La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colloque
Le théâtre africain en débat
Publié dans Info Soir le 11 - 07 - 2009

Réflexion n Le colloque scientifique portant sur le «Théâtre africain : entre modernité et authenticité» s'est ouvert, hier, vendredi, à l'Institut des sciences et technologies du sport.
Initié en marge du Festival international du théâtre professionnel d'Alger qui, lui, est inscrit dans le cadre du deuxième Festival panafricain, ce colloque, s'étalant sur trois jours, a, selon les organisateurs, «pour objectif, de se pencher sur la problématique du théâtre africain dans une approche anthropologique et ethnologique africaines, loin de tout ethnocentrisme occidental».
«Oralité et conte dans le théâtre africain» est la première problématique abordée lors de la première journée qui a été marquée par l'intervention de l'universitaire algérien Ahmed Mennour qui a exposé La tragédie du roi Christophe, une pièce d'Aimé Césaire. L'intervenant a souligné que «l'auteur a construit sa pièce autour du patrimoine oral». «Il a intégré des éléments de la tradition orale dans l'écriture dramaturgique», a-t-il indiqué «en construisant une nouvelle forme d'écriture, une écriture spécifique à la culture africaine en général et créole en particulier, Aimé Césaire s'est détourné du classicisme européen et des formes aristotéliciennes.»
«Il a mis en situation le patrimoine populaire, en y projetant les rites, les croyances, les cérémonies, les mythes et les habitudes créoles», a-t-il souligné. Ainsi, «la pièce s'avère en soi une composante culturelle», a-t-il conclu. Le professeur ivoirien Bosson Aney Clément, également poète et dramaturge, a abordé la question de l'oralité dans le conte. «Le conte, un récit imaginaire, est un exercice oral», a-t-il dit, et d'enchaîner : «Il est né dans la société de l'oralité.»
«Le conte ne peut être considéré comme tel sans le conteur qui le véhicule et lui donne vie, assurant alors sa transmission.» Le conteur apparaît comme garant du conte et en conséquence le maintien de l'oralité dans le conte et le garant de son originalité. Il se trouve que dans les temps modernes, le conteur tend à disparaître, et le conte ainsi que l'oralité avec. L'écriture devient alors une nécessité pour sa préservation. «L'écriture assure la vie du conte, le préserve de l'oubli», a-t-il fait savoir et de poursuivre : «L'écriture est une forme de l'expression orale. Elle ne tue pas l'oralité.» Toutefois, l'écriture se révèle comme étant une oralité figée. Mais la question qui se pose est quelle écriture propose-t-on pour maintenir le conte et, du coup, garantir l'oralité. Bosson Aney Clément propose une écriture capable de reproduire les effets de l'oralité et de rendre compte de ses aspects, c'est-à-dire être en mesure de la faire sentir. Enfin, Hadj Meliani, universitaire et chercheur algérien, a, dans son intervention, souligné l'importance de l'oralité qui est l'un des fondements de notre culture dans le théâtre, parce que son usage dans la pratique théâtrale, aide à mieux préserver le patrimoine immatériel dans sa diversité et ses fondements. Le théâtre devient alors l'expression vivante du patrimoine et de l'identité culturelle. Il est le lieu de l'expression de la mémoire collective et des rapports qu'entretiennent les uns avec les autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.