Mobilisation en soutien à Al Fadjr    Une campagne dans l'indifférence    La facture des importations irréductible    LG s'installe à Alger    L'entreprise au cœur du développement    Carnegie: l'Algérie «modèle de référence»    Les déboires de Hariri en Arabie saoudite    Zetchi motive les troupes de Charef    Le faille juridique...    Le TNA piétine le code de l'information    Charef convoque 25 joueurs pour un second stage de prospection des U21    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Real Madrid : l'inquiétante confidence glissée par CR7 à Griezmann    Le pétrole rebondit en Asie    Une attaque informatique "avancée" cible l'Arabie saoudite    Birmanie: 35 ONG interpellent l'ONU    Libye : Guterres horrifié par des images vidéo d'esclavage    La SDC terminera l'année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars    Ligue des champions d'Europe: Choc à Séville, Naples en quête de rachat    Gouvernement, présidentielle et polémiques: La sortie de Ksentini brouille les cartes    Constantine - Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue: 9 individus neutralisés, 1,5 kg de kif et 3 véhicules saisis    Immigration clandestine en Espagne: Madrid veut mettre la pression sur Alger    Béni-Saf, Mostaganem: 22 harraga interceptés    Selon un rapport de l'OCDE: Les étudiants algériens en France lésés    Sauter du coq à l'homme    Salon du logement et de la décoration à Oran    Contrôle des candidatures aux élections : Nous respectons la loi, dit Yacoub    Dans le grand sud : Les opérations de vote commencent    Appel à un vote massif    Championnat arabe jeunes en Natation : L'Algérien Ardjoun décroche sa 2ème médaille d'or    Le derby algérois reporté de nouveau    L'EN avec dix représentants en Egypte    "Les terroristes n'ont aucune autre issue"    «Aucun manquement professionnel»    De quelles "violences" parle-t-on?    Mugabe démis de son poste de président de son propre parti    Le Sete récidive    Des sangliers descendent en ville!    Une fille tue sa copine    Formation professionnelle : Le secteur adopte une stratégie basée sur la recherche permanente    La 3008 décroche son 35e titre    Choix des sites fin novembre ou début décembre    Le Cndpi immortalise l'évènement    Un pizza-show sera ouvert vendredi à Alger    "Carte postale" applaudie par un public nombreux    L'artiste-peintre Choukri Mesli inhumé dans sa ville natale, Tlemcen    Sénégal : Face au changement climatique, des territoires insulaires s'unissent    Ministère de la Communication-HCA : Veiller à ce que la langue arabe soit "indemne d'incorrections"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Palette saharienne
Publié dans Info Soir le 23 - 01 - 2011

Expression n La peinture de Zohra Hachid-Sellal se distingue par la superposition des techniques.
L'exposition de la collection de la plasticienne Zohra Hachid-Sellal qui comprend une cinquantaine d'œuvres récentes (peintures et gravures), se poursuit à la galerie Mohamed-Racim et ce, jusqu'à la fin du mois en cours. Cette nouvelle collection se veut une invitation à découvrir aussi bien la richesse que la beauté du patrimoine de l'Ahaggar et du Tassili.
Ainsi, l'art rupestre, plusieurs fois millénaire, est représenté tantôt dans un langage abstrait, tantôt dans une expression semi-figurative et ce, avec une palette, tantôt harmonieuse tantôt contrastée, constituée de beaucoup de noir et de plusieurs couleurs, souvent vives ; c'est une plongée dans l'immensité saharienne, une invitation à aller à la rencontre du beau et du mystère.
Le désert, présent dans toutes ses peintures, est source d'inspiration.
L'espace pictural dans lequel l'artiste évolue est une création. Elle le compose : ses tableaux Les éléphants du Tassili, Les chars des Garamantes, L'homme de Tin Tarlften et bien d'autres encore sont une destruction-reconstruction, le tout se cristallise autour d'une vision contemporaine.
L'imaginaire de Zohra Hachid-Sellal, une artiste à qui le Sud est source d'inspiration et auquel elle tient à rendre hommage en couleurs et en formes, tient à l'intersection des mondes végétal, animal et minéral ; une combinaison de ces trois univers, donc de ces trois sensibilités qui définissent l'art de Zohra Hachid-Sellal. En outre, ce sont des œuvres à réminiscence permanente et toujours renouvelée ; toutes sont évocatrices, elles sont pareilles à un songe ; des impressions au sens vaporeux et évanescent. L'univers ocre du Sud prend formes et reliefs, revêt des volumes dans des senteurs et couleurs qui, elles, traduisent des émotions récurrentes, celles-ci nous reviennent comme une réminiscence dans la multitude des tons et des tonalités pareilles à des notes de musique.
Peintre de la couleur, avec une étonnante force de la composition et du contraste chromatique, Zohra Hachid-Sellal donne à sa peinture les tons de notre pays, chez elle, le genre échappe à un classement formel. Sa peinture, fournie et inspirée, est inclassable. «C'est là une peinture de l'instinctif livrant un achevé dont on ne s'explique pas toujours l'élaboration profonde.» C'est aussi une peinture où l'on peut constater la superposition de plusieurs techniques : peinture à l'huile, acrylique, collage…
Zohra Hachid-Sellal a d'abord été formée à l'école des Beaux-Arts entre 1963 et 1964, puis elle a suivi les cours de M'hamed Issiakhem et de Ali Ali-Khodja ainsi que ceux de Choukri Mesli. Plus tard, elle part en France, en 1968 pour suivre à Grenoble une formation académique de 5 ans ; elle obtient alors un diplôme supérieur national des arts-déco. Elle est lauréate du Premier prix du Concours national de la meilleure affiche d'Air Algérie, organisé par Air Algérie en 1965 et du Grand prix de la peinture féminine, organisé par le gouvernorat d'Alger, en 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.