Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grotte d'Aokas (Béjaïa)
Un joyau naturel féerique !
Publié dans Info Soir le 22 - 08 - 2007

Constat n En dépit de sa valeur archéologique et touristique, le site n'a pas bénéficié d'une attention particulière de la part des autorités locales ou centrales. Pire encore, il a été complètement abandonné des années durant.
La grotte d'Aokas est certainement le plus… beau de tous les sites touristiques que compte la wilaya de Béjaïa. Située à l'entrée de la ville côtière, dont elle porte le nom, à quelque 25 kilomètres du chef-lieu de wilaya, elle est un véritable joyau naturel avec les nombreuses formes humaines, animales et végétales qui la constituent. Appelées stalactites et stalagmites, celles-ci sont des concrétions calcaires qui se sont formées, il y a des siècles, au niveau de la voûte et du sol de la grotte du fait de l'infiltration des eaux de pluie à partir du sommet du cap d'Aokas. En fonction de son imagination et de l'angle duquel on contemple ces merveilles, l'on peut apercevoir des oiseaux, des singes, des phoques, des tortues, des lions, des poissons, des femmes kabyles portant des cruches sur le dos, une famille targuie au grand complet, un cimetière abandonné, la statue de la Liberté sans le flambeau, la tour de Pise l'inclination en moins… etc. Bref, des milliers de formes y sont dissimulées, formant un authentique musée naturel accessible à partir d'un couloir principal d'une soixantaine de mètres environ qui mène droit vers une grande salle ornée de milliers de stalactites. Juste à côté, le couloir des jonctions éblouit par ses chefs-d'œuvre que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Alors que le lac des vœux, situé quelques mètres plus loin, donne à la grotte les allures d'une «maison magique». Cela dit, le site n'a été découvert qu'au lendemain de l'indépendance, soit en 1962, par hasard, par une société mixte franco-italienne chargée des travaux de réalisation d'un tunnel de 90 mètres de longueur pour le passage de la Route nationale numéro 9 (RN9), reliant Béjaïa à Sétif. En dépit de sa valeur archéologique et touristique, il n'a pas bénéficié d'une attention particulière de la part des autorités locales ou centrales. Pire encore, il a été complètement abandonné des années durant. Il a fallu attendre 1982 pour voir, enfin, l'Assemblée populaire communale (APC) d'Aokas s'y intéresser. Ainsi, des travaux d'aménagement ont été menés à l'intérieur de la grotte qui a été également électrifiée et dotée d'une porte métallique de sorte à la rendre accessible aux visiteurs. Néanmoins, son exploitation effective n'a commencé qu'en 1984. Des millions de personnes l'ont visitée depuis, non sans lui occasionner bien des dégâts malheureusement !
De la musique aussi… l Outre leur beauté, certaines stalagmites dégagent des sons qui n'ont rien à envier à ceux qui jaillissent des instruments de musique les plus modernes. «Il suffit de taper là-dessus pour entendre de la belle musique», indique à ce sujet un jeune guide exerçant au niveau de la grotte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.