À quand le vrai bonheur?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les raisons du processus inflationniste    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Huit grands brûlés transférés à l'étranger    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La presse en deuil    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Les milliards pleuvent...    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Une inauguration, puis rien !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Halte au grignotage la nuit !    Chien de mer en sauce    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    L'offre se resserre    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liga 33e journée / Real Madrid 2 - FC Barcelone 3 : Un grand Messi maintient le Barça en vie
Publié dans Info Soir le 24 - 04 - 2017

En infériorité numérique, le Real Madrid a fini par craquer face au FC Barcelone (2-3), hier soir, lors de la 33e journée de Liga. Bien entrés dans la partie, les Merengue ont laissé rapidement le ballon aux Catalans, portés par un Messi très tranchant.
Malgré tout, les partenaires de Benzema se sont procurés de nombreuses occasions en contre sans toutefois mettre en danger ter Stegen, vigilant sur sa ligne. Débridée, la partie était équilibrée et a fini par se débloquer sur un but plein de réussite de Casemiro, à l'affût après une frappe sur le poteau de Ramos (28'). Une joie de courte durée pour le Real. Car Messi, en feu depuis le début du match, a égalisé après un slalom magique dans la défense adverse (33'). Pour ne rien arranger aux affaires madrilènes, Bale, complètement à côté de la plaque jusqu'ici, a cédé sa place sur blessure. Fébriles, les hommes de Zinedine Zidane n'étaient d'ailleurs pas loin de rentrer aux vestiaires avec un but de retard, mais La Pulga et Alba ont manqué de peu le cadre avant la pause. En seconde période, c'était le festival des gardiens. Kroos et Benzema ont buté sur un énorme ter Stegen alors que Navas dégoûtait Alcacer puis Piqué. Ronaldo, lui, a raté l'immanquable après un service en or d'Asensio tandis que Suarez a buté dans la foulée sur un Navas exceptionnel. Finalement, le Costaricien a fini par craquer sur un boulet de canon inarrêtable de Rakitic (73'). Quel but génial du Croate ! Et puisqu'une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, Ramos a craqué en découpant Messi sur une action pourtant anodine : carton rouge direct. Un terrible coup dur pour le Real, proche de couler sur l'action suivante sans un arrêt fabuleux de Navas devant Piqué. Mais Zidane ne serait pas Zizou sans un brin de chance. Inspiré, le Français a lancé James qui a remis les pendules à l'heure sur son premier ballon après un super service de Marcelo (86'). Le Real sauvé ? Eh bien non ! Sur l'ultime action de la rencontre, Messi a éteint le Santiago Bernabeu sur une frappe meurtrière du pied gauche (90'+2). Le Barça reste en vie.
L'aveu
Zidane : «Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs»
Zinédine Zidane s'est exprimé après la défaite subie à domicile face au FC Barcelone, selon le coach français, ses joueurs n'ont rien à se reprocher. «Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs, cette défaite ne va rien changer, nous dépendons toujours de nous-mêmes. Nous pensions pouvoir mettre ce troisième but, sur une action où nous allons presser trop haut et nous le payons mais je n'ai rien à reprocher à mes joueurs. Il faut penser au match de mercredi», a-t-il déclaré. «Cette défaite ne va rien changer à ce que nous faisons, maintenant il faut penser à se reposer et au match de mercredi. Nous serons positifs jusqu'au bout. Clairement cela aurait été mieux de gagner ce soir mais c'est le football. Cette défaite est dure oui, sur l'ensemble du match. Même à 10 contre 11 et à 2-2 on a l'occasion de prendre l'avantage», a-t-il déclaré.
Le soulagement
Luis Enrique : «Nous avions besoin de ce résultat»
Le coach du FC Barcelone, Luis Enrique s'est exprimé en conférence de presse après la victoire fondamentale obtenue face au Real Madrid pour le compte de la 33e journée de Liga. Le coach du FC Barcelone a notamment déclaré que son club avait besoin de gagner après la mauvaise performance face à la Juventus en Ligue des champions. «Nous avions besoin de cette victoire, il y a eu beaucoup d'occasions de chaque côté. C'est un grand jour pour tous les supporters», a-t-il déclaré. Le coach catalan a également eu une pensée pour Leo Messi. «C'est le meilleur joueur de l'histoire, il a marqué 500 buts avec le Barça. Le club est incroyable depuis plusieurs années mais le mérite revient aussi à Messi», a-t-il conclu.
