Le Conseil de la monnaie et du crédit décide de doubler le capital minimum des banques    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Fredj
Publié dans Info Soir le 15 - 07 - 2006

Résumé de la 3e partie : Sidi Fredj a établi sa retraite dans une crique de la presqu'île qui porte son nom.
Plus les années passent plus la notoriété du saint grandit. Désormais on vient de toute la région du Sahel le consulter, les montagnards comme les citadins et plus d'un l'a invité à s'installer dans la ville où il pourrait tenir une école ; Mais le saint homme refuse : il a choisi le lieu de sa résidence et il ne le changera pas. Sa khaloua dans une crique est préférable à la plus spacieuse, à la plus riche des maisons !
Rien ne valait ces moments où, après avoir effectué la prière de l'aube, il s'asseyait au seuil de sa demeure de pierre et contemplait le jour qui se levait. Le ciel prenait les couleurs les plus douces, la mer, comme réveillée de son sommeil, commençait à bruire, mais si doucement qu'on dirait un murmure. Sidi Fredj louait alors le Souverain créateur pour tant de beauté et de douceur...
La nuit, au coucher du soleil, c'est un autre spectacle qui lui est offert : couleurs vives que l'astre imprime à l'horizon, et c'est là encore une occasion de louer l'Unique... Eté comme hiver, dans le calme comme dans la tempête, c'est toujours un bonheur d'entendre le bruit des vagues, de regarder la mer, calme ou déchaînée, de se laisser bercer par les vagues qui, inlassablement, vont et viennent....
Et la voix de l'homme, brindille perdue dans tant d'immensité, écrasé par tant de magnificence retentit :
«Gloire à Toi, Seigneur, Créateur de l'Univers ! Je suis ton humble esclave et je ne cesse de louer ta puissance !
La mer, le ciel, les rochers, les arbres, tout ce que dans ta bonté infinie tu as créé, jusqu'au poisson dans l'eau, jusqu'au grain de sable, chantent ta gloire».
Seul le désert où il a vécu de longues années lui donnait cette sensation de sérénité... Les espaces sont plus grands, la lumière plus vive, mais c'est la même sensation de paix, de communion avec cette nature qui révèle à l'homme qui sait interpréter ses signes la grandeur de Dieu.
Plus d'une fois, un berger poursuivant un mouton égaré parmi les rochers, à la recherche de quelque rare herbe l'a surpris, immobile, les yeux perdus.
— C'est Sidi Fredj, murmure-t-il
Il récupère sa bête et, sur la pointe des pieds, se retire... C'est ce que font aussi les visiteurs qui viennent le consulter. Dans leur rudesse, les gens de la montagne ont compris qu'il ne fallait pas déranger la méditation, interrompre l'invocation... Ils attendent que le saint homme revienne à lui et les aperçoit. Il se lève alors et va vers eux.
«Que le salut de Dieu soit sur vous .»
Il les invite à s'asseoir à ses côtés et il prête une oreille attentive à leurs préoccupations, répondant à leurs interrogations, résolvant leurs problèmes, donnant les conseils qu'ils sont venus chercher.
Il en a ainsi ramené plus d'un sur la voie de Dieu, il a résolu plus d'un conflit, répandu la parole et les préceptes de Dieu. A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.