Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le clown-philosophe
Publié dans Info Soir le 22 - 04 - 2004

Trait Mohamed Fellag est doté d?une imagination fertile, intelligente, débordante.
Ses sketchs sont loin d?être de simples et innocentes blagues. Il s?avère que tous s?articulent en énoncés. Ce sont des réflexions, voire une philosophie sur notre vie, sur notre existence en tant qu?humains, et aussi en tant qu?individus, appartenant à soi, mais aussi à l?autre.
Un critique français a dit, à propos de Mohamed Fellag : «Fellag tient du clown, du philosophe. Il est un clown-philosophe.» En fait, il est les deux à la fois, car en même temps qu?il nous fait rire, il nous fait nous interroger sur notre personne, sur notre humanité. A travers la dérision et la satire, à travers la plaisanterie et le comique, Mohamed Fellag parle, philosophe et pose des problématiques, suscitant la réflexion. Il pense et dit, tout en invitant le public à répondre aux problématiques.
Ce même critique a poursuivi : «?il vif, regard pétillant, chapeau vissé sur le sommet du crâne, chemise à pois, bretelles extra-larges, pantalon en tire-bouchon, chaussures bicolores, sur scène, l?homme ne passe pas inaperçu. L?artiste non plus, capable de provoquer des éclats de rire salutaires, quand bien même les sujets dont il traite seraient tragiques. Mais là réside toute sa force. Quelle que soit la question abordée ? intégrisme, corruption, débrouillardise, religion, sexe, machisme, censure ? jamais il ne tombe dans la caricature, évitant avec tact les poncifs et tordant le cou aux évidences. Fellag s?intéresse avant tout aux hommes et aux femmes de son pays, dénichant dans l?infiniment petit ici une attitude, là un geste, ailleurs un regard ou encore, à travers une locution, un glissement sémantique, l?humanité qui sommeille en chacun d?eux. Si ?je? est un autre, Fellag est tous ces autres. (?) Mohamed Fellag est un artiste de la trempe des plus grands. On pense à Keaton, Chaplin, à De Funès aussi. Ses textes, écrits à la virgule près, tiennent de la partition musicale, avec ses silences, ses soupirs en forme de points de suspension, ses arrangements, ses dérapages contrôlés et ses éclats de rire qui relancent la machine. Jeux de miroirs et de tiroirs, on sait quand commence une histoire, on ne sait jamais jusqu?où elle va nous mener?»
Les sketchs de Mohamed Fellag sont d?un intellectualisme recherché, pensé. Ce sont des idées qui se cachent, se disent derrière le drolatique et le comique. Ils sont un discours qui fonctionne en profondeur, ils sont profonds, saisissants, révélateurs. Un discours qui interpelle la conscience, bouscule les esprits endormis?
C?est la raison pour laquelle Mohamed Fellag gêne, dérange. Il est considéré comme un personnage informel, inconventionel. Et c?est pourquoi il est censuré par les pouvoirs politiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.