Lieux Saints: Aissa rencontre les chefs des sections de la Mission algérienne du hadj    Mali: report à jeudi de l'annonce des résultats de la présidentielle    Pas de résidence surveillée au du pasteur américain    Ghaza : réouverture d'un point de passage vital pour marchandises fermé depuis début juillet    Accidents de la route : 7 morts et 16 blessés ces dernières 24 heures    Ligue des champions d'Afrique (5e j) : l'ESS pour rester en vie, le MCA en conquérant au Maroc    AS Monaco : L'avis de Courbis sur la piste Brahimi    CRB : Chettouf «Le CSA a trouvé un accord avec Medouar»    JSK : Hamroune et Amaouche d'attaque face au MOB    Tout le programme LPA lancé    Usine de montage de Peugeot à Oran: Le projet délocalisé    Bouira - Université : plus de 3.450 nouveaux inscrits et 102 postes pour les doctorants    Italie: 30 morts dans l'effondrement d'un pont à Gênes    Constantine - Risque de propagation de la fièvre aphteuse: Les marchés à bestiaux fermés juste après l'Aïd El Adha    Egalité, dites-vous!    Transport durant L'Aïd: Un programme spécial pour les trains voyageurs de grandes lignes    Skikda : La sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d'internet, cheval de bataille de la Sûreté nationale    Yémen : Le bilan de l'attaque contre un bus d'enfants s'alourdit    L'Algérienne Boukholda admise dans le tableau final    A quelques jours de l'Aïd El Adha : Qui oserait acheter avec cette flambée des prix ?    Rentrée professionnelle 2018 : 7 nouvelles spécialités pour une inscription en Technicien supérieur    Permanence durant l'Aïd El Adha : Réquisition de près de 51 000 commerçants    De Rousseau à Taos Amrouche    «Les artistes algériens ont besoin d'appui, de soutien et de parrainage»    Alger à l'heure du Gharnati et du Malouf    Le MCA veut se racheter au Maroc    "Je n'imaginais pas inscrire 7 buts en un seul match"    Lancement de la 78ème édition des Portes ouvertes sur la Sûreté Nationale    La bureaucratie au mois d'août et à Bouira    Les vigiles de la République    Des archives témoignent que le Sahara occidental n'est pas marocain    Le rapport de l'ONU qui fait peur    Les médications de Benkhelfa    Un défi à relever pour le tourisme    La crise de l'eau persiste    Les "vagues" de la rentrée    Une cache contenant un fusil mitrailleur et des munitions découverte à Bordj Badji Mokhtar    Début en mode derby pour Lopetegui    Le film "En Eaux troubles" en tête    Réouverture du musée d'Idleb    Lila Borsali ressuscite Grenade    Un jeune estivantpoignardé à mort    Damas révèle combien les pays arabes ont payé pour "détruire la Syrie"    Les Journées d'El Bahia du court métrage du 18 au 20 août    Changement de stratégie    Malaise dans les rangs    Le divorce au prix fort    La LADDH appelle à lever les contraintes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mario Attidokpo koffi
Un griot des temps modernes
Publié dans Info Soir le 22 - 07 - 2009

Parcours n Mario Attidokpo koffi est conteur et, en même temps, directeur artistique du Festival international du conte du Togo, tout comme il est directeur artistique de l'ensemble culturel «Les Griots noirs du Togo».
Interrogé sur participation au deuxième Festival culturel panafricain, Mario Attidokpo koffi dit : «Je participe au festival en tant que conteur dans un spectacle créé par le TNA et qui fait réunir plusieurs conteurs africains. On y trouve des Togolais, des Burkinabés, des Sénégalais, des Algériens et aussi des Martiniquais.»
Et de poursuivre : «Le spectacle est une création. Il a pour titre ''Voyage''. Et comme cela l'indique, l'objectif consiste à amener le public à voyager à travers l'intervention de chaque conteur. Le public arrive dans la salle avec des questionnements, et il repart, juste après le spectacle, satisfait. Il a des réponses à ses interrogations.»
Interrogé ensuite sur la langue dans laquelle le conte a été dit, lu, Mario Attidokpo koffi explique : «Chacun a conté en français, une langue que nous partageons tous. Et au même moment, il y a eu des proverbes, des chansons, des charades, des dictons, des devinettes qui sont venus soutenir et abreuver le conte dans la langue maternelle.» Mario Attidokpo koffi, pour qui le conte a besoin d'une langue pour être écouté – «on a besoin de la parole», a-t-il dit – définit le conte comme «un récit qui peut être vrai ou faux». «Mais on retrouve les deux», a-t-il ajouté. Et de poursuivre : «Le conte peut venir d'une expérience vécue ou d'une formation, c'est-à-dire à force d'écouter – ou de lire – un conte, on finit par en créer un.» Il se trouve que d'une manière ou d'une autre, le conte naît de ce besoin de dire, de raconter ou de ce besoin de composer, de créer un imaginaire à partir de questionnements. Mario Attidokpo koffi, qui définit le conteur comme celui qui dit et écrit un conte, explique que «le conte peut être considéré comme un genre théâtral, d'autant plus que c'est une pratique qui, ces dernières années, commence à se développer en Afrique, notamment au Togo et au Bénin. C'est un fait artistique que l'on peut retrouver sur les planches».
S'exprimant sur la différence existant entre un conte théâtralisé et une pièce théâtrale, Mario Attidokpo koffi indique : «Le conte a ses règles, tout comme le théâtre.» Et d'enchaîner : «Dans le conte, il y a du rythme. Le conte s'abreuve des chansons, des devinettes et de bien d'autres formes d'expression orale. Quand on va à une représentation d'un conte, il y a des indicateurs qui nous disent que nous sommes dans un conte. Alors qu'une pièce théâtrale repose sur le dialogue et sur d'autres formes d'expression scénique qui lui sont spécifiques.»
l Mario Attidokpo koffi explique que des dramaturges africains s'appuient sur le conte dans leur pratique théâtrale. «Il y a beaucoup de pays qui intègrent le conte dans le théâtre. Cette tendance commence à exister et à prendre de l'ampleur. Le but n'est que noble, sachant que le conte est le père du théâtre. L'usage du conte dans la pratique théâtrale aide à explorer de nouvelles pistes tout comme à se pencher sur de nouvelles expériences. Aujourd'hui, le conte est reconnu comme un genre artistique. C'est un genre théâtral.» Mario Attidokpo koffi définit par la suite un redoutable conteur comme celui qui sait chanter et maîtriser les charades, les dictons, les proverbes… tout comme un bon conteur est celui qui sait – et doit – jouer d'un instrument. S'exprimant sur le griot, ce garant de l'oralité et de la mémoire collective, Mario Attidokpo koffi, explique : «Le griot se présente comme un trait d'union entre les connaissances, c'est-à-dire les savoirs savants, et les savoirs à enseigner.» «Les Griots noirs du Togo» est «un abreuvoir artistique», dira Mario Attidokpo koffi, ajoutant : «C'est un ensemble culturel composé d'une compagnie de théâtre, d'une formation de danseurs, d'un atelier de peinture et, enfin, d'un ensemble musical.» Et de conclure : «Nous nous considérons comme des griots, et à travers l'ensemble culturel, nous véhiculons des connaissances que nous voulons partager avec le public. Cette transmission se fait par une transposition didactique, c'est-à-dire en enseignant ce savoir à travers des spectacles, des représentations et des performances.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.