Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Real Madrid: le vestiaire pense que Zidane va partir    Real Madrid: Hazard présente ses excuses    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    Le politique du chantage adoptée par le Maroc dénote sa déception    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    [Photos] Sauvetage d'un enfant coincé dans les eaux en furie d'un oued    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les spéculateurs ont devancé la loi de finances
Le tabac est plus cher
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

La partie fixe de cette taxe induira une augmentation de près de 100% pour les tabacs blancs et de 60% pour les tabacs bruns. Les revendeurs n'ont pas attendu. Bien avant même que ces augmentations ne soient annoncées, la majorité d'entre eux ont procédé à des hausses depuis novembre dernier. Selon un buraliste, ces hausses sont dues au « manque de marchandises sur le marché ». Des grossistes et intermédiaires semblent avoir stocké des marchandises pour en tirer plus de bénéfices au moment voulu.
Un intermédiaire confirme : « Cela fait presque 6 mois que j'attendais l'entrée en vigueur de ces augmentations. Je vais pouvoir vendre mes cigarettes selon les nouveaux tarifs. J'ai reçu plusieurs commandes de détaillants », nous a-t-il confié. La cigarette étant un produit hors contrôle, le ministère du Commerce n'a aucun pouvoir sur les prix déterminés par l'offre et la demande sur le marché.
L'Association nationale des commerçants et des artisans (Anca) a indiqué qu'il n'y a aucune raison justifiant les augmentations, du moins durant le premier trimestre 2017. Selon son président, El Hadj Tahar Boulenouar, « les stocks actuels peuvent satisfaire largement les besoins du marché ». Pour lui, « la hausse des prix constatée sur le marché est due à la spéculation ». Il accuse les importateurs d'en être responsables. Pour couper court aux spéculations, la Société des tabacs algéro-émiratie (Staem), une joint-venture créée en 2002 entre la Société nationale des tabacs et allumettes (SNTA) et un consortium émirati, a pris le soin de publier les nouveaux tarifs, valables depuis le 1er janvier, des cigarettes qu'elle commercialise en Algérie : Marlboro rouge : 230 DA, L&M : 180 DA, Gauloises : 200 DA, West : 150 DA, Winston : 180 DA et Camel : 210 DA. La Staem a précisé que ces nouveaux tarifs concernent tous les détaillants à travers tout le territoire national. La réalité est autre sur le marché. Le paquet de Marlboro est cédé à 260 DA, alors que Winston est vendu à 210 DA.
L'Etat a justifié sa stratégie de taxation en expliquant que celle-ci entre « dans sa politique de lutte contre le tabagisme ». L'Algérie est signataire de la convention de la lutte antitabac. L'OMS a toujours considéré que l'interventionnisme fiscal demeure le moyen le plus utilisé en termes de lutte contre le tabagisme.
La santé n'a pas de prix
Qu'en pense le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) ? Mustapha Khiati nous a indiqué que cette nouvelle augmentation est « une bonne initiative », mais « insuffisante ». Pour lui, l'Etat doit encore augmenter les prix pour être au même niveau de ceux pratiqués en Europe. En attendant, Khiati a souligné la nécessité de continuer à interdire la consommation de cigarettes, notamment dans les lieux publics. A ce sujet, il a regretté que la loi antitabac et l'interdiction de fumer dans les lieux publics ne soient jamais entrées en application en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.