Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Yasmina Khadra à Horizons : ‘‘Avec «L'Olympe des infortunes», c'est une manière pour moi de venger les marginaux''
Publié dans Horizons le 31 - 05 - 2010

Yasmina Khadra est cet écrivain qui a l'écriture dans le sang. Son parcours littéraire brillant et remarquable en témoigne. Pourtant, l'écriture n'était pas la raison de vivre du jeune Mohamed Moulessehoul, de son véritable nom. Il a entamé une carrière militaire et il était loin donc de devenir écrivain. C'est progressivement qu'il s'est affirmé, rencontrant de nombreux obstacles. Ses œuvres littéraires ont tout de suite acquis un grand succès populaire. Cette réussite a affirmé davantage sa volonté d'écrire. Son dernier roman vient de paraître. Yasmina Khadra nous donne dans cet interview quelques étapes de sa carrière littéraire. Celle qui a commencé dans les années 1980 avec cette publication d'un recueil de nouvelles éditées chez la défunt ENAL (Entreprise nationale du livre, issue de la restructuration de l'ex SNED. C'était en 1984 que «Houria» parait avec 6 textes ; déjà empreint de questionnements philosophiques et chargé de beaucoup d'humanisme. Mais Yasmina Khadra qui signait alors Mohamed Moulessehoul, préfère oublier ce premier épisode de son cheminement littéraire. Il l'explique que ce n'est point là un reniement. Mais il regrette que ce petit ouvrage soit truffé d'erreurs dont il se souvient encore. Lui le perfectionniste, tient à se lire, se relire et à se relire comme pour L'Olympe des infortunes qu'il a écrit en 1990 mais il a par la suite revu le contenu, pas dans son entité mais dans son écriture. Pourtant, dit-il, il a cette facilité d'écrire. D'ailleurs au Centre culturel Algérien de Paris dont il préside les destinées depuis deux ans, même s'il avoue ne plus avoir à son grand regret le temps d'écrire des romans, il n'en demeure pas moins qu'il rédige comme un éclair le quotidien dont il a la charge. «je me met derrière le micro et cela vient naturellement».
Un autre naturel dont il ne peut se départir, la lecture ! Dont il est un grand mordu et un fin gourmet. Il lit depuis son enfance. Mieux encore. A la question de savoir si un militaire avait ce temps de lire et ce réflexe d'avoir un livre de chevet. Il répond qu'en ce qui le concerne, du temps où il était à la caserne ses responsables le charriaient avec les poches pleines…. de livres ! Et son auteur algérien de référence qui l'a toujours accompagné est incontestablement Malek Haddad auquel d'ailleurs il rend hommage tout en regrettant que cet auteur ne soit pas assez mis en relief et auquel il n'a pas été donné toute la considération qu'il mérite.
Une question que tout le monde se pose : Vous avez adopté un pseudonyme féminin. Puis vous choisissez de rompre le silence. Expliquez-nous justement pourquoi vous continuez de signer de ce pseudo ?
Mathématiquement, je ne peux plus m'en passer. C'est un nom qui est adopté partout dans le monde. Les gens se sont familiarisés à cette signature. Un repère pour beaucoup de gens. En plus, cette signature fait aujourd'hui ma fierté, une petite révolution dans les mentalités.
Comment expliquez-vous le succès de vos œuvres littéraires ? Est-ce la forme ou le fond qui suscite l'intérêt de vos lecteurs ?
Je crois que la langue que j'utilise plait aux lecteurs. Ces gens là ont découvert une langue, ils l'ont apprécié. Il faut savoir qu'il n'est pas facile de s'imposer surtout lorsqu'on ne vient pas du Monde occidental. L'écriture littéraire n'est pas une question de chance, mais le fruit de la persévérance, d'un travail régulier permanent et engagé.
Dans votre carrière littéraire, vous avez rencontré de nombreux obstacles, des envieux, des gens mal intentionnés et aussi des épreuves rencontrées auprès des éditeurs. Comment avez-vous surmonté ces difficultés ?
Le plus naturellement du monde. Je crois en ce que je fais, car le reste m'importe peu. Il est vrai que l'on ne peut pas plaire à tout le monde, cependant mes écrits sont appréciés partout.
Vous êtes actuellement à la tête du centre culturel algérien à Paris (CCA). Comment conciliez-vous les obligations et les charges de votre institut avec votre volonté d'écrire ?
