Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Littérature / Abderrahmane Amalou
Au fil des mots
Publié dans Info Soir le 22 - 12 - 2011

Passion - Abderrahmane Amalou a plus d'une corde à son arc. Il est tantôt poète, tantôt compositeur, tantôt conteur.
Il est nourri aussi bien de littérature que de musique. Il est pétri de mots comme de notes. «J'essaie de laisser parler mon imaginaire qui est issu d'une part de moi-même ou de l'observation des autres», dit-il. «Très jeune, j'étais déjà curieux et observateur. J'aimais tout ce qui se racontait, ce qui se faisait, ce qui se chantait. Et la première approche s'est faite dans le milieu familial : j'avais une chance exceptionnelle ma grand' mère paternelle (que Dieu ait son âme) était poète.
Elle transmettait oralement tout ce qu'elle avait appris comme poésie, proverbes, contes. Elle composait des vers et aimait les déclamer lors des événements heureux. J'aimais l'écouter. Mon enfance et mon adolescence se laissaient bercer par elle dans l'imagination, le rêve, le voyage ; le passé…»
Interrogé sur le lien entre l'écriture et la musique, Abderrahmane Amalou répond : «L'écriture et la composition : ce sont pour moi deux belles choses qui généralement vont ensemble et se complètent, sans oublier les autres comme la peinture, le cinéma… »
Abderrahmane Amalou, qui se dit toujours passionné de culture variée et amoureux de l'art, vient de publier un recueil de poèmes intitulé : Les Maux, les Mots (traduit en sept langues).
«Je raconte la société, la communication avec l'autre : un regard sur la vie sa perplexité sa complexité… Comme chaque poète, j'expose mes émotions car les mots provoquent, interpellent, blessent et réconfortent. Dans un monde de haine, de violence, d'incertitude, chaque mot a un bruit en rapport avec la situation : il peut laisser entrevoir le beau temps comme l'hiver. La société, la misère, le rêve, le bonheur, le mensonge, le pardon, la solitude, la faiblesse… sont des thèmes d'inspiration de beaucoup d'auteurs.» Ce même recueil a été aussi transcrit en quatre langues «Braille» (français, arabe, espagnol et tifinagh) et ce, grâce au concours du Dr Yacine Mira (Responsable de l'Atelier Braille au niveau de l'Office national des publications scolaires d'El-Achour).
A la question de savoir la raison l'ayant motivé à transcrire son recueil en Braille, Abderrahmane Amalou souligne : «Le manque d'ouvrage en Braille m'a encouragé à réaliser un de mes vieux rêves : mettre mon savoir et mes connaissances à la disposition de la frange des non-voyants instruits et motivés par le savoir : leur faire goûter un peu de ce qui se fait en poésie et en musique, en deux mots : ‘'Voir par le Savoir''.» «Chez moi cette attitude est spontanée, c'est un élan humain, naturel. Pour cela, j'ai mis gracieusement à la disposition des non-voyants plus d'une dizaine de mes livres transcrits en Braille pour leur permettre d'avoir un fonds documentaire de culture générale (poésie, religion, conte, littérature, musique, tourisme…).
Par conséquent, la situation des handicapés interpelle chacun de nous à les accompagner dans leur combat pour l'égal accès au savoir.»
Abderrahmane Amalou fait savoir ensuite qu'en cette fin d'année, les non-voyants ont bénéficié du calendrier de l'année 2012 en Braille français (une première, selon lui, dans le domaine du Braille en Algérie).
- La poésie, tout comme les proverbes, est écrite, se transmet oralement, se chante. C'est un genre littéraire à part entière, tout comme le roman ou la nouvelle. Il se trouve cependant qu'elle a très peu de place dans le paysage éditorial algérien. «Dans notre pays, elle est un peu boudée d'abord par les éditeurs qui hésitent longtemps avant d'éditer les ouvrages, ensuite par le public qui préfère d'abord le journal puis le roman», explique Abderrahmane Amalou, et de poursuivre : «Mais saluons au passage les initiateurs des actions qui sont menées pour promouvoir la lecture publique et notamment la campagne nationale des ramassages de livres. Ce qui permet aux bibliothèques dans le sud de notre pays de s'enrichir de supports.»
Notons qu'Abderrahmane Amalou a également écrit un conte pour enfant qui a pour titre Histoire de chats. Ce livre a été distribué à l'occasion de la Journée Internationale de l'Enfant en juin 20011 au niveau de l'Ecole des non-voyants d'El-Achour et également pendant le Salon du livre et de Jeunesse à Riad el Feth. C'est un conte d'expression française transcrit aussi en Braille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.