Bedoui condamné à 10 ans de prison ferme    Aubin sous le charme de la police algérienne    Saïda Neghza livre sa thérapie    Un professionnel explique    Les facettes du marché auto    La Chine en deuil après la mort de l'ex-président Jiang Zemin    Huitième tentative ratée pour élire le chef de l'Etat    Un parti dénonce des agressions marocaines «délibérées»    Six pieds sous terre    Place à l'Espagne    Annaba se mobilise pour sa réussite    Le Paris-Djanet et la station de Baraki    Les salines de Feraoun revivent    La loi de l'omerta    «le Vieux Renard» de la Wilaya III    Les historiens au chevet de la «Mémoire»    «Chajarat el maouz» remporte le prix «Keltoum»    Ligue 2: l'ES Mostaganem confirme, l'ES Ben Aknoun nouveau dauphin    L'Algérie abritera la prochaine réunion du réseau parlementaire international de soutien au Sahara occidental    Lamamra tient des rencontres bilatérales en marge de sa participation au Forum ROME-MED    Constantine: saisie de près 8 kg de kif traité et arrestation de 4 personnes    Coronavirus: 4 nouveaux cas et aucun décès    Mondial 2022: la Corée du Sud rejoint le Portugal en 8es de finale, l'Uruguay éliminé    Sahara occidental: la persistance du conflit, une préoccupation majeure pour les citoyens du monde    Le Raï, du berceau rural au patrimoine de l'humanité    32 chercheurs algériens honorés pour leurs contributions scientifiques    Algérie Télécom et Djezzy signent une "convention de partenariat"    Energie et mines : Arkab préside une réunion sur l'adoption par Sonatrach de la norme "ISO 37001"    APN: présentation d'un exposé sur les missions d'information dans les wilayas d'Adrar, In Salah et Bordj Badji Mokhtar    Rendez-vous du théâtre professionnel à Ain El Beida/Oum El Bouaghi : bon accueil du public au spectacle d'ouverture    Opéra d'Alger: retrouvailles festives avec "Lemma Becharia"    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    Interdiction de fumer dans les lieux publics: Les textes d'application font défaut    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    Coopération: Tebboune en Russie avant la fin de l'année    Le badge de l'Emir du Qatar    Ligue 1 (12e journée): Le CRB détrône le CSC, naufrages du MCO et de l'USMK    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    «Nous combattons les idées toxiques»    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mario Attidokpo koffi
Un griot des temps modernes
Publié dans Info Soir le 22 - 07 - 2009

Parcours n Mario Attidokpo koffi est conteur et, en même temps, directeur artistique du Festival international du conte du Togo, tout comme il est directeur artistique de l'ensemble culturel «Les Griots noirs du Togo».
Interrogé sur participation au deuxième Festival culturel panafricain, Mario Attidokpo koffi dit : «Je participe au festival en tant que conteur dans un spectacle créé par le TNA et qui fait réunir plusieurs conteurs africains. On y trouve des Togolais, des Burkinabés, des Sénégalais, des Algériens et aussi des Martiniquais.»
Et de poursuivre : «Le spectacle est une création. Il a pour titre ''Voyage''. Et comme cela l'indique, l'objectif consiste à amener le public à voyager à travers l'intervention de chaque conteur. Le public arrive dans la salle avec des questionnements, et il repart, juste après le spectacle, satisfait. Il a des réponses à ses interrogations.»
Interrogé ensuite sur la langue dans laquelle le conte a été dit, lu, Mario Attidokpo koffi explique : «Chacun a conté en français, une langue que nous partageons tous. Et au même moment, il y a eu des proverbes, des chansons, des charades, des dictons, des devinettes qui sont venus soutenir et abreuver le conte dans la langue maternelle.» Mario Attidokpo koffi, pour qui le conte a besoin d'une langue pour être écouté – «on a besoin de la parole», a-t-il dit – définit le conte comme «un récit qui peut être vrai ou faux». «Mais on retrouve les deux», a-t-il ajouté. Et de poursuivre : «Le conte peut venir d'une expérience vécue ou d'une formation, c'est-à-dire à force d'écouter – ou de lire – un conte, on finit par en créer un.» Il se trouve que d'une manière ou d'une autre, le conte naît de ce besoin de dire, de raconter ou de ce besoin de composer, de créer un imaginaire à partir de questionnements. Mario Attidokpo koffi, qui définit le conteur comme celui qui dit et écrit un conte, explique que «le conte peut être considéré comme un genre théâtral, d'autant plus que c'est une pratique qui, ces dernières années, commence à se développer en Afrique, notamment au Togo et au Bénin. C'est un fait artistique que l'on peut retrouver sur les planches».
S'exprimant sur la différence existant entre un conte théâtralisé et une pièce théâtrale, Mario Attidokpo koffi indique : «Le conte a ses règles, tout comme le théâtre.» Et d'enchaîner : «Dans le conte, il y a du rythme. Le conte s'abreuve des chansons, des devinettes et de bien d'autres formes d'expression orale. Quand on va à une représentation d'un conte, il y a des indicateurs qui nous disent que nous sommes dans un conte. Alors qu'une pièce théâtrale repose sur le dialogue et sur d'autres formes d'expression scénique qui lui sont spécifiques.»
l Mario Attidokpo koffi explique que des dramaturges africains s'appuient sur le conte dans leur pratique théâtrale. «Il y a beaucoup de pays qui intègrent le conte dans le théâtre. Cette tendance commence à exister et à prendre de l'ampleur. Le but n'est que noble, sachant que le conte est le père du théâtre. L'usage du conte dans la pratique théâtrale aide à explorer de nouvelles pistes tout comme à se pencher sur de nouvelles expériences. Aujourd'hui, le conte est reconnu comme un genre artistique. C'est un genre théâtral.» Mario Attidokpo koffi définit par la suite un redoutable conteur comme celui qui sait chanter et maîtriser les charades, les dictons, les proverbes… tout comme un bon conteur est celui qui sait – et doit – jouer d'un instrument. S'exprimant sur le griot, ce garant de l'oralité et de la mémoire collective, Mario Attidokpo koffi, explique : «Le griot se présente comme un trait d'union entre les connaissances, c'est-à-dire les savoirs savants, et les savoirs à enseigner.» «Les Griots noirs du Togo» est «un abreuvoir artistique», dira Mario Attidokpo koffi, ajoutant : «C'est un ensemble culturel composé d'une compagnie de théâtre, d'une formation de danseurs, d'un atelier de peinture et, enfin, d'un ensemble musical.» Et de conclure : «Nous nous considérons comme des griots, et à travers l'ensemble culturel, nous véhiculons des connaissances que nous voulons partager avec le public. Cette transmission se fait par une transposition didactique, c'est-à-dire en enseignant ce savoir à travers des spectacles, des représentations et des performances.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.