Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abolition de la peine de mort
Appel à un dialogue national
Publié dans Info Soir le 11 - 10 - 2009

Solution n «Il faut ouvrir un débat national autour de l'abolition de la peine de mort afin que tout le monde puisse y participer»
C'est ce que nous a déclaré, hier, Me Mustapha Bouchachi, président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (Laddh), en marge de la conférence de presse organisée par la Ligue au niveau de son siège à Alger, en présence de plusieurs avocats et juristes. Notre interlocuteur estime qu'il est important d'ouvrir un dialogue afin que tout le monde puisse y participer et donner son avis, car c'est dans l'intérêt de tout le pays.
De son côté, Me Ali Yahia Abdennour, président d'honneur de la Laddh, a appelé à l'ouverture d'un dialogue entre toutes les parties, à savoir les abolitionnistes et les partisans. «C'est le dialogue qui règle les problèmes, il faut ouvrir un débat et trouver dans l'islam les arguments qui sont pour l'abolition de la peine de mort, et s'il y a des arguments qui sont contre, il faut les discuter», a-t-il expliqué.
Par ailleurs, Me Bouchachi estime que la peine de mort est une atteinte au droit à la vie, et donc aux droits de l'homme. Il a indiqué que la criminalité a diminué dans les pays qui ont aboli cette peine. «On ne doit pas combattre la violence par la violence, il faut encourager la culture de la tolérance et du pardon», a-t-il insisté. Il estime aussi qu'«en Algérie, il n'y a pas une justice indépendante et il n'y a pas de procès équitable, donc il est possible d'influencer la justice et de commettre des erreurs».
De son côté, Me Ali Yahia Abdennour estime qu'il faut abolir la peine de mort au moins pour trois raisons. Selon lui, la justice est faite par des hommes, qui peuvent donc se tromper. «On exécute un militant politique avec lequel on n'est pas d'accord», a-t-il regretté.
Comme deuxième argument évoqué par Me Ali Yahia, il y a les conditions lamentables dans lesquelles vivent les condamnés à mort. «Le troisième argument pour l'abolition de la peine de mort, est la nécessité de mettre fin à la violence et respecter ceux qui ne partagent pas notre avis», a-t-il expliqué dans son intervention. «L'Etat a ratifié les conventions internationales sur les droits de l'homme, donc il doit abolir la peine de mort», a-t-il affirmé. Toujours dans le même ordre d'idées, Me Khaled Bourayou, avocat, a expliqué qu'«une société où il n'y a pas de pardon, n'est pas une société». «Nous n'avons pas la moindre culture de l'humanisme, c'est pourquoi il faut faire évoluer la culture de l'humanisme dans notre pays», a-t-il ajouté.
Pour sa part, M. Amara, enseignant en droit, estime qu'«on ne peut pas abolir la peine de mort, car avant la colonisation, elle était déjà pratiquée, et le monde musulman l'a toujours pratiquée. Donc on ne peut pas l'abolir mais on peut la geler», a-t-il conclu.
l Une alliance pour l'abolition de la peine de mort a vu le jour, hier, lors de la conférence organisée par la Ligue algérienne pour la défense de droits de l'homme, qui coïncide avec la célébration de la Journée mondiale de l'abolition de la peine de mort. «Pour atteindre notre objectif, nous annonçons la création de l'alliance pour l'abolition de la peine de mort», a déclaré Me Bouchachi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.