FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les spéculateurs ont devancé la loi de finances
Le tabac est plus cher
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

La partie fixe de cette taxe induira une augmentation de près de 100% pour les tabacs blancs et de 60% pour les tabacs bruns. Les revendeurs n'ont pas attendu. Bien avant même que ces augmentations ne soient annoncées, la majorité d'entre eux ont procédé à des hausses depuis novembre dernier. Selon un buraliste, ces hausses sont dues au « manque de marchandises sur le marché ». Des grossistes et intermédiaires semblent avoir stocké des marchandises pour en tirer plus de bénéfices au moment voulu.
Un intermédiaire confirme : « Cela fait presque 6 mois que j'attendais l'entrée en vigueur de ces augmentations. Je vais pouvoir vendre mes cigarettes selon les nouveaux tarifs. J'ai reçu plusieurs commandes de détaillants », nous a-t-il confié. La cigarette étant un produit hors contrôle, le ministère du Commerce n'a aucun pouvoir sur les prix déterminés par l'offre et la demande sur le marché.
L'Association nationale des commerçants et des artisans (Anca) a indiqué qu'il n'y a aucune raison justifiant les augmentations, du moins durant le premier trimestre 2017. Selon son président, El Hadj Tahar Boulenouar, « les stocks actuels peuvent satisfaire largement les besoins du marché ». Pour lui, « la hausse des prix constatée sur le marché est due à la spéculation ». Il accuse les importateurs d'en être responsables. Pour couper court aux spéculations, la Société des tabacs algéro-émiratie (Staem), une joint-venture créée en 2002 entre la Société nationale des tabacs et allumettes (SNTA) et un consortium émirati, a pris le soin de publier les nouveaux tarifs, valables depuis le 1er janvier, des cigarettes qu'elle commercialise en Algérie : Marlboro rouge : 230 DA, L&M : 180 DA, Gauloises : 200 DA, West : 150 DA, Winston : 180 DA et Camel : 210 DA. La Staem a précisé que ces nouveaux tarifs concernent tous les détaillants à travers tout le territoire national. La réalité est autre sur le marché. Le paquet de Marlboro est cédé à 260 DA, alors que Winston est vendu à 210 DA.
L'Etat a justifié sa stratégie de taxation en expliquant que celle-ci entre « dans sa politique de lutte contre le tabagisme ». L'Algérie est signataire de la convention de la lutte antitabac. L'OMS a toujours considéré que l'interventionnisme fiscal demeure le moyen le plus utilisé en termes de lutte contre le tabagisme.
La santé n'a pas de prix
Qu'en pense le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) ? Mustapha Khiati nous a indiqué que cette nouvelle augmentation est « une bonne initiative », mais « insuffisante ». Pour lui, l'Etat doit encore augmenter les prix pour être au même niveau de ceux pratiqués en Europe. En attendant, Khiati a souligné la nécessité de continuer à interdire la consommation de cigarettes, notamment dans les lieux publics. A ce sujet, il a regretté que la loi antitabac et l'interdiction de fumer dans les lieux publics ne soient jamais entrées en application en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.