Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Ould Abbès fait-il de la résistance ?    Des changements en vue    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    La production du fer et de l'acier relancée    Angola : Au large, un espoir pétrolier nommé Kaombo    Bouygues : Les résultats confirment leur dépendance aux télécoms    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Pourquoi les Algériens sont les derniers de la classe?    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    La pelouse du stade de Lomé, une arme à double tranchant pour les Verts    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    «Gagner, pour éviter les calculs»    Slimani nouvel entraîneur    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Un million de palmiers-dattiers pour produire plus de 100.000 tonnes/an    Quelque 500 éléments de la Protection civile mobilisés à Alger    Eviter l'usage des feux d'artifice à l'intérieur des immeubles ou devant les stations de service    Hausse des prix de la volaille, fruits et légumes à la veille du Mawlid : On annonce une baisse des prix incessamment    19 morts et 31 blessés    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    CAN 2018 - Dames: Les Algériennes à l'épreuve du pays hôte    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    Enigme et interrogations    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    L'Onu lève ses sanctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Ahmed Benyoucef (6e partie et fin)
Publié dans Info Soir le 18 - 05 - 2004

Résumé de la 5e partie Pour tester la fidélité de ses disciples, Sidi Ahmed Benyoucef recourt à une ruse.
Saint et thaumaturge, Sidi Ahmed Benyoucef a été aussi un homme d?action, n?hésitant pas à s?ingérer dans les affaires de la cité et à prendre parti. C?est ainsi qu?il a critiqué, et parfois avec une grande sévérité, les hommes politiques de son époque. Il s?est donc attiré l?inimitié de certains dirigeants et souverains notamment le sultan de Fès et les Banu Ziane qui régnaient à cette époque sur l?Ifriqya (l?est de l?Algérie et de la Tunisie d?aujourd?hui). A l?inverse, il a accueilli avec enthousiasme les Turcs dans lesquels il voyait les sauveurs du Maghreb, menacé par les incursions européennes. Les Turcs, en guise de remerciement, vont le combler de cadeaux. Cela n?empêchera pas le saint de faire des critiques à ses alliés quand ceux-ci outrepassaient leurs droits.
Ahmed Benyoucef consacrait une grande partie de ses activités à l?enseignement de ses doctrines mystiques, exerçant principalement à la qal?a des Banu Rachid, dont il était originaire. C?est d?ailleurs à cet endroit qu?il se trouvait quelque temps avant sa mort.
«Mon heure est arrivée, dit-il à ses disciples. Je veux qu?à ma mort vous chargiez ma dépouille sur une mule et que vous la laissiez aller où bon lui semblera. Vous m?enterrerez à l?endroit où elle s?arrêtera.»
Il meurt et on procède selon sa volonté. La mule chargée de la dépouille du saint est lâchée. Elle est suivie par une foule qui veut assister aux obsèques du maître. La marche est longue et la mule ne semble pas fatiguée. Elle arrive enfin aux abords de Miliana, un beau pays de jardins et de vergers fleuris. Ce n?est pourtant pas dans un verger qu?elle s?arrêtera, mais sur un terrain plein de détritus. En fait, c?est la décharge des juifs de la ville.
? On ne va pas l?enterrer sur la décharge des juifs ! protestent des disciples.
? Le maître vaut mieux que cela ! disent d?autres
?Il faut l?enterrer ici ! disent quelques-uns. C?était la volonté du maître de laisser le sort choisir l?endroit de sa sépulture.
On l?enterre donc en cet endroit indécent. La tradition rapporte qu?un autre mystique qu?il avait un jour offensé, cite Zarrouq Al- Barnousi, lui avait fait une prédiction : «Tu seras enterré sur une décharge publique.»
Quoi qu?il en soit, les Turcs lui construiront un magnifique mausolée qui deviendra un lieu de pèlerinage et fera le prestige de Miliana. En effet, son nom va être attaché à cette ville où il n?a pourtant pas vécu. De nos jours, on ne peut évoquer la petite ville sans évoquer son wali, son saint patron Sidi Ahmed Benyoucef.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.