Je ne vous cache pas, j'assure mes obligations de directeur du centre culturel algérien à Paris (CCA) au détriment de mon travail d'écrivain. Cela fait deux ans que j'assure cette responsabilité et je n'ai écrit aucun livre. D'ailleurs mon dernier livre «L'olympe des infortunes», je l'ai écrit en 1990.
Revenons à cette derrière œuvre littéraire. Pourquoi avez-vous choisi de relater l'histoire de personnes marginalisées par la société ?
Le devoir d'un écrivain est d'essayer de donner une éthique à ceux qui ne l'ont pas. C'est aussi une manière pour moi de venger ces marginaux et ces misérables de leurs conditions humaines, leur rendre un hommage et d'en faire des héros dans cet ouvrage.
Dans le préambule de votre livre, vous citez Pierre André Boutang. Quel est l'hommage que vous voulez lui rendre ? Présentez-le au lecteur
Pierre André Boutang est un journaliste français qui travaillait à ARTE. Dans les années 2001 et 2002, il est venu me voir Aix en Provence et il m'a consacré un reportage d'une durée de 30 minutes alors qu'un reportage ne doit pas dépasser les 15 minutes. J'estime que ce soutien est extraordinaire. C'est pour cela que voulais lui rendre un hommage à lui et à tout ceux qui ont cru en moi dans des périodes difficiles de ma vie.
Dans ce même préambule, il y a une très belle citation de Omar Khayyam. Cette pensée est-elle en concordance avec les questions et le sujet traités dans votre roman ?
La vie que je menais était tellement exécrable et injuste que la seule façon pour moi de la surmonter était de croire en ces mots, à ce poème. La preuve, le poème d'Omar Khayyam m'a continuellement accompagné depuis mon jeune âge. Aujourd'hui, c'est devenu ma philosophie. «Si tu veux t'acheminer vers la paix définitive souris au destin qui te frappe et ne frappe personne».
Vous avez réfuté tout plagiat de vos œuvres, lors d'une conférence de presse donnée en marge de la 3e édition du festival culturel international de littérature et du livre de jeunesse (FELIV) qui se tient en ce moment à Alger. Quelle est cette réaction ?
Il n'y a absolument rien à dire à ce sujet, du moment que c'est un «commentaire» posté sur un site web par un jeune piètre écrivain. Il m'accuse d'avoir plagié un auteur algérien dont j'ignore même le nom. On ne sait pas ce qu'il veut et à quoi il aspire. Il est convenable de comprendre que la littérature est une hiérarchie. Il y a des écrivains extraordinaires et il y a des écrivains ordinaires.
Ces derniers n'admettent pas qu'ils ne pourront jamais atteindre l'audience d'autres écrivains meilleurs qu'eux. Moi, il m'a fallu écrire neuf romans pour me faire connaître du large public.
Une question subsidiaire. Quel est votre sentiment face à l'interdiction de certains intellectuels algériens face à l'organisation de la caravane à la mémoire des 50 ans de la disparition d'Albert Camus ?
Ma réaction est dérisoire. Finalement ce sont eux qui ont réussi. Ce que je déplore, en outre, c'est la lâcheté que nous avons montrée au monde. Malek Bennabi avait dit une belle phrase «Il y a les colonisés et les colonisables».
A propos de la polémique du film « Hors la loi » de Rachid Bouchareb, Comment la percevez-vous ?
Je regrette que l'on polémique sur ce film avant même sa sortie officielle. A vrai dire, je n'ai pas eu l'opportunité de le visualiser mais j'ai eu de bons échos sur ce film, il permet d'élargir la réflexion et d'aller au fond des choses. Rachid Bouchareb est un excellent réalisateur et il a beaucoup d'avenir au vu de toutes les belles œuvres cinématographiques qu'il a réalisés. Et il dérange.
Selon certaines indiscrétions, vous devriez sortir en mars un autre roman. Qu'en est-il ?
Il y a eu un quiproquo. J'ai écris ce livret dont le titre est «La langue noire d'un repenti» de 15 pages. Il était destiné au cinéma. Je ne le conseille pas aux lecteurs, parce qu'il est fixé à un prix exagéré. Il est à 7 euros.
Un mot pour la fin ?
Il n'y a jamais de fin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.