UGTA: Appel à la sauvegarde des salaires et des emplois    Près de 37 millions d'abonnés à l'Internet mobile    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Le formidable élan de solidarité des Algériens    1.572 cas confirmés et 205 morts enregistrés    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    Tebboune nomme un directeur général adjoint    Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    On vous le dit    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Université Ferhat Abbas-Sétif I : L'outil informatique, un élément d'une équation à plusieurs inconnus    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le clown-philosophe
Publié dans Info Soir le 22 - 04 - 2004

Trait Mohamed Fellag est doté d?une imagination fertile, intelligente, débordante.
Ses sketchs sont loin d?être de simples et innocentes blagues. Il s?avère que tous s?articulent en énoncés. Ce sont des réflexions, voire une philosophie sur notre vie, sur notre existence en tant qu?humains, et aussi en tant qu?individus, appartenant à soi, mais aussi à l?autre.
Un critique français a dit, à propos de Mohamed Fellag : «Fellag tient du clown, du philosophe. Il est un clown-philosophe.» En fait, il est les deux à la fois, car en même temps qu?il nous fait rire, il nous fait nous interroger sur notre personne, sur notre humanité. A travers la dérision et la satire, à travers la plaisanterie et le comique, Mohamed Fellag parle, philosophe et pose des problématiques, suscitant la réflexion. Il pense et dit, tout en invitant le public à répondre aux problématiques.
Ce même critique a poursuivi : «?il vif, regard pétillant, chapeau vissé sur le sommet du crâne, chemise à pois, bretelles extra-larges, pantalon en tire-bouchon, chaussures bicolores, sur scène, l?homme ne passe pas inaperçu. L?artiste non plus, capable de provoquer des éclats de rire salutaires, quand bien même les sujets dont il traite seraient tragiques. Mais là réside toute sa force. Quelle que soit la question abordée ? intégrisme, corruption, débrouillardise, religion, sexe, machisme, censure ? jamais il ne tombe dans la caricature, évitant avec tact les poncifs et tordant le cou aux évidences. Fellag s?intéresse avant tout aux hommes et aux femmes de son pays, dénichant dans l?infiniment petit ici une attitude, là un geste, ailleurs un regard ou encore, à travers une locution, un glissement sémantique, l?humanité qui sommeille en chacun d?eux. Si ?je? est un autre, Fellag est tous ces autres. (?) Mohamed Fellag est un artiste de la trempe des plus grands. On pense à Keaton, Chaplin, à De Funès aussi. Ses textes, écrits à la virgule près, tiennent de la partition musicale, avec ses silences, ses soupirs en forme de points de suspension, ses arrangements, ses dérapages contrôlés et ses éclats de rire qui relancent la machine. Jeux de miroirs et de tiroirs, on sait quand commence une histoire, on ne sait jamais jusqu?où elle va nous mener?»
Les sketchs de Mohamed Fellag sont d?un intellectualisme recherché, pensé. Ce sont des idées qui se cachent, se disent derrière le drolatique et le comique. Ils sont un discours qui fonctionne en profondeur, ils sont profonds, saisissants, révélateurs. Un discours qui interpelle la conscience, bouscule les esprits endormis?
C?est la raison pour laquelle Mohamed Fellag gêne, dérange. Il est considéré comme un personnage informel, inconventionel. Et c?est pourquoi il est censuré par les pouvoirs politiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.