja (commune de Grarem) en 1997. Exhibant sa prothèse qui va jusqu'à la hanche, ce père de 3 enfants affirme n' « avoir reçu, depuis, aucune indemnisation, ni avantage social ». Plusieurs personnes ont été tuées à Cheglibi Makhlouf. La commune de Hamala est déclarée ville morte à partir de 16h. La liste est longue. Les victimes, dans cette localité au relief accidenté, seraient au nombre de vingt, trente, peut-être plus, raconte la mémoire collective. « Les zones montagneuses doivent être sécurisées tout autour pour mettre en confiance la population, la prémunir contre les incursions terroristes et favoriser le retour progressif des citoyens vers leurs douars », a relevé un élu qui a requis l'anonymat. « Le projet de faire de Hamala un grand carrefour de transit par l'ouverture d'un axe desservant, d'un côté, Skikda via Habacha, et de l'autre, Aghbala (la plus proche localité de la wilaya de Jijel après Djebel M'cid Aïssa), est susceptible de briser l'enclavement oppressant qui lamine la région et redonner espoir aux riverains », a tenu à souligner le P/APC. Selon ce dernier, l'initiative, qui aurait arraché l'accord de principe du premier magistrat de la wilaya, aura valeur de véritable planche de salut qui ne manquera pas d'enclencher une prometteuse dynamique au triple plan social, économique et sécuritaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.