La réponse
Ce que Ramos a dit à Piqué
Expulsé dimanche soir lors du Clasico entre le Real Madrid et le FC Barcelone (2-3) pour un tacle les deux pieds décollés sur Lionel Messi, Sergio Ramos était très énervé contre Gerard Piqué à sa sortie du terrain. Le défenseur central madrilène signifié à son homologue barcelonais qu'il parlait trop et lui a lancé quelques mots. «Je lui ai dit qu'avec autant de pression et de plaintes dans chaque tweet, ils arrivaient à leurs fins. Ils parlent toujours des arbitres et cela finit par payer», a expliqué l'Espagnol après la rencontre dans des propos rapportés par As. On se demande encore comment font ces deux-là pour collaborer en sélection espagnole.
Le chiffre
500e but barcelonais de Messi
Lionel Messi, double buteur contre le Real Madrid, a atteint la barre symbolique des 500 buts toutes compétitions confondues sous le maillot blaugrana. L'Argentin, déjà meilleur marqueur de l'histoire du club depuis 2012, a marqué son 499e but après une percée dans l'axe, suivie d'un drible et d'une frappe croisée du gauche (33'). Son 500e but, également celui de la victoire, a été marqué dans le temps additionnel d'un tir du gauche également. Ce 500e but permet à Messi de répondre du tac au tac à son rival madrilène Cristiano Ronaldo, qui est entré dans l'histoire du football européen en devenant mardi le premier joueur à dépasser les 100 buts en C1 (101 au total, dont un en tour préliminaire). Avec ces 499e et 500e buts en match officiel, Messi devient donc le premier joueur de l'histoire du Barça à atteindre un tel jalon, douze ans après son tout premier but sous les couleurs catalanes : c'était au Camp Nou contre Albacete (2-0) le 1er mai 2005. «Son premier but est arrivé sur une passe décisive de ma part», a récemment rappelé le Brésilien Ronaldinho. «Et c'est là qu'est né un monstre. Lionel est un phénomène», a jugé l'ex-attaquant du Barça (2003-2008).
L'attitude
La célébration historique de la Pulga
Auteur d'un doublé dont le but de la victoire dans les derniers instants, l'attaquant Lionel Messi a porté le FC Barcelone contre le Real Madrid. Nommé homme du match et noté 10/10, l'Argentin s'est aussi distingué avec une célébration incroyable. Dans un stade Santiago-Bernabeu abasourdi après son ultime réalisation, la star du Barça a retiré son maillot pour l'exhiber ensuite vers les socios madrilènes. Un geste pour chambrer le rival historique, les Catalans valident.
L'offensive
Piqué : «Le Real est habitué aux arbitres plus conciliants»
Gerard Piqué avait lâché une première attaque. «Quand il rentrera chez lui, il va le regretter parce que le rouge est clair, il y va avec les deux pieds en avant», a réagi l'arrière catalan à propos de l'expulsion de Ramos. «Ce qui se passe est qu'ici ils sont habitués à des arbitres plus conciliants. Et celui d'aujourd'hui ne l'a pas été». «L'arbitrage conciliant, c'est celui contre le PSG» (lors de la remontada), a alors surenchéri Ramos, invité à réagir à la remarque de l'arrière du Barça. «Piqué aime parler des arbitres».
La malchance
Bale se blesse à nouveau lors du Clasico
Décidément, Gareth Bale ne parvient pas à se débarrasser de ses soucis physiques. Ce dimanche, à l'occasion du Clasico face au Barça, l'ailier du Real Madrid effectuait son retour à la compétition après plusieurs jours d'arrêt. Mais, il n'a pas fini la rencontre. La faute à une nouvelle blessure au mollet. Alors qu'il restait cinq minutes à jouer dans le premier acte du match, Bale s'est allongé sur la pelouse en se tenant le mollet droit. Quelques instants plus tard, il s'est relevé et s'est dirigé directement vers le banc. Le milieu espagnol Marco Asensio l'a alors relevé au pied levé sans avoir pu s'échauffer. Bale est, de loin, le joueur du Real qui se blesse le plus souvent. Depuis qu'il est arrivé à Madrid, en 2013, il a été arrêté à 17 reprises. Une fragilité qui doit l'irriter. Lui et peut-être aussi les dirigeants merengue.
La performance
Marcelo égale une ancienne gloire
Marcelo a débuté sa carrière madrilène à 18 ans en 2007. Il est désormais dans le top 20 des joueurs les plus capés du club merengue. Avec 401 apparitions, Marcelo égale un certain Juanito. Un ancien joueur du Real, spécialiste des «remontadas» et qui personnalisait l'esprit combatif merengue. Mercredi dernier, Marcelo célébrait ses 400 capes avec le Real en postant un message sur Instagram : «C'est un sentiment incroyable de se lever en étant un joueur du Real Madrid», avait-il écrit, lui qui avait coûté 5,5 petits millions d'euros au Real en provenance de Fluminense. Il en vaut plus de 30 aujourd'hui selon As. 3 158 minutes jouées cette saison sur 39 matchs avec 2 buts et 11 passes décisives. Marcelo est une valeur sûre à Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.