JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Archives filmiques
A quand une réelle prise en charge ?
Publié dans Info Soir le 29 - 03 - 2006

Patrimoine n L'état «déplorable» des copies de films nécessite un travail de préservation et de restauration.
L'état de détérioration des copies de films conservées depuis des années au niveau de la Cinémathèque algérienne continue de susciter l'inquiétude des professionnels du cinéma qui veulent tirer aujourd'hui la sonnette d'alarme en matière de leur prise en charge.
Le problème de ce patrimoine filmique qui s'élève, selon les estimations des responsables de la cinémathèque, a plus de 10 mille copies, se pose aujourd'hui avec acuité en raison de ses conditions «désastreuses» de conservation, depuis des dizaines d'années, dans un appartement du centre-ville d'Alger.
Hassan El-Hadj, directeur actuel de la Cinémathèque algérienne, institution dont l'une des vocations premières, est la conservation des films, a insisté sur la nécessité de réunir toutes les conditions adéquates pour une bonne conservation de ce trésor. Ce responsable a indiqué, par ailleurs, que l'actuel lieu où sont «stockés» ces copies de films «ne répond aucunement aux conditions requises de conservation, à savoir un certain taux d'hygrométrie (l'humidité) et le respect de la température adéquate selon la nature des copies.»
Pour pallier cette situation, le seul moyen possible, selon le directeur de la cinémathèque, réside dans l'acquisition des blockhaus, une structure fondamentale de la conservation revendiquée depuis toujours par les différents responsables de cette institution depuis sa création en 1965.
«La nécessité de prendre en charge avec efficacité ce problème de la conservation des archives filmiques, qui représentent une partie de notre mémoire est d'actualité», souligne encore ce responsable, précisant que «sans ces blockhaus qui réunissent les conditions adéquates pour assurer une plus grande longévité de la pellicule, chaque année une partie de ce trésor se détériore» de façon considérable.
L'opération de sauvegarde de ce patrimoine doit s'élargir également à la restauration, indique-t-il, en se référant aux missions originelles de la cinémathèque qui sont aussi la restauration et le catalogage du fonds filmiques. «La restauration du fonds est impérative, car plus de 40 % des copies sont actuellement endommagées», a-t-il indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.