Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS étranges : Ras El Hamra, une Histoire, une Légende
Publié dans Info Soir le 30 - 01 - 2017

Edifice n Cette place si spéciale dans le cœur des Annabis, le phare de Ras El-Hamra la doit surtout à son site d'implantation qui allie dans un de ces mélanges, dont l'imagination populaire a le secret, la beauté du paysage à la spiritualité.
Construit en 1850 sur le sommet d'un majestueux rocher de couleur rougeâtre dont il tire son nom, le site haut perché de ce phare en fait un magnifique promontoire donnant à perte de vue sur l'immensité de la mer où le bleu du ciel se confond avec celui de la Méditerranée tout en offrant une imprenable vue plongeante sur la petite baie sauvage du Vivier. La particularité de l'endroit ne s'arrête toutefois pas là, car la falaise du rocher de Ras El-Hamra abrite également la source de Aïn Bent Essoltane (la Fontaine de la fille du roi), une source qui, selon la croyance populaire, est habitée par l'esprit bienveillant d'une princesse qui a fait que son eau possède cette vertu surnaturelle d'être à la fois douce et salée. Le vocable «Aïn», signifiant dans la langue arabe à la fois fontaine et œil, la croyance populaire veut que la princesse, dont l'esprit habite cette source, veille d'un œil protecteur sur toute personne qui élit domicile sur le territoire d'Annaba, tout comme le phare de Ras El-Hamra surveille d'un œil bienveillant ceux qui empruntent ses voies maritimes. Le phare de Ras El-Hamra suscite la curiosité de bon nombre de visiteurs qui y affluent surtout l'été, de préférence dans la soirée, profitant de leur passage pour aller à la découverte des secrets de cette bâtisse à l'allure imposante et qui semble veiller, du haut de son promontoire surplombant le nord-ouest de la baie d'Annaba et donnant sur le côté nord de son port commercial, sur la quiétude et la sécurité de la ville. De sa tour carrée qui s'élève à quelques mètres, le phare, qui balaie de ses signaux lumineux un rayon de 31 miles marins, soit 49,89 km, a connu en 1880 des aménagements qui ont conduit à la construction de nouvelles extensions et commodités permettant son électrification et sa dotation en équipements de communication radiophonique et un matériel de transmission de forme pyramidale. En 1947 le phare de Ras El-Hamra, construit en brique rouge, en pierre de taille et en granit, a connu un second aménagement qui lui a permis d'acquérir de nouvelles extensions et de nouveaux équipements de signalisation à l'aide de lampes émettant, à des fréquences répétitives, des signaux lumineux parallèles dirigés vers la mer pour être captés par les bateaux entrant ou quittant le port d'Annaba ou traversant ses eaux territoriales. L'on y vient pour répondre à l'invitation au «phare-niente» émanant de ce lieu majestueux chargé d'une foule de souvenirs et dépositaire de l'histoire récente de toute la région. 

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.