Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mario Attidokpo koffi
Un griot des temps modernes
Publié dans Info Soir le 22 - 07 - 2009

Parcours n Mario Attidokpo koffi est conteur et, en même temps, directeur artistique du Festival international du conte du Togo, tout comme il est directeur artistique de l'ensemble culturel «Les Griots noirs du Togo».
Interrogé sur participation au deuxième Festival culturel panafricain, Mario Attidokpo koffi dit : «Je participe au festival en tant que conteur dans un spectacle créé par le TNA et qui fait réunir plusieurs conteurs africains. On y trouve des Togolais, des Burkinabés, des Sénégalais, des Algériens et aussi des Martiniquais.»
Et de poursuivre : «Le spectacle est une création. Il a pour titre ''Voyage''. Et comme cela l'indique, l'objectif consiste à amener le public à voyager à travers l'intervention de chaque conteur. Le public arrive dans la salle avec des questionnements, et il repart, juste après le spectacle, satisfait. Il a des réponses à ses interrogations.»
Interrogé ensuite sur la langue dans laquelle le conte a été dit, lu, Mario Attidokpo koffi explique : «Chacun a conté en français, une langue que nous partageons tous. Et au même moment, il y a eu des proverbes, des chansons, des charades, des dictons, des devinettes qui sont venus soutenir et abreuver le conte dans la langue maternelle.» Mario Attidokpo koffi, pour qui le conte a besoin d'une langue pour être écouté – «on a besoin de la parole», a-t-il dit – définit le conte comme «un récit qui peut être vrai ou faux». «Mais on retrouve les deux», a-t-il ajouté. Et de poursuivre : «Le conte peut venir d'une expérience vécue ou d'une formation, c'est-à-dire à force d'écouter – ou de lire – un conte, on finit par en créer un.» Il se trouve que d'une manière ou d'une autre, le conte naît de ce besoin de dire, de raconter ou de ce besoin de composer, de créer un imaginaire à partir de questionnements. Mario Attidokpo koffi, qui définit le conteur comme celui qui dit et écrit un conte, explique que «le conte peut être considéré comme un genre théâtral, d'autant plus que c'est une pratique qui, ces dernières années, commence à se développer en Afrique, notamment au Togo et au Bénin. C'est un fait artistique que l'on peut retrouver sur les planches».
S'exprimant sur la différence existant entre un conte théâtralisé et une pièce théâtrale, Mario Attidokpo koffi indique : «Le conte a ses règles, tout comme le théâtre.» Et d'enchaîner : «Dans le conte, il y a du rythme. Le conte s'abreuve des chansons, des devinettes et de bien d'autres formes d'expression orale. Quand on va à une représentation d'un conte, il y a des indicateurs qui nous disent que nous sommes dans un conte. Alors qu'une pièce théâtrale repose sur le dialogue et sur d'autres formes d'expression scénique qui lui sont spécifiques.»
l Mario Attidokpo koffi explique que des dramaturges africains s'appuient sur le conte dans leur pratique théâtrale. «Il y a beaucoup de pays qui intègrent le conte dans le théâtre. Cette tendance commence à exister et à prendre de l'ampleur. Le but n'est que noble, sachant que le conte est le père du théâtre. L'usage du conte dans la pratique théâtrale aide à explorer de nouvelles pistes tout comme à se pencher sur de nouvelles expériences. Aujourd'hui, le conte est reconnu comme un genre artistique. C'est un genre théâtral.» Mario Attidokpo koffi définit par la suite un redoutable conteur comme celui qui sait chanter et maîtriser les charades, les dictons, les proverbes… tout comme un bon conteur est celui qui sait – et doit – jouer d'un instrument. S'exprimant sur le griot, ce garant de l'oralité et de la mémoire collective, Mario Attidokpo koffi, explique : «Le griot se présente comme un trait d'union entre les connaissances, c'est-à-dire les savoirs savants, et les savoirs à enseigner.» «Les Griots noirs du Togo» est «un abreuvoir artistique», dira Mario Attidokpo koffi, ajoutant : «C'est un ensemble culturel composé d'une compagnie de théâtre, d'une formation de danseurs, d'un atelier de peinture et, enfin, d'un ensemble musical.» Et de conclure : «Nous nous considérons comme des griots, et à travers l'ensemble culturel, nous véhiculons des connaissances que nous voulons partager avec le public. Cette transmission se fait par une transposition didactique, c'est-à-dire en enseignant ce savoir à travers des spectacles, des représentations et des performances.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.